#37890
bzobzo
Participant

ce matin, une fois n’est pas coutume, je me suis réveillé avant mon réveil,
plutôt que d’essayer de me rendormir encore pour une petite heure,
je me suis payé un peu de bon temps dans la semi-obscurité

d’abord, j’ai remis un peu au point les choses en moi,
me suis fait rappeler par mon corps un des principes de base de ma pratique,
sans doute un peu trop obnubilé par mon envie d’orgasmes prostatiques comme au bon vieux temps,
j’avais un peu perdu de vue que c’est aux ondes prostatiques de se plier, de s’adapter, au mode yin
et non l’inverse,
ainsi l’église a été remise au milieu du village,
j’ai pu reprendre ma progression en avant
et ô boy, comme j’ai passé de moments mémorables, divins, quel enchantement dans ma chair
ce matin, en bougeant moins, comme je le fais depuis quelques jours,
n’étant plus constamment en mode liane lascive, me tordant délicieusement,
l’énergie semblait se concentrer à un point tel,
qu’au bout d’un moment, j’ai commencé à avoir mes premiers orgasmes prostatiques

ils se sont installés différemment que dans mon souvenir,
avec moins de fracas, moins explosifs qu’en mode yang
mais néanmoins j’étais bien au centre d’un astre qui explose,
il n’arrêtait plus en fait, à chaque contraction , chaque mise sous tension, cela repartait de plus belle,
la densité d’un soleil qui explose tout autour de moi
et une infinité d’atomes qui semblaient voyager dans tous les sens,
il n’y avait plus de chair, plus de moi, plus de monde, plus rien,
juste cette densité incroyable formée par des trilliards et des trilliards
de petites particules serrées, serrées et virevoltant follement dans toutes les directions

mon réveil m’a tiré de là, comme on saisit quelqu’un par les cheveux
et on se met à le traîner de toutes ses forces contre sa volonté