#38725
AvatarBuzzi
Participant

Bonjour amis lecteur, je suis de retour après un temps d’absence dû aux vacances. J’ai du interrompre mes sessions un certain temps car pas facile de se donner du plaisir avec mon jouet favori quand il y a la famille autour.
Ne pouvant pas utiliser mon aneros pendant mes trois semaines de vacances, j’ai pu en profiter pour améliorer mon ressenti du plaisir en aneros-less. Il y a des soirs où cela a fonctionné où j’ai pu sentir quelques étincelles de plaisir. Pour ce faire, j’ai du me plonger dans mes fantasmes et mes souvenirs de sessions érotiques (souvent quand je porte mes vêtements préférés où que ma femme en porte).
Plus les jours passaient et plus mon excitation se développait. Lors de la dernière semaine je pensais au retour à la maison et au plaisir que je pourrai avoir en jouant de nouveau avec mon aneros et en enfilant mes tenues préférées (mes combinaisons de ski quechua, ce textile doux qui enveloppe mon corps et qui me serre à l’entrejambe, le col polaire qui remonte haut presque jusqu’à la bouche, se sentir enfermé dans la combinaison de ski ou mon body de plonger tribord, cette veste de plongée en forme de justaucorps, sentir cette matière collé à la peau et surtout sentir la culotte du body me serrer mon sexe, mes fesses et mon entrejambe ou mes justaucorps. Sentir le tissu collé à la peau, autour de mon sexe et me serrer mon entrejambe).

Après m’être plongé dans mon imagination, mes souvenirs et mes fantasmes me voilà de retour à la maison. Je ne pensais vraiment pas avoir de temps libre sur cette première journée de retour des vacances mais ma femme décida d’aller faire les courses avec notre fils. Je fus seul dans la maison et je savais que j’avais quelques heures devant moi. L’occasion était trop belle et je n’ai pas pu résister à l’envie d’insérer l’aneros peridise dans mon anus. Un peu de lubrifiant, le peridise et… je n’ai pu résister à l’envie d’enfiler mon body de plongée. Confortablement installé sur mon lit, il m’a fallu seulement quelques minutes pour que les sensations du peridise se fassent sentir. Le plaisir grimpe crescendo et ne redescend pas et celui-ci et même plus intense qu’auparavant. Le plaisir fut tellement bon que je me suis mis à gémir et presque à crier. Je sentais mon corps tout entier se réchauffer, la sensation de mon justaucorps de plongée fut encore plus plaisante. « Hummm c’est bon, hummmmm je vais avoir un orgasme, ohhh c’est très bon« . Ce moment de plaisir dura plusieurs dizaines de minutes et au bout d’un moment j’ai eu un orgasme intense qui s’est terminé par une éjaculation sans que je ne touche à mon sexe. Je pense qu’en dehors des rapports avec ma femme, ce fus l’un de mes orgasmes éjaculatoires les plus puissants que j’ai connus. Au moment de l’orgasme, je ne savais pas si j’allais éjaculer et c’est pour cela que j’ai laissé venir… peut être que j’aurais pu avoir un orgasme non éjaculatoire comme j’ai pu le lire dans le forum mais cela marqua la fin de ma session, d’une très belle session.

Toujours dans la même journée dans l’après midi. Avec ma femme nous avons eu un moment pour nous et ce fut l’occasion de satisfaire nos désirs l’envie que nous avions l’un envers l’autre. Même après ma session du matin ma libido fut encore très haute. Généralement, mon plaisir décroit avec le nombre d’orgasme (je parle ici d’orgasme éjaculatoire) que j’ai dans la journée et chose surprenante ce ne fut pas vraiment le cas. J’ai commencé par utiliser notre vibromasseur sur ma femme pour la faire jouir à plusieurs reprises et de la voir, de voir ses yeux pendant qu’elle a un orgasme m’excite énormément. Le premier orgasme arrive assez rapidement pour elle et je ne peux m’empêcher de continuer jusqu’à ce qu’elle me demande vraiment d’arrêter. Après ça c’est elle qui a pris le vibro en main pour le coller entre mon sexe et le sien et le plaisir fut intense (je comprends mieux maintenant la puissance des émotions sur l’intensité du plaisir) jusqu’au moment où je n’ai pas réussi à contenir un autre orgasme puissant. Comme chaque orgasme éjaculatoire j’ai senti mon corps se crisper tout entier pendant quelques secondes avant que le sperme ne jaillisse de mon sexe. Pendant cet orgasme j’ai bien senti la séparation entre l’orgasme et la phase de libération du liquide reproducteur. C’est là une technique qu’il faut que j’approfondisse grâce au livre de Mantak Chia.

