#38997
Avatarsurlec0
Participant

@Andraneros, effectivement ce que vous décrivez ressemble à ce que je vis actuellement.

Pour continuer, me rendant compte que je pouvais avoir des orgasmes prostatiques par le biais de mon pénis, j’ai tout de suite vu le potentiel concernant mes rapports sexuels en couple.
Même si avoir une pénétration lente pour avoir des orgasmes masculins (plusieurs en plus!) n’est pas facile a digérer pour une femme après avoir eu une sexualité traditionnelle pendant toutes ces années, le fait que ça passe par le pénis et non par l’anus, et le fait qu’elle soit active a beaucoup aidé dans le processus d’acceptation.
Même si elle ne pouvait pas s’empêcher au début de penser que c’était moi qui faisait tout le travail, j’ai rapidement réussi à la convaincre qu’une stimulation prostatique par le pénis avec ma main était beaucoup moins intéressante qu’une stimulation prostatique par le pénis avec son vagin. Les sensations sont déjà bien plus délicieuses et la communion entre les corps est bien évidement un énorme plus.
Même si ça dure moins longtemps que quand je suis seul, la satisfaction que j’en retire après qu’elle m’ait chevauchée lentement (avec des orgasmes quasi en continu) ou qu’elle m’ait sucée lentement (aaaahhhhh) est bien plus importante.
Et elle prend maintenant beaucoup de plaisir à me voir jouir autant grâce à elle. Elle ne me suçait pas souvent avant, à cause du sperme qui sortait en quantité, mais il y a beaucoup moins de liquide qui sort maintenant pendant mes orgasmes continus et elle le fait maintenant avec plaisir et très souvent!Un pur délice!
Par contre, elle ne peut pas jouir par pénétration lente comme moi et quand c’est à mon tour de lui faire plaisir, je dois accélérer pour lui donner des orgasmes. C’est à ce moment que je sens monter l’éjaculation. Mais quand je m’arrête, juste avant d’éjaculer, il me suffit d’attendre quelques secondes sans bouger ou de bouger un tout petit peu le pénis pour qu’un gros orgasme non éjaculatoire (prostatique je suppose) me submerge. Ensuite, je peux à nouveau la culbuter rapidement. On s’arrête quand on en a marre.

Ce qui est très sympa aussi c’est que je ne tombe pas dans cet état léthargique d’après éjaculation. Quand on s’arrête, le désir ne retombe pas, je la caresse longtemps pendant cette pause, ce dont j’ai moins envie après l’éjaculation. Elle aime beaucoup que je la pénètre à nouveau après cette pause caresse, que je sois encore d’attaque, car pour elle le désir ne s’arrête que bien plus tard je pense.

En tout cas ça a relancé notre sexualité encore plus fortement, même si elle était déjà très bonne.

Après avoir lu quelques textes sur l’orgasme féminin je pense qu’on est fabriqué de la même manière et je pense qu’elle pourrait jouir lentement comme moi en faisant quelques séances de contractions/relâchement du muscle pc ou de son vagin. Mais je vais y aller doucement et déjà profiter de nos nouvelles expériences. Je pense qu’elle n’est pas prête pour l’instant à se contraindre à faire un exercice dans le but d’aller plus loin dans ses sensations.

Voilà ma révolution.