#39589
bzobzo
Participant

Depuis cette après midi plus de signaux la lumiere s ‘est enfin eteinte ,heureusement c’est pas Versaille ici,Même si c’est très plaisant c’est quand même genant,D’abord ce coté très addictif,J’ai mis le masseur samedi après midi et la lumiere s’est eteinte lundi après midi,Est ce bien normal

pour pousser plus loin, je rajouterai que ce que je crois que tu dois mettre en place,
maintenant que le désir en toi, veut prendre de l’expansion, au point que cela t’inquiète même par moments,
c’est ce que j’ai décris déjà de ma pratique,
la façon dont je parviens à l’injecter à tout bout de champ si j’ai envie, dans mon quotidien

il ne s’agit pas constamment de s’envoyer en l’air, devenir un obsédé,
un addict, pour employer le mot que tu as utilisé, je crois,
juste quand l’envie est là où que l’on soit quand on est seul chez soi
(enfin c’est mon cas en tout cas, c’est une limitation que je me suis imposée,
dehors je me ne laisse plus jamais tenter
car autant cela ne se déclenche jamais tout seul chez moi, autant une fois que c’est parti,
je ne me contrôle plus et je gémis très fort, très rapidement,
ce qui m’a déjà joué des tours assez embarrassants par le passé),
on s’offre donc quelques moments d’échappée belle en complicité avec son corps

le désir nous accompagne constamment comme un appareil qui serait allumé quelque part en nous
mais qui est mis en pause,
de temps à autre on appuie sur le bouton et il se met directement en route,
cela reprend là où l’on s’était arrêté, presque comme si aucun délai ne s’était écoulé depuis la dernière fois,
le désir semble abolir la sensation de temps souvent,
parfois je reste des heures sans rien, j’oublie même que cela existe
puis soudainement ,je m’offre quelques bons moments,
voire je les enchaîne toute la soirée tout en vaquant à mes occupations diverses et variées

ainsi ce matin, en mangeant sur mon tabouret à la cuisine,
soudainement tout en mâchant lentement mon pain, mon fromage, j’ai eu une série de petites envies,
j’ai fermé les yeux, changé un peu ma posture, cabré les hanches
et fais monter lentement des contractions
joué avec les muscles de mon anus, du périnée, joué sur la position des fesses, les écartant, les resserrant,
c’était absolument délicieux, les deux occupations ont tellement bien cohabitées,
parfois cela provoque des sensations tout à fait étonnantes
et les gestes, les mouvements de l’occupation anodine, banale,
viennent interférer avec mon action sensuelle de façon tout à fait délicieuse