Suis-je gourmand ou non ?
C’est le soir et c’est le moment d’aller au lit. Je discute avec ma femme et j’en profite pour poster mon petit message du récit de ma journée sur discord. Ma femme me demande si elle peut lire mon post, cela me gêne et en même temps cela me fait très plaisir. Après avoir lu mon petit post on discute un peu sur le sujet et elle me dit que c’est bien que je puisse avoir du plaisir comme ça. Je pense avoir beaucoup de chance avec ma moitié car elle me comprend et me soutient. Elle me regarde et elle sent que j’ai envie de mettre mon aneros helix pour la nuit. L’envie est bien là et je me demande si c’est raisonnable après mes deux orgasmes. Je suis gourmand je sais mais à ce moment je me dis que ma session risque d’être moyennement plaisante… On verra bien, je ne me pose pas trop de question et l’important c’est qu’à ce moment là je suis bien.
Je vais dans la salle de bain, je lubrifie mon anus, l’aneros et j’insère ce dernier avant de retourner dans le lit m’allonger auprès de ma femme. Je suis allongé, ma session démarre, ma femme est allongé à côté de moi entrain de lire. Assez rapidement les premières sensations se font sentir et je sens mon sexe se durcir en même temps que je sens une chaleur agréable proche au niveau de mon anus. Peu après ce sont des vagues de plaisirs plus interne je dirais qui envahissent mon corps. Cela dure quelques secondes avant qu’elles ne disparaissent pour revenir un peu plus tard. Les sensations sont de plus en plus intense, plus intense que les dernières fois. Je suis entrain de vivre une montée du plaisir, c’est très plaisant. Le plaisir monte et descend mais il reste très plaisant pendant pas mal de temps contrairement aux fois d’avant. Ma femme dort à côté de moi et je dois faire attention pour ne pas la réveiller. Ce n’est pas très facile car le plaisir atteint un tel niveau que c’est difficile de ne pas bouger et de ne pas gémir. Le plaisir continue et je me perds dans mes fanstasmes. Je me passe en boucle dans ma tête les images du moment où une parachutiste ouvre son parachute, ce moment où le harnais nous serre où nous sommes porté par les cuissardes. Le plaisir continue, je ne sens pas encore l’aneros danser contre ma prostate (cela peut-il être du au lubrifiant que j’utilise, pas assez efficace??) mais le plaisir est bien là et il est intense. Au bout d’un moment (car je perds la notion du temps), je finis par m’endormir pendant, je pense, quelques minutes car l’aneros me réveille et là c’est encore plus délicieux. Le plaisir est encore monté d’un cran, je me demande ce qu’il m’arrive, le plaisir ne descend pas et je sens les vagues de plaisirs internes plus intenses, je sens des chatouilles dans le bas de mon ventre j’adore. Cependant cela ne durera quelques dizaines de minutes avant que le plaisir ne retombe et que je me résous à retirer l’aneros.

Je ne pensais vraiment pas recevoir une telle dose de plaisir, je ne sais pas si je viens de vivre mes premiers petits orgasmes car tellement différent de l’orgasme éjaculatoire (en tout cas pour le moment mes orgasmes (si orgasme il y a) prostatique sont moins intense que mes orgasmes éjaculatoires). Je ne sais pas quand j’aurais la chance de pouvoir revivre de tels plaisirs mais force est de constater que je suis gourmand de pouvoir revivre cela :).

Désolé pour la longueur de ce message mais je tenais à vous retranscrire au mieux mon état qui m’a permis de recevoir de tel plaisirs.

Bon cheminement à tous et bonne journée