#37518
CaktilCaktil
Participant

Bonjour à tous,
J’ai une petite « confession » à faire concernant le cannabis. @Andraneros tu dis :

En revanche si tu restes dépendant du cannabis pour vivre des orgasmes prostatiques tu cours le risque de subir tous les effets négatifs associés à ces substances, dont la dépendance, sans forcément améliorer ton expérience.

Je ne l’ai pas encore précisé dans mes messages, mais je consomme aussi du cannabis avant une session, dans exactement 97% des cas. En effet, jeudi prochain je vais faire ma 100e séance (Happy 100th !!🍾🎂 🥳) et je viens de vérifier dans mes notes : je n’ai fait que 3 sessions jusqu’à présent sans l’aide précieuse du THC.

Je n’en avais pas parlé jusqu’à maintenant car je ne voulais pas faire de prosélytisme pour une substance qui n’est pas encore légale par chez nous. C’est vrai qu’il peut y avoir un danger de dépendance psychique. Heureusement, ce danger est plus faible que pour l’alcool par exemple et surtout, cette éventuelle dépendance n’est pas physique.

Par contre @Andraneros, je ne vois pas de quoi tu parles en disant :

tu cours le risque de subir tous les effets négatifs associés à ces substances

Personnellement, je ne fume pas le cannabis, je le vaporise. J’évite ainsi les dangers liés à l’inhalation des substances dangereuses produites par la combustion. Il est également possible d’ingérer le cannabis. Dans ces conditions, je ne vois pas quels effets négatifs il peut y avoir à consommer une plante quelques fois dans la semaine (à part l’aspect légal, bien sûr). Et qu’on ne me parle pas d’escalade vers d’autres drogues plus dangereuses… Ce mythe est complètement dépassé de nos jours. Cela fait plus de 40 ans que je consomme du chanvre et je n’ai jamais eu envie de me planter une seringue dans une veine ou de me « poudrer » le nez.

Le THC me permet d’être plus détendu et de plus facilement me mettre dans cet état de relaxation et de méditation qui est nécessaire pour déclencher des orgasmes prostatiques. Être stone m’a toujours permis de mieux apprécier les bonnes choses de la vie comme la beauté de la nature, les plaisirs charnels, gastronomiques ou artistiques. Le cannabis agit chez moi comme un amplificateur et non pas comme un anesthésiant.

Pour conclure, je n’encourage personne à essayer de consommer du cannabis s’il ne l’a jamais fait. Par contre, je ne vois pas où serait le problème si quelqu’un qui en a déjà consommé dans sa vie l’utiliserait pendant une session.

Bon cheminement à tous et prenez soin de vous.