#39468
bzobzo
Participant

c’est pas évident, c’est sûr,
notre corps, au début, il semble comme une masse morte ne répondant à aucune de nos sollicitations,
on est tellement programmé pour ne réagir qu’à des stimuli bien précis,
pour la majorité, la vision de seins de femme qui se balancent,
leurs hanches, leur corps,
pour quelques autres, plutôt un corps d’homme, leur sexe en érection,
pour encore un plus petit nombre, les deux

un jour, on apprend l’existence du plaisir prostatique,
cela intrigue, on a envie de nouveaux horizons, de nouvelles sensations, on a plutôt l’esprit ouvert,
on atterrit sur ce forum, on découvre avec gourmandise et étonnement tout cet univers,
on lit le traité d’Aneros, on s’achète l’Helix évidemment
puis on se lance

dur, dur, le chemin sera long pour une bonne partie d’entre nous,
pas mal sans doute abandonneront,
que dire pour accélérer le processus vers les premiers émois prostatiques?
ce qui est terrible, c’est que c’est en fait simple comme bonjour, c’est un jeu d’enfant en fait
mais cela, cela deviendra évident qu’à partir d’un certain moment dans notre parcours,
qu’il n’y a qu’à se laisser emporter par son désir,
un peu de technique mais si peu en fait, finalement,
juste se laisser aller, juste se laisser emporter, écouter son corps, laisser celui prendre les commandes,
ne plus penser, être là dans l’instant, à l’écoute de ce qui se passe en nous

le plaisir prostatique donc, c’est réagir sexuellement, enfin dans un premier temps, que sexuellement,
à d’autres stimuli que le corps d’une femme ou d’un homme,
on entre dans une autre dimension de notre sexualité
car il n’y a plus un autre corps, une autre chair qui vient se coller à nous, un autre sexe,
on a apprend à réagir à des stimuli qui montent de notre chair,
qui monte de la prostate,
rien que de la prostate, dans un premier temps
mais si on veut aller plus loin, on découvre peu à peu, que cela peut monter de n’importe où,
que tout notre corps est aussi en fait un organe sexuel, dans son entièreté
et que le moindre mouvement, le moindre geste, le moindre frôlement
peut générer en nous des sensations ineffables

mais tout cela ne te mène sans doute pas beaucoup plus loin par rapport à tes difficultés actuelles,
moi je sais comment j’ai réagis dans la même situation,
j’ai changé de cap, j’ai commencé à utiliser le masseur autrement,
je m’en suis servi comme si c’était un sexe, grosso modo, c’est venu comme cela tout seul peu à peu,
au début je le bougeais n’importe comment
mais j’avais envie de le bouger, en tout cas, beaucoup plus,
pendant les premiers mois, je ne me caressais pas du tout, juste le masseur donc
et un peu de mouvements du bassin,
après les caresses sont venus peu à peu

je ne peux pas te donner des conseils techniques
par rapport à la façon de procéder dans laquelle tu t’es engagé,
parce qu’elle n’a jamais été la mienne,
je peux juste témoigner comment j’ai fait

ton corps doit comprendre ce que tu attends de lui,
tu dois lui faire comprendre que tu recherches du plaisir, des sensations, autrement,
il faut que tu sois suffisamment persuasif,
fais-lui comprendre ce que tu attends de lui
et alors il commencera à réagir, à répondre à tes attentes