#38542
bzobzo
Participant

de temps à autre, des pensées viennent polluer notre plaisir,
durant l’action, elles sont comme des nuages qui nous coupent des rayons du soleil,
la place devrait être libre l’essentiel du temps, il ne faut pas les laisser s’installer,
s’arranger pour qu’elles passent leur chemin le plus vite possible
pour que nous puissions goûter d’une manière optimale
à tout ce qui s’éveille en nous, à tout ce qui rayonne en nous

car notre tête ne devrait servir que de relais au réseau d’ondes que forme le corps durant la séance,
bien sûr aussi de temps à autre, nos capacités intellectuelles peuvent être utiles,
tout n’est pas une action spontanée menée par le désir, par l’instinct
mais c’est une très mauvaise idée de laisser notre intellect reprendre les manettes,
le corps peut se servir de certaines de nos idées pour orienter l’action
mais c’est toujours de façon indirecte,
une pensée passe comme un éclair qui semble comme une suggestion à suivre
sur la façon dont les choses devraient se passer,
si cette suggestion est pertinente, le corps va s’en emparer au bout d’un moment
sans même qu’on s’en rende compte,
sinon la pensée s’évaporera sans conséquence aucune

les pensées devraient donc passer comme des éclairs dans le feu de l’action
et n’avoir jamais aucune conséquence immédiate sur les ébats,
toute pensée qui s’installe, qu’on laisse s’installer
va agir comme un voile de plus en plus épais par rapport à nos sensations,
nous les rendre opaques de plus en plus,
jusqu’à nous couper complètement de ce qui se passe en nous,
trancher plus ou moins longtemps ce lien par rapport à ce qui se passe dans notre chair
que constituent les sensations éveillées en nous

lien ou élan,
elles constituent aussi un élan, un flux,
au plus on laisse ce flux tranquille, au plus il va monter en puissance,
au plus on va pouvoir se baigner dedans, s’en imbiber,
percevoir les ondes superbes des énergies qui sont montées en nous