#39922
bzobzo
Participant

Par contre ça remue pas mal.

tu entends par là des convulsions, des tremblements, ce genre de phénomène?
si oui, pour moi c’est un bon signe même sans plaisir,
cela veut dire que ton corps a envie quelque part, ton corps essaie de démarrer des choses
mais cela coince ailleurs

à lire les témoignages de gens par ici ou ailleurs, qui débutent, qui ont du mal,
chez qui cela prend du temps, parfois très longtemps,
sans doute aussi un tas qui abandonne,
je suis de plus en plus persuadé, que la principale difficulté à surmonter,
ce n’est pas tant d’éveiller sa prostate, ce n’est pas tant le rewiring,
ce n’est pas tant d’acquérir une technique ou de trouver le bon masseur
mais bien d’établir le contact avec son corps, acquérir une complicité, un dialogue, avec lui

moi, je cultive, je chéris cela, en priorité, c’est mon principal focus constamment,
pour n’importe quel type de nos pratiques, il faut cela un minimum, une dose solide même
pour que cela se déclenche et qu’une progression s’entame,
j’en suis persuadé

instinctivement , durant le sexe avec partenaire, on y parvient plus ou moins,
les femmes plus particulièrement, elles y parviennent beaucoup plus facilement et plus puissamment,
elles savent se lâcher, se remettre entre les mains du plaisir sans conditions,
lever toutes les défenses, se laisser emporter et laisser parler leur corps,
c’est la plus grande partie de leur pouvoir, de leur capacité

on est là dans nos têtes comme dans une petite cellule, une cage dorée,
le moi pensant, nos pensées, on est habitué à vivre l’instant, à être dans cette réalité
avec toujours leur filtrage, leur écran ,
nos idées, nos pensées qui trottent constamment dans nos têtes, nous en séparent
mais pour commencer à communiquer sérieusement avec son corps
et arriver à des résultats avec lui,
il faut pouvoir, au moins pour quelques instants de-ci, de-là,
être directement avec lui, ,se rapprocher de lui
être là dans l’instant, sans la médiation de nos pensées, de notre moi pensant
qui voilent notre perception, estompent nos sensations, nous coupent de ce qu’il y a dans nos profondeurs,
acquérir une sorte de spontanéité, guidée par le désir, l’instinct, les pulsions

personnellement, qui suis aller très loin dans le mécanisme de pouvoir me libérer ainsi,
du moins pendant l’action,
qui arrive à vivre avec mon corps, en direct dans l’instant, avec lui,
je peux en témoigner, quand le moi pensant resurgit dans ma tête,
tente de reprendre sa place quand je ne veux pas de lui,
c’est comme si j’étais directement coupé de mon corps, les sensations s’estompent directement,
cela ne dure que quelques instants car j’ai appris à le renvoyer dans sa niche quand il est indésirable
mais je veux dire que je peux faire tout ce que je fais aujourd’hui
parce que ce mécanisme est particulièrement au point chez moi,
sans lui, je serais nulle part directement, ou du moins beaucoup moins loin,
je n’aurai plus un full accès à mes énergies,
je ne me sentirais plus en complète communion avec mon corps

tête et corps uni plutôt car il ne faut pas croire que la tête n’a plus aucun rôle dans cette histoire,
c’est là aussi qu’on découvre qu’il n’y a pas que l’intellect et les pensées,
qu’il y a aussi d’autres façons de se servir de sa tête
en direct dialogue, en directe complicité avec son corps

ok, je triche un peu, j’embellis un peu, j’ai appris aussi à penser très fugacement,
en un flash je constate quelque chose, une idée me traverse
je range cela quelque part directement dans ma mémoire
et déjà je continue comme si de rien n’était,
cela a durée qu’une fraction de seconde, à peine un soubresaut dans le flot des sensations