#39546
bzobzo
Participant

Je souhaite abandonner mon côté yang au profit du yin.

dernièrement quand sur Discord, j’ai lu tes explications, à quel point tu te sentais plus femme qu’homme
malgré ta vie bien établie de mari, avec femme et enfants,
je me suis tout de suite dit, que le type de pratique que je suis parvenu me bâtir, à mettre en place,
te conviendrait à merveille,
qu’avec cela au moins, tu pourrais sans limites faire s’épanouir un plaisir au féminin dans ta chair

Jactive le mode yin, je bouge mon bassin tout en fermant les yeux et me concentrant sur le ressenti. Résultat, c’est beaucoup mieux, j’ai eu de très bonnes sensations

c’est un bon début,
laisse-toi bien aller, laisse-toi bien emporter par le mouvement,
n’aie pas peur, sois audacieux, laisse le désir s’emparer de ton bassin,
tant de lascivité, tant de langueur, est prêt à s’éveiller en toi là en bas,
à danser et à danser, lentement, langoureusement, entre tes reins,
il suffit de se laisser aller, sans rien retenir

en mode yin, en tout cas, dans la façon dont je pratique,
je mixe constamment les ondes prostatiques, les ondes génitales et les ondes anales,
j’ai déjà beaucoup écrit là-dessus comment je fais,
jamais la main, vraiment jamais la main, c’est un geste profondément yang,
cela déséquilibre tout de suite,
même si cela emmène dans un premier temps des sensations très explosives dans le bassin,
on perd le yin très rapidement et puis on est dans une impasse,
il faut s’arrêter et laisser refroidir la machine pour pouvoir repartir à zéro

pour les ondes génitales, le jeu des cuisses avec les bijoux de famille,
tu seras étonné à quel point, ton sexe, tes couilles,
peuvent générer vague après vague, de la soie chaude, frémissante,
on imaginerait pas toute la douceur voluptueuse, ineffable qu’ils sont capables de produire
qui se diffuse peu à peu dans tout le corps

cependant on doit essayer le plus possible d’équilibrer avec des ondes prostatiques
sinon, tu seras embarqué peu à peu aussi vers une éjaculation, même si beaucoup plus lentement,
même si beaucoup plus puissamment et plus exotiquement car en mode yin
au fond, n’aie pas peur dans un premier temps de bien expérimenter cela en long et en large,
ce sont déjà des moments inouïs, uniques, la puissance et la durée de l’orgasme éjaculatoire en mode yin
vraiment quelque chose absolument à vivre, une minute en moyenne comme un volcan en éruption,
ruant et bondissant sur le lit comme un kangourou en rut

les ondes prostatiques, ce sont les contractions aneroless, bien sûr,
c’est toute une danse là en bas,
des tas de strates de sensations qui se créent aux nuances sans cesse changeantes,
grâce au mille-feuilles constitué, par les cuisses, le bassin, le sexe, les couilles, les fesses,
tout cela, plus ou moins serrés, les contractions qui remontent,
remuant tout cela comme une bonne soupe sur le feu,
les contractions qui remontent, remontent, remontent, qui touillent, qui touillent, qui touillent
tout cela doit vraiment former comme une danse voluptueuse, tranquille, langoureuse, là en bas
le rythme du désir, tellement languissant, lancinant, les courbes, les arabesques, partout, la danse,
ne pas avoir peur de céder à la fémininité qui monte en soi, la laisser s’exprimer

n’aies pas peur de faire participer les ondes génitales à ces jeux,
tant que tu n’y mets pas la main, leur apport sera tout à fait décisif pour éveiller le yin,
je peux te l’assurer

les contractions aneroless, fais-les à l’instinct, n’essaie pas trop d’analyser,
juste parfois contracter les fesses, suffit, il faut faire cela vraiment à l’instinct,
la zone de l’anus, le périnée, cette petite zone délicieuse,
sentir la pénétration se former comme un petit serpent qui durcit et qui remonte,
bouger les fesses autour, danser les fesses autour,
écarte un peu ces globes de chair avec la fente entre,
contracte, joue avec le feu, sens tes entrailles
comme ils aiment prendre feu

les ondes anales, c’est le ou les doigts, autour de la petite crevasse, puis dedans,
jouer autour, jouer dedans, le doigt est bien droit, bien raide mais bouge peu en fait,
une fois qu’il ou ils sont en place,
laisse plutôt les contractions venir à leur rencontre,
le ou les doigts à l’intérieur, sont finalement assez inertes,
laissant les contractions les envelopper, jouer avec eux,
former une housse mouvante, pressante, autour d’eux, les serrant, les enveloppant

personnellement je préfère sans aucun lubrifiant désormais
mais avec c’est pas mal non plus, à toi de voir,
j’aime bien le mouvement plus râpeux, plus brut, sans
mais quand cela glisse comme sur une patinoire, c’est pas mal aussi

c’est le yin qui finit par assurer l’homogénéité des différents types d’ondes,
cela devient un et un seul flux aux coloris sans cesse changeant,
du fait que tantôt, on y injecte plus de prostatique ou plus de génital
ou alors aussi régulièrement, de l’anal, plus ou moins aussi

il faudra du temps pour tout cela, bien sûr,
ce sont quelques lignes conductrices, à toi de voir ce qui te convient,
d’adapter, de personnaliser, d’ajouter, d’y prendre ce qui t’intéresse,
cependant donc, ce sera un long cheminement
car le féminin, pour pouvoir s’exprimer dans ta chair,
montera en puissance lentement, sans doute très lentement même

tu te heurteras aussi aux frontières de ton identité sexuelle d’homme,
même si te sens femme au fond de toi-même, tu as pris l’habitudes de suivre certaines règles avec ce corps,
tu y es habitué à ce corps d’homme, à le faire fonctionner en-dedans de certaines frontières,
tout cela devra voler en éclats, au moins pendant les séances,
cela se fait aussi très très progressivement,
je peux en témoigner,
il faut apprendre à écouter tout cela, à libérer les énergies en nous

mais en tout cas, je suis prêt à t’aider comme je peux