#38049
bzobzo
Participant

le texte au-dessus est sans doute un peu brouillon
et n’exprime pas avec suffisamment de clarté et de précision
ce que je suis en train d’expérimenter pour l’instant
et qui donne des résultats vraiment très très intéressants

ressentir l’entièreté du corps comme un bloc, comme une unité,
voici l’idée derrière essentiellement,
ainsi on favorise, on optimise, la circulation des ondes,
aussi bien prostatiques que génitales
puisque chez moi, il y a constamment les deux types durant l’action
en proportion variables selon les moments

pour percevoir mieux donc le corps comme un bloc, comme une unité,
j’ai détaché les bras du tronc, les mains sont devenus inertes,
assis sur le lit ou couché, je m’en sers comme points d’appui
mais pour l’instant, ils ne participent plus autrement à l’action,
ainsi j’obtiens une superbe mise en tension de tout le corps,
la sensation d’ensemble est fortement renforcée,
la circulation des ondes est optimale à chaque instant

aussi, je ne bouge plus n’importe comment,
on n’est pas une montagne solitaire mais un massif avec de nombreux sommets plus ou moins hauts,
je ne me laisse plus aller à la tentation de sauter de l’un à l’autre comme un bouquetin surexcité,
je favorise des postures de base que j’ai repérées comme étant très prolifiques, très exploitables

couché sur le dos, les bras étendus derrière la tête, les mains se joignant,
on devient ainsi comme une fusée longiligne vibrant sur place,
le bassin produisant des masses et des masses d’ondes

je ne reste pas immobile, c’est une posture de base à partir de laquelle je varie,
bouge les jambes, le bassin danse tout le temps,
les cuisses frottent, pressent, les contractions montent,
je suis souvent en full mode liane lascive

quand je décide de changer de posture de base,
j’en ai déjà repéré trois aussi, que j’ai rajoutée à mon catalogue:

-couché mais le tronc relevé en appui sur les coudes,
les jambes pliées, genoux en l’air, ou pas,
ça c’est aussi une splendide posture de base qu’on peut bien tenir sans fatigue sur de longues périodes
et qui délivrent un kaléidoscope de splendides sensations aux nuances riches et fines

-assis, appuyé sur mes bras en arrière, une autre de mes postures d’élection, pour l’instant,
plus fatigante néanmoins mais on est capable de sensations tellement spécifiques,
le yin ainsi est comme une fontaine, une verticalité fertile au plus haut point

-et puis la dernière posture de base que j’ai déjà repérée,
c’est à nouveau couché mais sur le flanc, appuyé sur un coude,
la jambe du dessus, venant croiser et décroiser régulièrement,
les contractions sont très puissantes ainsi,
l’autre bras est derrière, allongé, permet d’équilibrer, mettre sous tension,
la sensation de coït est tellement puissante dans cette variété de posture,
les sensations sont très animales, très brutes