#40118
bzobzo
Participant

l parait que tu peux avoir des hallucinations dans ces moments la

je confirme, j’ai eu quelques orgasmes , je ne sais pas exactement comment les appeler,
énergétiques peut-être, des sortes d’extases, cela durait parfois plusieurs minutes
où le corps restait très calme, très serein, pas du tout de manifestations habituelles de dérèglement
comme ceux qu’on peut avoir lors des super O ou des orgasmes prostatiques très forts qui s’enchaînent à la queue leu leu,
sortes d’extases donc où j’étais comme hors du temps, plongé dans un aquarium à la densité très forte mais très agréable
et où j’ai aussi eu des hallucinations très très fortes, splendides

plusieurs fois, des visions de pont suspendu dans la lumière qui semblaient se perdent dans le lointain,
une fois aussi, tout mon corps était perçu comme une aile en train de se mouvoir lentement,
très très impressionnant car on le vit quelques longs instants entièrement,
j’ai perdu totalement conscience de ce que j’étais,
j’étais une aile en train de se mouvoir, je ne percevais pas du tout que j’étais en train de voler ou autre chose,
juste je me percevais comme une aile au travail,
je percevais les muscles qui se tendaient, qui se détendaient, synchronisés

aussi eu quelques fois, comme si j’étais couché sur une plage, nu,
l’océan était tout proche, les vagues arrivaient, lentement remontaient en moi,
le ciel était immense au-dessus, tellement immense, gorgé de lumière,
cela j’ai eu assez régulièrement pendant tout un temps

aussi eu des sensations d’estuaire immense, comme si je me trouvais à un estuaire
où des tas de flux se rejoignaient et aller se jeter dans de l’océan,
là aussi avec un ciel immense au-dessus de moi

c’est pour retrouver des moments pareils, si spéciaux, si sublimes, d’ailleurs,
que j’ai recommencé à avoir une pratique exclusivement prostatique,
en parallèle de ma manière principale
où je mélange constamment ondes prostatiques, génitales et anales, aussi très régulièrement
qui sexuellement , est très très satisfaisante, épanouissante,
où je sens tellement la communion, la complicité, avec mon corps
mais où il n’y a pas encore eu de ces moments si spéciaux