#40048
KIMKIM
Participant

mais elle revient très régulièrement et c’est normal, on est des êtres pensants
mais si on veut que notre pratique atteigne des hauteurs magnifiques,
il faut apprendre à ignorer cette voix qui cherche à mener nos actions durant les séances

Pour cela, je suis persuadé que l’usage de la sophrologie et la méditation peuvent être très utile pour le lâcher prise mental. Je vais effectuer une séance ce soir et j’expérimenterai cela une nouvelle fois. Je tâcherai d’observer le plaisir de l’intérieur sans essayer de le saisir précipitamment.

il ne faut pas avoir des idées fixes ou préconçues, suis ton propre Tao, invente ton propre Tao,
laisse l’éjaculation monter si le corps veut qu’il monte,
pour moi, l’important, c’est de trouver l’accord dans l’instant, de se sentir un, de se sentir complet,
de vivre un épanouissement superbe

enfin moi, tous les dogmes m’ennuient, Tao et tout le reste, je lis un peu, je grapille
mais cela reste en périphérie, je ne laisse plus rien m’influencer,
je ne fais confiance qu’à ce que je porte au plus profond de moi

Oui tout à fait c’est mon intention. Un ou des livres ne peuvent pas nous diriger et nous faire faire la même chose, nous sommes trop différents et complexes pour y parvenir. Cela en frustrerait beaucoup. D’ailleurs, j’en ai fait les frais en tentant de suivre les exercices à la lettre, c’est pour cela que je l’ai reposé, pour plus tard. Ne pas s’entêter.
L’éjaculation ne me dérange pas outre mesure, même si très souvent je la bloque en pressant mon périnée. Je conserve ainsi une grande partie de mon énergie.
Non vraiment j’ai le désir de créer ma propre partition en glanant ça et là de grandes idées que je vais m’approprier selon ma nature. Et justement le Tao donne des clés pour séparer éjaculation et orgasme, ce qui permet comme le plaisir prostatique d’enchaîner le plaisir sans période réfractaire. Ce qui me séduit là n’est pas la performance mais bien la liberté que cela procure. Comme l’endurance et l’entraînement donnent au coureur de fond la liberté de faire ce qu’il veut, aussi longtemps qu’il le veut. C’est une connaissance de soi accrue.

les tétons se réveilleront si tu les chipotes régulièrement

Puisqu’ils ne font font presque rien, j’ai tendance à les négliger. Je vais réparer cette lacune et leur prêter plus d’attention.

ce n’est pas facile, bien sûr, tant que notre pratique ne nous assagit pas, ne nous déverse pas des flots de plaisir dans le corps,
au moins ne plus regarder du tout du porno,
aide à équilibrer et à savoir mieux utiliser son énergie, on sent moins le besoin ainsi de lâcher son coup,
pour le reste, il ne faut pas trop se forcer,
autant le faire après une séance où tu as eu des bonnes sensations prostatiques,
les orgasmes éjaculatoires dans ces conditions,
ont une puissance et des colorations étonnantes

Personnellement je le considère comme une discipline à s’appliquer à soi plutôt qu’un contrainte. Il y a même le côté grisant de l’énergie présente qui donne une acuité et la possibilité d’écouter les manifestations du corps. Non la difficulté réside plutôt dans le cassage des habitudes, quand on fait les choses sans vraiment les réfléchir.
En revanche il est vrai qu’après une séance, ça révèle des sensations plus crues que sans le masseur. Ça m’est arrivé c’est très agréable en effet. Mais j’aurais pu m’en passer, j’étais en capacité de résister puisque ma libido ne me dirige plus.

absolument cette pratique permet l’épanouissement aussi à deux, l’envol à deux,
la vérité, c’est qu’on porte l’autre aussi en soi,
donc plonger en soi, à la découverte de soi, c’est découvrir l’autre, selon mon expérience,
que l’autre est là en nous

Ça confirme donc mes ressentis, c’est génial cette perspective !
De plus, ma partenaire a découvert l’orgasme vaginal sur le tard, avec moi. Elle est donc dans une phase ascensionnelle de son plaisir, avec une osmose quasi parfaite entre son corps et le mien. Ça ouvre l’horizon pour deux et pas seulement en solo, c’est motivant.

très très bien, bravo, cela rentre, tu vas y arriver, continue ainsi, c’est très important ce que tu écris ici,
l’aneroless, c’est ce qu’il hy a de plus important,
c’est là que les limites sautent vraiment

Il est vrai que je n’avais pas envisagé l’aneroless…
C’est en te lisant au fil des semaines que j’ai un peu tiqué, mais sans me dire que c’était accessible. Si je comprends bien, j’ai tout intérêt à soigner cet aspect de mon parcours dès maintenant ? C’est-à-dire faire des contractions quand je le peux pour encourager ma prostate même quand il n’y a pas de corps étranger qui la stimule ? C’est ce qui se rapprocherait de la vraie liberté au fond, de pouvoir faire ce que l’on veut sans artifices…
Et selon toi, celui qui progresse en aneroless est plus à même d’atteindre une connaissance de soi et des plaisirs encore plus intenses ?

je peux le solliciter à tout moment quand je veux, pour deux, trois secondes comme pour des heures,
il se déclenche instantanément et ne s’arrête que si décide de m’arrêter

C’est fascinant cette capacité conjointe du corps et de l’esprit. En préambule du Tao justement (sans vouloir tout rapporter à cela), il est expliqué que chez les occidentaux surtout, la population n’a pas conscience de ses capacités sexuelles, qu’elle n’utilise qu’entre 5% et 10%. Autrement dit, nous avons un outil incroyable en nous mais nous le laissons traîner sur l’établi…

Merci pour tes témoignages et conseils bzo, j’espère que je ne te sollicite pas trop !

KIM