#39002
bzobzo
Participant

les gémissements, les râles, les petits cris qui sortent de ma gorge
font partie intégrante de ma pratique,
ils me viennent dès le premier instant et ne s’arrêtent quasi pas durant l’action,
ils reflètent l’intensité, la richesse et la variété des sensations qui passent en moi,
ils sont un peu comme la fumée qui sort de la cheminée
quand il y a un feu qui crépite et danse dans l’âtre

je pratique souvent quelques instants tandis que la machine à café se met en route
après que j’y ai inséré la capsule et appuyé sur le bouton de mise en marche,
la trentaine de secondes que cette étape préliminaire dure,
toute la délicieuse mécanique sexuelle, chez moi, s’est déjà bien mise en route,
à côté dans une posture d’abandon, en attendant le breuvage chaud et fumant,
appuyé debout contre le bord de la grande surface de travail dans ma cuisine,
le buste cambré en arrière, les bras errant quelque part sur mon corps,
les cuisses serrées sur mes bijoux de famille et faisant remonter lentement une contraction,
je me laisse entraîner et le plaisir envahit en quelques secondes mon bassin,
rapidement tout le reste de mon corps, gémissant et râlant fort déjà

mais quand le café se met à couler et la machine à émettre un bruit tonitruant en continu,
c’est comme si tous mes effets étaient coupés soudainement par le grondement mécanique,
ne parvenant plus à m’écouter comme entouré voluptueusement par mes vocalises

oh bien sûr, je peux fonctionner aussi comme un téléphone portable, en mode silencieux,
les gémissement et les râles ne sortent plus
mais c’est un autre état d’esprit, avec des restrictions assumées,
il faut que j’ai commencé comme cela,
une partie de moi surveillant l’autre pour que je ne dépasse pas certaines limites constamment
alors que là dans ma cuisine, ce n’est pas le cas, je me suis lancé sans rien retenir,
c’est trop tard pour rentrer dans ma coquille et me goûter que par petites gorgées,
le bruit pour l’instant, m’empêche de me connecter à mon corps
et de vivre l’instant, l’instant délicieux, avec lui