#37592
AvatarMikYo
Participant

Le plaisir se développe
Tout heureux et excité par cette étape, les séances continuent à s’enchainer pour ressentir ce plaisir de nouveau encore et encore. On pense avoir gagné, que ça y est on le tient l’orgasme prostatique. La vérité est un peu différente, à la fois en bien plus et à la fois en moins.
Tout d’abord les séances se suivent mais ne se ressemblent pas. Même si au global je vous rassure on avance on progresse le chemin reste parfois ardu. L’application dont on fait preuve jusque-là doit continuer et l’on doit accepter de cheminer petit à petit. Ne soyez pas déçu, les découvertes et les progrès renouvellent l’excitation très régulièrement et l’on vit des ressentis que l’on ne croyait pas possible. C’est cela qui rend toute cette recherche passionnante : on ne la maitrise pas et quand on l’accepte elle nous le rend bien, voir même très très bien…
Comme je le disais après avoir découvert enfin et ressentis ce filet de plaisir que m’a prodigué ma prostate, tout excité à l’idée de revivre ce moment ; d’explorer encore et encore ce que je pouvais y trouver, j’ai renouvelé les séances… J’étais à ce moment dans une période très positive de ce point de vue-là et cloué à la maison pour cause de confinement, je pouvais me lâcher à loisir. Mes séances m’apportaient des nouveautés dans le ressenti : C’était la zone de la prostate qui se tendait créant une boule de plaisir dans le bas ventre. Une autre fois cette boule démarrait de l’anus pour rejoindre la prostate. A partir de là ce sont des vagues de plaisir orgasmique qui m’irriguaient à partir de mon bas ventre. J’arrivais à renouveler ce ressenti de séance en séance. Dans mon cas, j’ai toujours démarré ces mini O en mode vagues de plaisir contrairement à d’autres qui partent dans des orgasmes beaucoup plus bousculés. Je ne saurais dire pourquoi et en fait je profite de ce que je vis sans me poser la question…
Entre les séances je retournais sur NXPL dans les témoignages et sur le Discord pour poser les questions que j’avais au fil des essais. Cela me permettait d’imaginer et de tester d’autres choses pour développer ce que je ressentais. En particulier, j’ai lu un témoignage qui parlait du plaisir qu’il ressentait en utilisant l’Eupho. J’utilisais l’hélix à ce moment-là et je me suis dit pourquoi pas ?
Ce fut encore une excellente idée. La séance fut une nouvelle découverte, un bond dans le plaisir ressenti. Le masseur plus fin que l’hélix bougeait délicieusement à l’intérieur. Cela a fait bondir mon excitation, l’intensité des vagues. C’est un autre aspect important de la démarche. Renouveler les expériences pour faire évoluer son plaisir… Une autre étape que je vous raconterais plus tard m’a fait passer encore grimper plus haut… N’oubliez pas cela, faire varier les conditions pour découvrir de nouveaux pans de plaisir… Quelle aventure !
C’était une étape magnifique et tellement excitante. Après tant de temps à chercher comment obtenir le graal, à se poser la question du comment le trouver, à tester sans trouver, voilà c’était là, j’étais en plein dedans. Je vous disais que cela n’a pas pris les 8 ans que j’annonçais au début. J’en suis persuadé car c’est l’application qui m’a permis de me connecter. Entre l’atelier et mon premier orgasme cela n’a pris que 4 mois. Pour les gens comme moi très analytiques, mal connecté à leur corps, il y a certainement eu une préparation intellectuelle au cours de ces années. Il faut intégrer le traité d’Aneros et les conseils prodigués dans les témoignages mais je pense que du point de vue du corps cela peut aller vite… Si je résume, je me suis intéressé pendant des environ 8 ans sur le sujet mais j’ai basculé sur 4 mois de temps. C’est le message que je veux transmettre.