#37598
EpictureEpicture
Participant

Extraits de : Désirs passions et spiritualité, Daniel ODIER, Pocket 1999
Chapitre 28 : L’orgasme tantrique pour les hommes

La plupart des auteurs parlent à ce propos (dissociation de l’orgasme et de l’éjaculation) de « contrôler l’éjaculation », alors qu’il s’agit au contraire d’abandonner tout contrôle dans une détente très profonde de la respiration.
(…) Par le massage (ici réalisé par un masseur initié) des points situés sur les méridiens, les fonctions respiratoires se détendent. Le diaphragme s’assoupli, les muscles profonds se relâchent. Toute la région du bassin trouve une autonomie et une détente qui vont permettre d’arriver progressivement à « oublier » l’éjaculation sans retenir quoi que ce soit.
(…) Tout homme sait que l’idée même de se retenir engendre une tension physique et mentale préjudiciable à l’abandon dans les rapports sexuels…
(…)Tous nos réflexes énergétiques bloquent ce flux (celui de la durée extatique), particulièrement celui de l’éjaculation. Pour qu’un homme soit en mesure de suivre une femme sur les vagues successives du plaisir, il n’a qu’une solution, devenir une femme énergétique, c’est-à-dire s’abandonner totalement.
Contrairement aux habitudes, le rythme amoureux des yogin commence dans une ardeur passionnée où tout est mis en œuvre pour porter l’excitation à son comble. Plus l’union se prolonge, plus le rythme va ralentir, jusqu’à l’immobilité totale. Tous les processus vont tendrent à l’accalmie alors que l’extase elle-même va suivre une montée fulgurante.

En réalité, Daniel ODIER parle de l’orgasme au cour d’un rapport partagé avec une autre personne. J’ai choisi des extraits qui peuvent donner l’impression qu’il n’est pas question d’autre personne. En fait, selon moi, atteindre cette extase est possible aussi bien seul, que à deux, ou à plusieurs. Il faut cependant avoir un ou une partenaire ouvert à ce genre de pratiques, ce qui ne courre pas les rues.

Du coup, Je peux vous dire que seul, cela fonctionne aussi. Mais ce n’est pas une « branlette » pour se soulager. C’est un massage qui conduit à cette détente profonde, dans laquelle le flux énergétique parcourt le corps avec volupté. Si la concentration s’oriente vers la circulation de ce flux, que la stimulation lente accompagne avec douceur, alors l’éjaculation ne constitue plus une menace. Le jeu de massages qui accompagne les vagues de plaisirs se transforme en danse du corps avec lui-même, sans que je puisse cependant parler encore de montée fulgurante. L’esprit, quant à lui, disjoncte du moi, et plonge…
Il reste encore quelques résidus de pensée intermittents mais que je travaille à faire disparaitre.
Bon cheminement à tous !!