#37305
bzobzo
Participant

analysons, voulez-vous, plus en détails encore, plus extensivement,
ce qui se passe dans le bassin,
après tout, c’est là que l’essentiel a lieu,
le double moteur, ondes prostatiques-ondes génitales, siège là
formant le noyau vibrant autour duquel toutes les autres couches vont se bâtir

je vais me lancer en reprenant des éléments
que j’avais déjà esquissés par le passé dans le message d’un autre fil,
cela me parait une bonne base de départ,
le mouvement de va et vient, debout, assis, couché,
avec votre bassin, commencez à le bouger comme si vous pénétriez,
comme si votre sexe durci, allait en avant, en arrière
parmi des chairs tendres, humides, pressantes,
lentement, bien lentement, bien langoureusement, variez le mouvement,
juste le bassin pour l’instant, essayez de bien vous projeter dans ce mouvement,
d’y être tout entier, d’être tout entièrement dans ce que vous faites,
il ne doit plus exister autre chose pour vous au monde que ce mouvement de va et vient,
il doit devenir lancinant, hypnotique, obnubilant,
faites cela un peu, appliquez-vous comme si votre vie en dépendait

maintenant on va y ajouter un deuxième élément, la contraction, the contraction,
cette action est essentielle bien sûr,
car c’est ici que ce mouvement de va et vient initié avec votre bassin
peut devenir réellement efficace dans un contexte de se donner du plaisir,
dans le contexte de créer des sensations en mode yin

avec la contraction d’une part, si elle est effectuée à peu près correctement,
vous aurez la sensation que le mouvement de pénétration est désormais dirigé en vous,
comme si vous effectuiez les mouvements de pénétration désormais de l’extérieur jusqu’en vous,
la contraction retourne en quelque sorte la direction du mouvement,
au lieu d’avoir l’impression de la faire en avant dans le vide,
il est tourné désormais vers vous, semble entrer en vous, bouger en vous,
un va et vient en vous

là, cela devient vraiment intéressant car au plus vous allez y mettre de l’assiduité,
au plus vous vous efforcez que ces mouvements soient efficaces, langoureux, variés, riches,
au plus ils seront susceptibles de vous faire ressentir des choses,
votre mode yin peut commencer à vous faire percevoir des sensations

ce n’est pas tout, la contraction, bien effectuée, de plus en plus efficace,
pourra aussi emmener les vibrations de la prostate,
bouger son bassin et en même temps appliquer une contraction,
provoque des mouvements de massage de la prostate, des pressions dessus,
et ça, elle aime bien cela, les mouvement de massage, les pressions,
elle va se mettre à ronronner graduellement

oui mais vous allez me dire:
« cette contraction, elle est primordiale, elle est de première importance, ok, j’ai bien compris,
mais comment la faire? quoi contracter? combien de temps? avec quelle intensité? »,
la seule vraie question ici, est quoi contracter,
le reste est fluctuant, vous allez varier l’intensité, la durée de la contraction,
selon votre inspiration, selon ce que votre désir vous dicte,
vous essayez de vous faire l’amour, d’accomplir ce petit miracle qui semble impossible,
tellement ces mots sont associés exclusivement à une interaction entre au moins deux personnes

mais donc, vous essayez de vivre en mode yin
les sensations de votre pôle masculin et de votre pôle féminin interagissant,
la richesse et la variété que vous introduisez dans vos mouvements, sont essentielles,
par contre quoi contracter?
c’est peut-être une question plus délicate, plus épineuse,
quoique…

je vous répondrais que je ne peux pas affirmer avec exactitude quoi contracter,
c’est dans la zone de l’anus, c’est dans la zone du périnée,
régulièrement cela s’étend, se prolonge et je contracte les fessiers aussi, voire les abdominaux,
disons que la contraction de base, c’est dans la zone de l’anus et du périnée,
qu’elle peut est très fine, très légère
comme effectuée du bout des doigts sur de la dentelle qu’on a peur de froisser,
comme elle peut être massive, brutale, sans retenue,
comme un bûcheron qui pousserait de toutes ses forces

