#37239
AndranerosAndraneros
Modérateur

Bonjour @prostacool.
Tout d’abord je vous remercie pour votre fidélité malgré un an de silence. Ensuite je suis particulièrement heureux du titre de votre sujet, bonheur confirmé après lecture. La description de votre cheminement prostatique dans votre présentation nous montrait que vous étiez déjà bien avancé, en particulier avec l’aide de votre tapis de relaxation, en vivant des expériences orgasmiques très intenses pendant vos sessions.

Il y a treize mois, vous commenciez votre message de présentation par ces mots :

Mon apprentissage a été laborieux.

Je le rappelle parce qu’il donne à nos amis « débutants laborieux » les meilleures raisons de persévérer avec confiance dans leur cheminement quand ils lisent ce qu’est votre « inquiétude » aujourd’hui. Vous avez su progresser de façon non linéaire en faisant des expériences autour de votre pratique et en vous adaptant aux résultats obtenus avec application et pragmatisme.

Vous nous dites maintenant :

Depuis un an surtout, les progrès ont été réguliers mais je pensais avoir plus ou moins atteint un plafond tant les orgasmes étaient intenses et faciles à obtenir. (… )

Les arbres ne montent pas jusqu’au ciel. Il paraît évident de penser qu’on va atteindre un maximum de plaisir à un moment ou à un autre. C’est oublier que nos orgasmes se développent sur deux éléments complémentaires :
1. Le premier est une réponse physiologique à des stimulations sexuelles, une réponse neuromusculaire. Cette réponse à des limites mais l’étonnement reste possible dans la mesure où elles peuvent être repoussées bien plus loin que ce qu’on imagine avant et pendant les premières phases de notre développement orgasmique. Un exemple très simple à comprendre est la durée de plongée sans ventilation des meilleurs apnéistes. A mon niveau elle est totalement inimaginable.
Le record de durée (apnée statique) sans inhalation d’oxygène est détenu par le français Stéphane Mifsud et s’établit à 11 minutes et 35 secondes.
2. Le second est une réponse mentale à ces stimulations. Il est souvent écrit sur ce forum que certains aspects de notre pratique sont comparables à une forme de méditation en pleine conscience. En effet nous apprenons à concentrer notre attention sur des événements très particuliers. Ce faisant nous découvrons des sensations nouvelles, nous prenons conscience d’organes internes, nous apprenons à contrôler des muscles qui fonctionnent normalement en mode purement réflexes. En d’autres mots plus nous avançons dans cette manière de pratiquer plus nous devenons capable de voir ce qui se passe en nous, plus nous sommes en mesure de découvrir des sensations ignorées précédemment, plus nous devenons capables d’étirer dans le temps nos sensations orgasmiques, plus nous devenons capables de faire sauter les blocages (de sécurité) existants.

Maintenant (… ) C’est plutôt une longue période orgasmique avec des phases très intenses, d’autres plus calmes. (… )
Mon expérience a encore progressé. L’intensité de la jouissance a encore augmenté.
La durée des sessions n’excède pas une heure tant elles sont intenses. (… )
cette expérience peut-elle encore progresser en sensations, en intensité ?

Je comptais répondre en proposant l’exemple du parcours de @bzo. Il a commencé à vous répondre, c’est encore mieux !

Vous êtes clairement passé de la phase dans laquelle vous étiez devenu capable de vivre des séries d’orgasmes à celle dans laquelle vous êtes devenu capable de vous maintenir sur un plateau orgasmique, celui que tous les hommes connaissent pendant quelques secondes juste avant le point de non retour, à partir duquel se développent de nouveaux pics orgasmiques. Selon mon expérience vous vivrez très vite, si ce n’est pas encore le cas, un niveau de plaisir-plateau supérieur à celui de vos pics orgasmiques d’il y a quatre ans.

Il y a une voie de transformation de vos expériences orgasmiques que vous ne mentionnez pas. Il s’agit de celle dans laquelle l’irradiation du plaisir dans votre organisme est telle que vous ne vivez plus un orgasme mais vous avez l’impression d’être l’orgasme. C’est ce que je vis dans mes meilleures sessions.

Il y a une autre voie que vous ne mentionnez pas non plus, celle de l’expérience du plaisir prostatique sans masseur, « a-less », qui vous permet de vivre des orgasmes par la seule force de votre mental assoié à la disponibilité de votre corps. Elle est fréquemment illustrée sur les forums spécialisés.

Il y a aussi le développement de la perception de nos deux pôles sexuels, féminin masculin, yin et yang qui peut prendre des formes très différentes selon les expériences. Ma perception est pour le moment plus limitée que celle dont témoignent @bzo, @epicture et d’autres. Cette part de féminité vient simplement compléter ma part de virilité sans que je ressente la présence de deux forces en dialogue.

Il y a enfin un (dernier?) développement possible, celui qui vous conduit à une phase d’extase et de connexion avec l’univers ou d’expérience extra-corporelle. Cette évolution est beaucoup plus rarement mentionnée sur les forums spécialisés.

Pensez-vous êtes déjà parvenu au bout de vos découvertes ? Bon cheminement @prostacool.