#38842
AndranerosAndraneros
Modérateur

Bonjour @Antoine,
Merci de répondre ainsi à ma question et d’expliquer à nos amis comment tu es devenu capable de contrôler les contractions des différents muscles de ton plancher pelvien. Ton message montre combien il est important d’entraîner ces muscles dont la tonicité contribue à l’intensité du plaisir orgasmique et dont le contrôle permet
• de choisir le moment de son éjaculation, donc de la retarder pour donner à sa (ou à son) partenaire un maximum de temps pour jouir de la stimulation procurée par le pénis
• de faire monter l’intensité de la jouissance associée à la phase de plateau pré-orgasmique sans dépasser le point de non-retour,
• et dans notre pratique du massage prostatique de déclencher les mouvements du masseur puis de les ajuster en fonction de nos sensations,

Du coup, je me suis mis à faire des exercices de kegel très souvent, mais encore une fois dans le seul but d’être  » performant ». Et ça marche du tonnerre.

CQFD

Je me rends compte en me relisant que je suis vraiment un technicien, pas assez « artiste ». D’où mon cheminement très lent, peut-être. 

La technique est importante dans la mesure où elle constitue les fondations de l’expérience que nous cherchons à vivre pendant nos sessions. Notre cheminement est ralenti quand nous ne savons pas lâcher prise, quand nous ne savons pas nous laisser emporter par nos sensations et notre émotion, quand nous ne savons pas accepter de perdre le contrôle de notre corps. Certains types de personnalité n’acceptent pas naturellement cet abandon. C’est un autre apprentissage à faire qui peut être très difficile dans la mesure où il s’agit de modifier notre relation au monde, à notre corps au moins le temps de nos sessions.

Mais j’adore ce voyage :p

Dès que nous commençons à vivre les premiers effets de notre cheminement c’est bien ce qui nous motive et contribue à l’accélération progressive (ou plus brutale… ) du développement de notre potentiel orgasmique.

En juillet l’année dernière @bzo te disait :

pour moi, c’est se faire l’amour et d’une façon dynamique, pas de relaxation, pas d’étape 0,1 et 2 donc, je commence tout de suite par les contractions et je ne les fais pas de façon mécanique mais aussi bien en aneroless qu’avec un masseur, les mouvements du masseur simule autant que possible les va et vient d’un sexe, je me fais l’amour avec, pour simplifier à l’extrême, j’éveille le féminin en moi et je lui fais l’amour avec le masseur, je me caresse comme si j’étais un amant caressant le corps de sa maîtresse et cela marche divinement, en tout cas chez moi

Le même jour @aneveil complétatit ainsi :

Il ne faut pas non plus négliger l’énergie sexuelle et l’excitation qui doivent être présents en début de séance. (… )
Je m’aperçois que se masturber sans éjaculer (et le plus longtemps possible) permets de faire monter son énergie sexuelle à son comble, et si quelques temps après on commence une séance prostatique, cela permets de commencer sur les chapeaux de roues.
L’excitation va décupler chaque micro-sensation pour les transformer en quelque chose de vraiment très puissant.

Au delà de ce que tu nous disais il y aura bientôt 2 ans dans ton message d’ouverture

j’aime plus que tout cet état d’esprit avant mes séances, d’un corps qui se soumet au plaisir de l’univers en lui présentant son nouvel organe de femme. Rien que d’en parler j’ai envie d’y retourner, (… )
Je désire ardemment invoquer cette femme qui dort en moi et qui a tant envie de se faire sauvagement prendre par ce plaisir qui je devine être indomptable et impitoyable. Je veux qu’il me prenne au travers de mon nouvel organe encore en dormance mais qui me titille depuis des années.

As-tu eu l’occasion de pratiquer la féminisation des sensations induites par les mouvements de ton masseur, comme @bzo le suggérait ? As-tu eu l’occasion de pratiquer le développement de ton énergie sexuelle comme @aneveil le suggérait ? Comme en témoigne aussi @epicture dans ses fils de discussion « Mon bonhomme de chemin » et encore plus nettement « L’énergie sexuelle masculine » ?

Manquer de temps pour pratiquer régulièrement des sessions suffisamment longues pour appliquer de tels conseils qui induisent des sessions de masturbation contrôlée en plus des sessions de massage prostatique est une difficulté suffisante pour ralentir tes progrès. Mais heureusement ça ne les bloque pas. Tu peux aussi essayer de pratiquer des sessions sans masseur, « A-less », en t »appuyant sur la qualité de ton contrôle musculaire. Elles sont bien plus facile à caser dans un emploi du temps chargé et ne nécessite aucune préparation matérielle.

As-tu pu discuter avec ta femme de ta pratique du massage prostatique et des progrès que tu enregistres déjà ? Peut-être peut-elle t’aider à dégager un peu plus de temps pour tes sessions, sans que ce soit au détriment de vos ébats coquins ?

Tu as tout ce qu’il faut pour vivre l’expérience de sessions multi-orgasmiques, à part le temps disponible pour pratiquer plus souvent. Je suis confiant que tes progrès ne font que commencer, même s’ils sont encore lents. Bon cheminement @Antoine.