#37917
bzobzo
Participant

pour ce que je recherche, pour ce que j’espère achever,
un plaisir aneroless en mode yin, penchant nettement du côté de la prostate
et de ce qu’elle peut délivrer dans les moments les plus paroxystiques,
tout en goûtant pleinement aussi aux vagues de volupté
que l’on peut obtenir avec les ondes génitales,
essayant de déguster toute la richesse, sans cesse changeante, de leurs nuances soyeuses,
m’imbibant jusqu’au plus profond de l’âme
de la sensation d’épanouissement et de plénitude dans l’instant
qu’elles peuvent générer dans la chair

pour ce faire, il m’apparaît avec de plus en plus d’évidence
qu’une balance délicate est à obtenir dans le bassin en action à tout instant,
en adaptant constamment le dosage des deux types d’ondes

il y a une émulation réciproque dans leur interaction
qui résulte en une augmentation rapide et puissante de la tension sexuelle
qui exige d’être à l’écoute plus que jamais des réactions du corps
pour que le flux d’ondes prostatiques ne soit jamais interrompu trop longtemps
mais néanmoins très régulièrement
pour qu’une alternance efficace des ondes puisse avoir lieu

on arrête quelques instants la génération d’ondes prostatiques
délai qu’on doit bien apprendre à estimer, de plus en plus spontanément,
pour aller frotter, presser, cajoler, les bijoux de famille, avec les genoux,
avant de reprendre déjà la production d’ondes prostatiques dans le bassin

un phénomène que j’ai pu constater qui en même temps brouille les cartes
mais contribue magnifiquement à l’augmentation de la tension sexuelle
c’est qu’à partir d’un moment donné,
l’alternance régulière, rythmique, des ondes d’une sorte puis de l’autre, comme en vagues,
provoque leur renforcement mutuel, toujours plus,
elles semblent toujours plus se mélanger, se dissoudre dans l’une dans l’autre
mais néanmoins, il ne faut jamais oublier d’accorder toujours malgré tout
la prépondérance aux ondes prostatiques,
en renforçant automatiquement leur injection, après une séquence orientée ondes génitales
si on ne veut rester tout de même du côté de la prostate pour atteindre les buts recherchés

le flux prostatique dans le contexte d’un mélange de différents types d’ondes,
dans le courant de la séance, des ondes anales venant parfois aussi se mêler à l’action,
doit pouvoir réagir comme un roseau qui penche, qui penche, parfois très fort
mais jamais ne se rompt, toujours se redresse