#38755
AvatarAntoine
Participant

Bonjour à tous,

Sujet : véritables progrès en cours !

Hier après-midi, j’étais seul à la maison. J’ai donc décidé de faire une séance avec l’hélix, mon tout premier jouet prostatique. J’avais vraiment du temps, j’étais libre de toute contrainte. J’ai pris le temps de bien lubrifier, puis après l’insertion, je me suis allongé une dizaine de minutes afin que mes muscles soient bien relaxés tout autour de la prostate.

Ensuite je me suis mis à 4 pattes, tout simplement parce que j’ai des soucis de dos et cette position me soulage. Donc j’étais bien. Je précise que je fais beaucoup de renforcement musculaire et que je suis très stable et ne fatigue pas dans cette position pendant très longtemps. J’ai dû me mettre aussi comme ça un peu inconsciemment afin de me sentir un peu plus femme, car j’ai toujours voulu explorer mon côté féminin.

Puis j’ai commencé à faire de très légères contractions, plutôt avec les muscles de l’anus, ceux près de la pointe du coccyx. Les muscles du périnée n’étaient pas sollicités du tout volontairement, mais ils bougeaient un tout petit peu en réponse à la faible sollicitation volontaire. Avec ces micro-mouvements, à chaque relâchement je sentais bien que cela appuyait là où il faut.

Donc, tout en continuant cela, je me suis concentré uniquement sur la zone où je sentais le masseur, sans chercher à me dire, comme souvent pendant toutes ces années des choses du genre :  » ça y est je suis sur la prostate « , ou encore  » je sens bien la butée sur le périnée là, donc la tête c’est plutôt cette sensation plus haut dans le rectum ».
Non, cette fois, j’ai juste essayé de sentir, juste pour sentir. Comme vous me l’avez toujours dit dans vos conseils. Et j’ai senti. Point.

Et au bout de 10 ou 15 minutes… j’ai commencé à avoir une sensation de plaisir, bien réelle, mais très différente de ce que je ressens en tant que plaisir associé au sexe ordinaire. C’était comme une petite caresse, très sensuelle au niveau de la prostate probablement. En même temps, je ressentais un savoureux mélange de curiosité hyper excitante (sexuellement), car c’était vraiment une sensation nouvelle qui me prenait, m’emmenait. Comme si je ne pouvais que me laisser faire.
C’était clairement sexuel, je me faisais englober, ou gagner par cette sensation très nouvelle. C’était très bon.

A partir de là, j’ai continué à me concentrer sur cette sensation, et surtout j’ai quasiment lâcher toute contraction, j’ai laissé faire. J’ai accompagné les petits à-coups involontaire (qui naissaient surtout après les relâchements initiaux de micro contractions volontaires préalables). Et ça s’est amplifié ! Le meilleur, c’est que mon cœur à ensuite commencé à battre la chamade, tellement mon corps se faisait envahir par ces petits picotements de plaisirs incontrôlables. Cette sensation est tellement nouvelle, inconnue, presque troublante, mais aussi et surtout très sexuelle. J’aurais voulu que ça dure mille ans.

Bref, cela a bien duré 45 secondes ! J’ai ensuite essayé de réitérer les sensations, mais il me restait moins de temps, et je n’étais plus assez  » libre « . Donc je n’ai pas réussi à renouveler l’expérience interdite :). Finalement, au bout de 10 minutes, j’ai mis fin à la session, très satisfait.

Voilà pour les faits.

Quelques questions et commentaires maintenant :

1) Point purement technique : j’ai lubrifié plus que d’habitude, presque une seringue entière. Peut-être un bon 5 mL, voire un peu plus. J’ai donc peur d’avoir perdu des années juste parce que je lubrifiais mal. Si la lubrification est subtile à ce point, il faut vraiment que je m’attèle à la soigner.

2) Les images mentales : quand j’ai senti ces picotements délicieux, je me suis laissé aller en accompagnant avec presque rien les sensations et petits tressautements involontaires qui se produisaient. Mais j’ai quand même dû imaginer une scène érotique pour que ça s’emballe bien, et je sentais clairement que c’était important pour nourrir ou entretenir ce qui m’arrivait.

Mais paradoxalement, ces sensations sont tellement excitantes, qu’elles pourraient suffire à m’exciter d’elles-mêmes, comme si je devenais excité d’être excité. Sauf que ça n’a pas été jusque-là, d’où les scènes imaginées.

Donc ma question est : faut-il plus de pratique et avec le temps on n’a même plus besoin de s’érotiser mentalement ?

3) Cela fait des années que je fais des séances  » agréables  » mais sans plus. En fait j’ai l’impression que, inconsciemment ou non, j’ai toujours attendu un plaisir proche du plaisir pénien. Du coup, oui mes sensations étaient agréables, mais j’ai l’impression que le plaisir que je ressentais était très centré, au final, sur l’aspect  » proche de l’éjaculation  » que les contractions dues au massage induisent. D’ailleurs, j’en ai des contractions involontaires… Je suis devenu plutôt doué avec mes divers muscles. J’arrive facilement à jouer sur leur tension/fatigue pour avoir des contractions involontaires. Paradoxal pour quelqu’un d’aussi lent dans son cheminement.

Bref, tout cela pour dire que ce plaisir sexuel que j’ai vécu hier est tellement différent… C’est hallucinant de nouveauté cette histoire. Là est toute la difficulté : c’est inconnu. Et pourtant cela part d’un organe sexuel bien ancré dans notre chair.

4) orgasme ou plaisir ? clairement plaisir. Mais je me demande si avec plus d’expérience et de temps, ce que j’ai vécu ne serais pas ressenti plus fort, comme un orgasme long. J’ai l’impression que c’est un plaisir qui demande à être de plus en plus  » reconnu « .

Un grand merci à tous !

Antoine