#38407
AndranerosAndraneros
Modérateur

Bonjour @caktil, tu nous disais il y a 4 jours :

L’intensité du plaisir est très forte, je n’ai encore jamais atteint un tel niveau. Les orgasmes sont inattendus, ils me prennent par surprise en se déclenchant rapidement aux moments où je ne m’y attends pas.

Ta dernière phrase montrait que tu étais déjà bien engagé dans la voie de l’expérience qui t’a fait écrire hier :

je reprends mon Progasm Junior qui m’a tant donné de plaisir ce matin (une séance de fou! La meilleure séance de ma vie!), je le badigeonne de beurre de karité et me l’introduis entre les fesses. Et là, BAM !! J’ai un orgasme instantané ! Ça ne m’étais jamais arrivé, j’ai toujours besoin de quelques minutes pour mettre en route la machine. Mais aujourd’hui, c’est comme si je continuais simplement la séance du matin, malgré les trois heures et vingt minutes de pause entre les deux sessions.

C’est une magnifique expérience et le bonheur dont tu témoignes à cette occasion est très contagieux en ce qui me concerne. Tout d’abord j’ai noté ton commentaire :

après ma séance remarquable de ce matin, j’ai eu envie d’en faire une l’après-midi.

C’est certainement une clé de cette nouvelle étape, l’ENVIE de faire une session. En d’autres termes on peut dire que ton cerveau et ta prostate le demandaient. Cette expérience confirme à quel point on ne force pas l’orgasme prostatique mais au contraire on le reçoit quand on est prêt, quand on est disponible.

J’ai deux questions qui me viennent à l’esprit.

Je me demande tout d’abord si en fait de nouvelle session un peu plus de 3 heures après la première ce n’était pas plutôt une manière de continuer la première partie ? Je m’explique. Après une excellente session comme celle que tu as faite le matin, « La meilleure séance de ma vie ! », tu devais avoir de beaux effets secondaires dans les heures qui ont suivi (« afterglow » sur les forums anglophones). Dans une telle situation on peut se demander si ton explosion orgasmique instantanée et intense n’était pas plutôt une suite attendue à ta première partie de session et non le démarrage d’une nouvelle. Je suis tenté de penser que tu étais resté sur un plateau d’excitation et de plaisir, occulté par la fatigue et la saturation nerveuse apportées par la première partie de session.

Tu nous as dit précédemment que presque toutes tes sessions bénéficiaient des effets du cannabis. Ces effets sont limités dans le temps en terme d’efficacité optimale. Je n’ai pas d’expérience personnelle mais j’ai l’impression d’après mes lectures que le délai entre le début de ta première session et celui de ta seconde session te mettait en dehors de la période d’efficacité optimale du THC, sous réserve du dosage initial et d’une éventuelle seconde prise avant la session de l’après-midi. Est-ce que tu penses que tes progrès te permettent maintenant de faire une session presque aussi intense en toute sobriété que celles que tu fais sous influence ?

Pour répondre, enfin, à ta question initiale, je dirais que ça ne m’est pas encore arrivé, mais que je passe certains jours avec de très forts effets secondaires de longues heures après la fin de ma session matinale. Ton expérience, sur ce point te rapproche de @bzo avec la mise en œuvre d’une technique très différente.

Bon cheminement @caktil.