#38868
bzobzo
Participant

depuis hier, j’ai recommencé à faire un peu de yoga,
oh juste une position, la moins contraignante possible pour mon pauvre genou gauche en si pitoyable état
et puis même, j’en reste à un stade tout à fait de débutant,
juste un début de posture, disons
mais le yoga, c’est comme le vélo, une fois qu’on a assimilé les bases, cela ne s’oublie pas,
je mets tout mon corps en tension légèrement,
je sens l’élongation qui tire un peu partout

mais surtout, ce qui justifie ce petit texte,
c’est la totale complicité que j’ai acquise dans ma pratique avec mon corps,
ici, se met aussi en place immédiatement, c’est confondant,
comme le silence totale dans mon cerveau, plus aucune pensée qui vient voiler mon écoute,
ma liaison à mon corps,
je suis partout dans ma chair, dans l’instant, juste là, pleinement là,
je mets en route le souffle avec l’ujjayi pranayama, la respiration amplifiée,
l’air emplit mon corps, il n’y a plus rien d’autre qui existe,
que moi dans l’instant empli du souffle qui va et qui vient,
jamais cela n’a aussi bien fonctionné, c’est comme si je redécouvrais tout cela

je reste ainsi de longues secondes, juste une petite montagne de chair, empli du souffle,
vivant la préciosité d’être simplement là

hé hé, je suis content, je vais y aller tout doucement, voir si je peux ajouter d’autres postures,
explorer différents types de respiration, pranayama,
c’est étonnant à quel point, c’est proche de ma pratique quelque part,
enfin cette proximité totale du corps,
la contraction aussi, au niveau de l’anus, du périnée, mula bandha en yoga, je l’applique
mais ici, il n’y a rien de sexuel, juste des énergies qui circulent avec le souffle, en parallèle,
comme l’accompagnant