lente, très lente, rapide, très rapide,
exaltée, douce, frénétique, systématique, anarchique, brouillonne, ordonnée, sophistiquée,
il y en a de toutes les couleurs et de toutes les formes,
l’important ici, ce n’est pas de réfléchir comment la faire
mais juste essayer de la faire pour éveiller au mieux des sensations, guidé par son désir,
de la sentir donc, de se laisser guider par ses tripes
juste sentir, sentir, sentir, éveiller ses instincts et se laisser emporter,
le corps saura toujours mieux, pourra toujours mieux,
que nous, avec toutes nos capacités d’analyse, avec toutes nos capacités de réflexion,
du moins dans ma façon de faire,
je ne prétends pas que dans d’autres types de pratique, ce soit le cas aussi

donc pour résumé,
la contraction de base s’effectue quelque part dans la zone de l’anus et du périnée,
elle peut être très légère, très fine, comme de la dentelle,
comme elle peut devenir plus massive, requérir l’engagement de tous les muscles du bassin,
même les abdominaux, les muscles du dos, etc
mais avant tout, ne réfléchissez pas à ce que vous engagez comme muscles,
juste essayez de ressentir, de vous laissez guider par votre instinct et par le plaisir

ce n’est pas tout,
là ce que je viens de décrire, c’est juste la partie ondes prostatiques du moteur,
reste l’autre partie, les ondes génitales,
ici, c’est uniquement une question de la danse des cuisses avec nos organes sexuels,
encore une fois je le répète, j’évite strictement les contacts manuels,
ils sont profondément yang, ils n’ont rien à faire en mode yin,
donc là aussi, les maîtres mots sont variété, diversité, favoriser les détails,
frottements, pressions, effleurements, tout est bon,
c’est une danse tantôt effrénée, tantôt lente, lascive, chaloupée

cela peut devenir aussi assez brutal par moments, des frottements comme de la brûlure,
des pressions comme un étau, n’ayez pas peur d’y aller,
vos génitaux ne sont pas des mimosas,
ils vont aimer cela, des traitements de temps à autre du genre, « fais-moi mal, oh oui, Johnny, fais-moi mal! »

vos génitaux vont devenir de plus en plus sensibles à ces contacts,
c’est une excellente chose,
quand vous serez au stade où j’en suis,
le moindre effleurement de mes couilles ou de mon sexe, par mes cuisses,
envoient des ondes délicieuses dans tout mon bassin,
c’est une chose que je déguste en tout lieu, à tout heure
mais c’est chez moi, entre quatre murs, dans mon nid douillet,
nu comme un ver, que cela devient vite irrésistible
et que le moindre resserrement un peu insistant de mes cuisses,
me fait tout de suite gémir de plaisir
et envoie des vagues de volupté ineffable dans tout mon corps

donc, les cuisses dansent avec les couilles, avec le sexe,
ils vont être rapidement copains comme cochons, ceux-là,
donnez leur la possibilité de s’exprimer
et vous allez être étonné des résultats

il s’agit maintenant de combiner ces deux types d’ondes, de les faire dialoguer,
de les alterner par moments,
à d’autres, de les amalgamer, de les fusionner inextricablement,
là encore il s’agit de pouvoir laisser s’exprimer ses tripes,
son imagination au plus près de son corps, de ses instincts
et non pas de réfléchir à chaque mouvement, de leur ampleur, de leur durée,
laissez parler vos entrailles,
place à la barbaque en folie, à la barbaque hurlante de plaisir,
à la barbaque qui va vouloir grimper aux rideaux, grimper jusqu’aux cieux
et vous emmener avec elle

c’est de la danse avant tout dans le bassin,
une splendide et enivrante chorégraphie dans l’instant,
orchestrée par le désir, par vos instincts, par votre corps
et vous serez aux premières loges,
n’oubliez pas d’essayer autant que possible de laisser vos tripes s’exprimer
et de mettre votre moi pensant en veilleuse,
c’est le moment du grand désir,
vous avez le grand désir en vous comme un océan puissant, conquérant, majestueux,
produisant inlassablement ses vagues, produisant inlassablement son écume,
au rythme harmonieux, sauvage et sensuel montant de ses profondeurs abyssales