#37563
AvatarNcls0
Participant

Bonjour,
Suite de mes aventures et de mon cheminement.

Séance 8 :
Il ne s’est rien passé mais vraiment rien. Progressant rapidement, j’avais beaucoup d’attentes : j’étais impatient, je forçais les contractions.
J’ai été très vite frustré et j’ai arrêté car impossible de faire le vide en moi. (Je pense que c’est important aussi de partager les moments où ça ne marche pas)

Séance 9 et 9bis :
On repart sur la même séance que la précédente : j’ai l’impression de ne plus y arriver. Je baisse vite les bras. Je décide d’arrêter.
J’avais lu au travers du forum que certaines personnes dormaient avec l’Aneros : je voulais tester.
Fin de soirée, j’entame donc cette fameuse séance 9bis.
Je mets l’Aneros et essaie juste de m’endormir. Je n’y pense pas, ne fait rien à part me détendre pour dormir.
Une chose simplement : j’inspirais avec le nez et expirais avec la bouche.

C’est là que c’est arrivé : sans le vouloir, sans le demander, alors que je sentais plus l’Aneros, une sensation très agréable est montée en moi petit à petit.
J’ai compris que ce qui marche pour moi c’est de ne rien faire : je dois avoir la chance d’être « réceptif » donc j’ai juste à me calmer et ne penser à rien.
A cette sensation agréable, s’est ajouté des contraction de mon bas ventre, comme lorsque mon corps commence à me prévenir que je suis sur le point d’éjaculer lorsque je fais l’amour.

Je n’ai rien fait, j’ai continué ma respiration. Je n’ai pas essayé de respirer au rythme des contractions. J’ai simplement fait comme si elles n’étaient pas là.
Les contractions de mon bas ventre sont devenues de plus en plus puissantes. J’ai commencé à sentir comme « un petit coeur battre à l’intérieur de moi » J’imagine que c’était ma prostate.

Et c’est arrivé sans prévenir, cette sensation d’extrème plaisir est montée d’un coup en moi : j’ai joui.
Je n’ai pas ressenti cette sensation au niveau de mon pénis comme à mon habitude lorsque je joui mais « à l’intérieur de mes fesses ».
J’ai poussé tellement fort à l’apparition de cette jouissance que j’ai expulsé l’Aneros : ça a donc tout stoppé. C’était furtif mais bon (1 à 3 secondes peut-être)
J’ai remis l’Aneros, l’insertion m’a procuré une sensation incroyable : deux minutes plus tard rebelote.
J’ai ressenti une jouissance et ai poussé tellement fort que j’ai expulsé l’Aneros: a chaque fois que j’essayais de le remettre j’éprouvais quelquechose d’incroyable et l’expulsais immédiatement.

Un peu comme si mon corps faisait un rejet, parce que ne se sentait pas capable d’appréhender cette jouissance extrème qui allait arriver.
J’ai enfin commencé à toucher du doigt cette jouissance.
Bien que très bref (2 secondes max), c’était incroyable. Et c’est déja un progrès incroyable.
J’avais envie de continuer mais ces expulsions de l’Aneros m’ont fait un peu mal. Il faut que je réfléchisse à comment faire en sorte qu’il « tienne ».

Les progrès continuent et chaque progrès est encourageant et apporte d’incroyables sensations.

cette séance m’a permis de comprendre que « l’orgasme prostatique » est différent de l’orgasme classique
Il n’arrive pas petit à petit avec la sensation que quelquechose monte comme lorsqu’on sent qu’on va bientot éjaculer et qu’il faut faire une pause.
Il arrive d’un coup, très puissant. Il faut juste ne pas y penser, être détendu et prêt à le recevoir quand il décidera de se montrer.