#38397
bzobzo
Participant

techniquement, pas grande différence
entre ma pratique nouvelle en mode yin aneroless , uniquement ondes prostatiques
et puis l’autre, ma pratique principale, celle qui est la mienne depuis des mois
sinon, bien sûr que j’ai les cuisses constamment écartées

ce qui s’est passé, comme je l’avais prévu, c’est une période de rewiring
mais ça a été plus rapide que je l’espérais,
tout était là dès le premier moment
mais je n’y réagissais pas comme sensations de plaisir
puis ça s’est connecté, ça a démarré peu à peu en quelques jours,
le processus est en route, cela s’intensifie à chaque séance un peu plus
mais c’est déjà tellement délicieux

la seule véritable nouveauté, on pourrait dire
et cela aussi, c’est passé en un temps record
et témoigne de l’admirable adaptabilité du corps,
c’est que je lui ai appris à ne pas réagir aux multiples petits contacts
qui peuvent arriver entre mes cuisses et mes couilles, mon sexe

alors que dans mon autre pratique, ces con tacts sont recherchés, voulus
et provoquent de délicieuses vagues de volupté constamment,
m’emplissent d’un ineffable nectar, chaud, frémissant, soyeux,
dans ma nouvelle pratique, ils ne me font plus rien,
une sensation juste de pétards mouillés,
je sens le contact et directement quelque chose se désamorce

c’est grâce à la complicité tellement puissante avec mon corps
qu’on a pu régler cela en si peu de temps, si aisément

me voilà lancé donc, en prostatique pure aussi donc,
cela reste en mode yin,
j’ai écrit il y a quelque temps que je tenterai aussi le challenge de repasser en mode yang,
je vais peut-être m’y mettre un de ces jours
mais pour l’instant, j’ai encore du pain sur la planche pour faire progresser ma nouvelle pratique,
la pousser un peu dans ses retranchements pour voir ce que cela donne,
s’il y a des super O en réserve en moi, en mode yin aussi,
des périodes d’orgasmes qui s’enchaînent à la queue leu leu, comme en mode yang