#37296
bzobzo
Participant

avec mes dernières avancées spectaculaires,
j’ai atteint désormais un stade dans ma façon de pratiquer
où j’ai une idée assez claire et précise de ce qu’elle peut m’offrir et de ce qu’elle ne peut pas

ma pratique en mode yin, aneroless,
avec ce double moteur dans le bassin d’ondes prostatiques et d’ondes génitales dialoguant,
occasionnellement des ondes anales aussi,
couvre un spectre sexuel très très large, aussi large que possible, je crois,
de quoi explorer jusqu’à la fin de sa vie,
avec tout ce qu’il faut pour être satisfait dans sa chair, épanoui dans sa chair,
des moments de communion charnelle inouïs, des orgasmes XXL équivalent des super O prostatiques,
de la volupté à gogo,
oh oui, tant de volupté dans la chair, c’est indescriptiblement bon

un plaisir par moments totalement animal,
à d’autres, c’est comme si l’on flottait dans une galaxie lointaine,
loin de tout, léger, sans corps, vibrant dans la lumière,
tellement la qualité des sensations est devenu miraculeuse

cependant je vois aussi qu’il y a certains moments, certaines états
qu’elle ne pourra jamais m’offrir,
je pense à certains types de transes prostatiques que j’ai vécus,
des moments extatiques, presque plus sexuels
où certaines fois j’ai même eu des visions

j’ai relaté tout cela en son temps,
par exemple, la vision d’un pont sans fin suspendu dans la lumière
ou encore une autre qui revenait régulièrement
où j’avais la sensation d’être couché sur une plage
avec le ressac de l’eau qui montait en moi, entre mes jambes, me pénétrant, me faisant l’amour
et puis le soleil et le ciel, aussi omniprésents, comme semblant m’étreindre,
une sorte de tête à tête intime extraordinaire avec les éléments

ou encore une autre fois où tout mon être ne semblait plus qu’une immense aile au travail dans les airs,
chacune de mes cellules semblant oeuvrer à son lent battement,
je sentais que je formais les muscles de l’aile,
tout mon être n’était plus que cela, les muscles d’une aile immense, au travail

ces moments, appelons-les « mystiques », me manquent,
jusqu’ici j’avais espéré qu’ils reviendraient
mais désormais je vois que ce ne sera jamais le cas avec ma façon actuelle de pratiquer en aneroless,
aussi indescriptiblement délicieuse, riche, qu’elle soit,
aussi j’ai décidé d’essayer de refaire du prostatique avec masseur

j’ai évoqué il y a pas longtemps,
le problème que mes couilles, mon sexe, étaient devenus tellement sensibles
qu’au moindre contact, ils émettaient comme des vibrations voluptueuses,
c’est quelque chose que j’ai recherché et qui s’est développé comme je l’espérais,
je ne me plains pas une seconde,
cependant pour refaire du pur prostatique, c’est un obstacle clairement,
en ce sens que le moindre contact avec mes génitaux désormais,
crée une vague de volupté dans mon bassin
et que la tentation est là à chaque fois,
de resserrer les cuisses et de provoquer d’autres vagues de même nature
mais plus amples et en continu,
c’est tellement simple, il suffit vraiment que je resserre les jambes et que je les bouge
et mon bassin puis tout mon corps, en sont inondés directement,
c’est ineffablement divin

eh bien je vais essayer de résister à cette tentation
et de persévérer avec masseur en pur prostatique
pour essayer de retrouver ces extases si particulières que j’aimais tant
qui viendront compléter d’une façon superbe
toute cette pratique aneroless en mode yin que j’ai développée
et qui désormais est arrivée à maturité