#39878
bzobzo
Participant

C’est tout de même bien parti je pense, comparer à avant c’est beaucoup plus agréable. De plus je n’étais pas spécialement dans de bonne condition cette semaine. Le plaisir est là mais timide.

donc si je te lis bien,
ton discours reflète plus une frustration passagère
mais malgré tout, les choses vont mieux dans l’ensemble, définitivement mieux,
tu prends du plaisir, tu sens que quelque chose est train de se mettre en place, de progresser en toi,
les sensations sont là tout le long de la séance

la frustration est normale, le contraire serait même inquiétant,
le désir brûle en toi et tu as envie de te sentir consumer, de te sentir incandescent
mais c’est là qu’il faut savoir preuve de persévérance, de mordre sur sa chique
et de bien saisir les enjeux

ceux-ci sont un plaisir, sans limites, tout seul ou avec d’autres
à ta portée quand tu veux, où tu veux, comme tu veux, sans limites d’intensité, de variété, de richesse,
ça c’est la carotte qui doit te faire avancer,
qui doit faire de toi un âne en rut quelque part avec une idée fixe dans la tête, bon gré, mal gré

tu n’es pas le premier à te heurter à autant de difficultés, ni le dernier,
c’est nettement moins évident, avec une famille autour de soi,
moi, j’ai facile, je fais ce que je veux, quand je veux,
là je peux lâcher un instant mon clavier , si cela me gratouille et me ruer au lit
et pendant un quart d’heure ou deux, me tordre dans tous les sens sur mon lit
en gémissant aussi fort que je veux, personne me me fera des remarques, ne me jugera, ne me réprimandera,
en fait, je n’ai même pas besoin de lâcher mon clavier pour aller jusqu’au lit
puis que je suis nu tout le temps chez moi et que donc même en continuant d’écrire,
je me peux m’envoyer en l’air allègrement, jouir en même temps que je tape ce texte

non, il faut continuer, tu as déjà de bonnes sensations, cela n’a pas été facile
mais tu as déjà réussi à mettre en route quelque chose,
certes, cela ne va pas aussi vite que tu le voudrais,
ce n’est pas encore irrésistible, ineffable, ta chair en roue libre, avec orgasme sur orgasme
et cela te frustre par moments
et encore une fois, c’est normal,
juste quand tu es en action, ne laisse pas ce sentiment t’envahir, avant ou après , pas de problème
mais pendant, il faut être là, dans l’instant,
le plus à l’écoute possible de son corps, ouvert, réceptif,
il ne faut jamais rien faire mécaniquement, tu es perdu si c’est le cas, en tout cas, perdu momentanément,
il faut être là, dans l’instant, ardent, passionné,
avec l’envie de vivre une aventure merveilleuse avec son corps
et le voulant de toutes ses forces

un petit conseil pratique,
c’est le moment peut-être de mettre en action tes mains,
celles-ci dans un massage prostatique plutôt traditionnel, servent peu
ou alors on se chipote juste un peu les tétons

mais on peut se caresser tout le corps, personnellement je le recommande même fortement,
n’hésite pas à te caresser un peu partout, avec passion et tendresse
comme si tu caressais quelqu’un d’autre et que tu voulais lui donner du plaisir,
beaucoup de plaisir et de frissons

alterne cela avec l’action du masseur, essaie d’établir une sorte de dialogue,
comme si c’étaient les instruments d’un même orchestre se questionnant, se répondant,
jouant ensemble, improvisant comme du jazz