#38027
AndranerosAndraneros
Modérateur

Ce que je peux répondre à tes questions @Ncls0 :
1)
Je pense qu’il vaudrait mieux essayer de connecter ton esprit à tes sensations et particulièrement à celles qui proviennent de la zone prostatique (anus, rectum, prostate, périnée, bas ventre). Les autres sensations qui apparaissent ailleurs dans le corps ne sont que des conséquences de ce que tu vis, au mieux sympathiques, au pire parasites. Celles qui viennent de la zone stimulée par le masseur sont soit la source de ton plaisir, soit ses premières manifestations. A mon humble avis ce sont les plus importantes.
2)

Les contractions involontaires
Très difficiles à identifier.

Plutôt que des « faire l’effort » de les oublier, essaie de les suivre, de les accompagner en pensée.

Parfois j’ai l’impression d’effectuer les contractions alors que pas du tout. Parfois j’ai l’impression qu’elles sont involontaires alors que je les provoque.

Ta remarque est très intéressante. Je me fais la même de temps en temps. Au stade où tu en es est-ce que cette différence est importante ? Si tu en étais à avoir des contractions involontaires, donc échappant totalement à ton contrôle, puissantes, profondes te propulsant sur des pics orgasmiques insoutenables, les renouvelant sans fin apparente, la différence serait importante car c’est la perte de contrôle qui ouvre la voie aux tsunamis orgasmiques.

Pour toi maintenant c’est l’apparition des vagues de plaisir qui est importante. Ce dont tu dois seulement prendre soin c’est d’évoluer vers des contractions volontaires de plus en plus légères qui peu à peu ne doivent plus générer ton plaisir mais seulement l’accompagner pour s’effacer et laisser la place aux contractions involontaires qui vont le faire durer et s’intensifier.
3)

Est-ce plusieurs types d’expression du plaisir ou à terme les deux vont se mélanger ?

Chaque cheminement est différent. Tu n’échappes pas à cette règle. Ton expérience évolue constamment et continuera de le faire même après des années de pratique. Si tu cherches à contrôler la nature du plaisir que tu vis, tu cours le risque de l’éteindre. Si tu as l’impression que ça part dans tous les sens sans te permettre d’avancer nettement, tu peux toujours essayer de privilégier les conditions qui t’ouvrent à la forme de plaisir qui te paraît apporter la meilleure progression semaine après semaine.

Bon cheminement @Ncls0.