#37570
bzobzo
Participant

j’ai évoqué l’écoute du corps
mais j’aurai pu tout aussi bien remplacer « écoute » par un autre terme, « connexion »

connexion au corps, il faut absolument chercher à se connecter à son corps,
chercher la communion, chercher la complicité
mais peut-être tous ces termes représentent encore pas grand chose pour toi,
sont des notions trop abstraites dans la pratique, au stade où tu en es

en tout cas, là est la clef du succès,
dans ta capacité à établir une connexion à ton corps,
tout le reste dépendra de cela,
la façon dont tu parviendras à libérer le désir dans ta chair,
la façon dont tu parviendras à faire monter les énergies qu’il y a au fond de toi,
la façon dont tu parviendras à les transformer, ces énergies,
en sensations délicieuses, diverses et variées,
ta jouissance aussi dépendra entièrement du degré de complicité avec ton corps,
sa qualité, sa finesse, sa diversité, sa durée, son intensité

et puis comme décris plus haut,
une fois que tu parviens à établir une connexion puissante et sans faille à ton corps,
tout ce qu’il peut y avoir de toxique en toi au moment de la séance,
doute, angoisse, impatience, frustration,
tout ce qui peut te freiner dans ta capacité à savourer ce qui s’éveille dans ta chair ,
ne résistera pas bien longtemps une fois que ce lien a été solidement établi,
une volonté animale régnera sans partage en toi
qui n’aura d’autre dessein que de savourer l’instant présent
se chargeant d’écarter prestement tout ce qui essaie de se mettre dans son chemin

donc, essaie d’être à l’écoute de ce corps autant que tu peux,
d’établir ce lien, cette complicité,
c’est la condition sine qua non