#39060
bzobzo
Participant

enfin seul! des gens toute l’après-midi et en début de soirée, chez moi
bon j’exagère bien sûr, j’aime bien aussi être avec des connaissances,
on bavarde, on rigole, on mange, on discute de tout et de rien

mais bon, après quand la porte se referme,
je cours jusqu’à la salle de bain pour me débarrasser de mes vêtements,
nu, seul chez moi, il y a directement comme un déclic un peu partout en moi, des verrous qui sautent,
toute une machinerie, à la fois sophistiquée à l’extrême et animale qui se met en route

ma chair vibre déjà à chaque pas, mes bijoux de famille frottent doucement contre les cuisses,
je les garde exprès, tout en marchant, un peu serrées, à cet effet,
il faut que je me touche, ma peau le réclame, je frissonne déjà rien qu’à l’idée du contact,
j’ondule un peu lascivement du bassin maintenant tout en marchant,
c’est bon, je suis déjà prêt à décoller

mon dialogue intime avec mon corps, explorer les allées sombres de cette chair,
religieusement sexuel, sexuellement religieux, tout cela,
il faut que je mette les bouchées double, tant d’heures d’inactivité,
mais non, je plaisante, je ne ne suis pas pressé pour un sou,
au plus cela devient omniprésent en moi, facile, puissant, riche, varié,
au plus je me sens épanoui, rassasié, équilibré, au fil des jours,
juste bien, content de vivre,
adorant, révérant même, cette chair dans laquelle je suis fondu
et qui me livre des trésors tellement inattendus,
je sais que j’ai quelque chose de précieux en moi, quelque chose d’unique,
quelque chose que je découvre au fil des jours et qui me rend meilleur

je m’arrête, rejette un peu la tête en arrière tout en fermant les yeux,
c’est bien, tout est encore là, rien ne s’est envolé, la fête peut recommencer,
aller, une contraction, que ma fusée s’arrache,
que je sente sa poussée, les flammes du décollage, partout en moi