#40559
Andraneros
Modérateur/modératrice

Bonjour @gerardisson !
La première partie de ton message met en évidence que tu sembles attendre un résultat automatique d’un geste ou d’une technique. Comme tu ne ressens rien, ou plus exactement rien qui corresponde à tes attentes, tu es fort logiquement déçu.

Quand la découverte du plaisir prostatique n’est pas spontanée il est important d’accepter cette situation et de considérer qu’on fait des entraînements dont on percevra les effets quelques semaines plus tard. Il faut comprendre qu’en phase de découverte on ne peut pas « déclencher » un orgasme prostatique, comme on le fait pour l’orgasme pénien. On ne peut que créer les conditions physiques, mentales et psychologiques qui nous permettront de recevoir l’orgasme prostatique quand on sera prêt pour cela.

J’ai senti sur une respiration une sensation inconnue qui était hyper agréable.

Cette phrase est doublement importante :
1. Tu as ressenti quelque chose.
2. Tu ne l’attendais pas.

Manque de bol, je n’ai pas réussi à le ressentir par la suite.

Ce que je comprends « réussi à » : tu as donc fait un effort pour obtenir quelque chose que tu attendais. Donc tu n’as rien obtenu. En phase initiale de découverte du plaisir prostatique, on le reçoit quand on est prêt, on ne le prend pas quand on veut.

Je me suis redétendu.
J’ai ressenti assez rapidement des sensations agréables quand j’ai contracté très légèrement.
Ensuite, j’ai eu l’impression que ça se contractait tout seul. C’était étrange pas désagréable, mais pas non plus générateur de plaisir.
je ne contrôlais pas mes contractions et j’avais mon pénis qui convulsionnait également, du moins il tremblait au rythme de ces contraction. Je n’avais jamais ressenti ça comme ça.

Je suis tenté de penser que ton éjaculation du matin a réduit ta tension sexuelle « pénienne » et qu’en conséquence ton état d’esprit pendant cette seconde session correspondait bien mieux à celui qui te met dans les meilleures conditions pour recevoir ton nouveau plaisir.

Je ne sais pas si c’est le fait d’avoir changé de position qui m’a coupé les sensations ou si c’est parce qu’au bout d’un moment les sensations ne sont pas infinies.
Ou alors le lubrifiant manquait au bout d’un certain temps?

A mon avis c’était tout simplement parce que sans t’en rendre compte tu n’étais plus dans ton état d’esprit initial et que tu cherchais à forcer le résultat, même si tu n’en avais pas conscience à ce moment. Le lubrifiant pouvait aussi avoir perdu son efficacité.

Plus je pivotais et tirais (légèrement) l’Aneros plus je sentais une sensation agréable.
Cela montait de plus en plus et c’était agréable.

La méthode n’est pas orthodoxe, mais l’expérience me semble très encourageante. Je comprends de ce dont tu témoignes que tu progresses. C’est plus lent que ce que tu souhaites, mais TU PROGRESSES. Continue à explorer, à tester. Le premier principe de base est que ce qui est bien c’est ce qui te donnes de la satisfaction, du plaisir. Le second principe de base est que tu ne dois rien attendre de chaque moment, de chaque action, seulement créer les conditions qui vont libérer ton plaisir, te mettre en situation de le recevoir mais en aucun cas en situation de le prendre.

J’essaye à chaque fois un truc different, un peu au feeling…

Dans ton cas je pense que c’est une bonne méthode sous réserve de ne rien attendre et de resituer chaque progrès que tu enregistres dans l’esprit général du traité d’Aneros.

Je suis très heureux de lire que tu progresses. C’est le plus important. Bon cheminement @gerardisson.