#37921
AvatarNcls0
Participant

Bonjour,

Je reviens pour vous partager ce qui je pense a été mon premier « orgasme prostatique » ou en tout cas ses prémisses.
Suite à la lecture du témoignage de @cypros , je décide d’entamer une séance.
Conditions : je n’ai pas fait de séance depuis 6 jours, je suis très fatigué. Je n’ai aucune attendu, ai l’esprit embrumé et apaisé et n’attends rien : mon objectif principal et de m’allonger pour me reposer.

Je m’endors et me réveille avec une érection, je ne ressens rien de particulier. Je sens cependant que je suis dans un état de bien-être et de détente.
C’est une phrase précise de @cypros qui m’a fait tilt :

J’ai tenté de stimuler les tétons pour relier le plaisir à toutes ces convulsions, tout me semble encore fouillis… comme un gros sac de nœud à démêler.

Etant donné que mon corps se « fait l’amour à lui-même » à chaque séance, se pourrait-il que je vive à chaque fois des orgasmes sans les ressentir. N’ai-je pas juste à « éduquer » mon cerveau/esprit afin qu’il comprenne qu’il doit associer ces « moments » à du plaisir (une sorte de réflexe conditionné, je ne sais pas si je suis clair) ?
En clair, qu’il faut simplement démêler le sac de noeuds qui relie le corps au plaisir (comme a dit @cyprus) afin que le lien soit établi.

J’ai donc commencé à me caresser les hanches, les tétons afin de ressentir du plaisir émanant des zones que je caresse en espérant que mon cerveau comprenne qu’il faut également associer cette sensation aux mouvements de mon bassin et de l’Aneros. Je reste en « do nothing » au niveau de l’Aneros car je n’arrive de toute façon pas à faire le vide tout en faisant des contractions volontaires (je compense par des petits mouvements de bassin)

J’ai continué mon travail de respiration et ai senti petit à petit le plaisir se déplacer de mes tétons/hanches jusqu’à mon bas ventre. Les tétons ne me procuraient plus rien, j’ai arrêté de les stimuler : mon esprit avait enfin localisé la source.
J’ai surélevé un peu mon bassin et ai senti ce plaisir monter déscendre comme un yoyo à chaque respiration : je marchais sur un fil.
Et là d’un coup une explosion : des sensations extrèmements puissantes le temps de quelques contractions (5 10 secondes), l’impression que j’allais éjecter l’Aneros mais j’ai cette fois réussi à ne plus y penser.
Des pulsations de plaisir très puissantes, des cris et des contractions du sphincter très fortes.
Puis le calme, des fourmis à travers les bras et les jambes et un état de bien être et de calme … puis mon corps et ma machoire se sont mis à trembler très (trop) violemment. Les sensations ont disparu.
J’ai décidé de ne pas chercher à aller plus loin, satisfait de ce que j’avais pu découvrir aujourd’hui …

C’est le début d’une nouvelle phase dans mon exploration … Affaire à suivre.

Merci encore pour vos conseils
@cypros : n’hésite pas à continuer de partager ton expérience sur ce sujet afin qu’on puisse s’entraider afin de comprendre notre corps puisque nous vivons la même chose.