#40588
AvatarWhynot
Participant

Bonjour @Andraneros.

Je te remercie pour toutes ces questions. C’est à mon sens la grande qualité de ce site que de pouvoir échanger librement sans tabous ni retenues. Tes questions, toujours pertinentes et très bien formulées sur un sujet si personnel, permettent cette analyse de sa propre sexualité et de mieux se comprendre soi-même.

Concernant les précautions quant à la pandémie ; nous ne vivons pas en France mais aux Etats Unis. Les règles y sont beaucoup moins drastiques ; port du masque mais pas de couvre-feu et plus aucun confinement depuis déjà un moment. La franchise me pousse à t’avouer que nous n’avons pas vraiment penser au covid. Aucun d’entre nous ne fait partie des populations dites à risques et le désir était sans doute plus fort que la crainte de l’attraper.

Mes orgasmes prostatiques se déclenchent sans aucune préparation, sans masseur, pas de lancement de contractions ni de volonté de vouloir prendre plaisir avec ma prostate. Ils se déclenchent par eux-mêmes sans y penser alors que ma femme et moi sommes enlacés et commençons à nous caresser. Ils arrivent naturellement et son, comme tu l’évoques, incontrôlés ce qui les rends jubilatoires. Mon corps se met tout simplement à jouir.

La synchronisation que j’évoque se fait également naturellement quand je la caresse lors de nos préliminaires. Ma femme est très expressive sexuellement et a très facilement des orgasmes. Quand je la masturbe et que son plaisir commence, je sens maintenant physiquement son plaisir en moi. Je comprends bien en écrivant ces lignes que cela semble étrange mais c’est comme si je me caressai moi-même. Elle se contracte et je me contracte au même moment, elle se relâche, je me relâche sans le faire exprès. Lors de la pénétration, ce n’est pas vraiment diffèrent de ce que j’avais connu auparavant. Une amplification du plaisir pour tous les deux. J’ai presque envie de dire la sensation d’être un acteur- spectateur de notre propre plaisir. La jouissance n’est plus seulement liée à l’éjaculation. Cela nous permet d’alterner caresses, masturbation, fellations et coits et de faire durer notre plaisir. L’éjaculation n’en est finalement que plus forte. J’ajoute que les orgasmes de mon épouse sont eux aussi encore plus forts. Elle ne ressent pas cette « synchronisation » dont je parle mais me dit que nos rapports sexuels dans ces conditions sont aussi extrêmement puissants pour elle aussi.

Tu mentionnes également des « érections explosives » ou le membre « devient électrique, hypersensible ». C’est exactement ce qu’il m’arrive. Mais, en ce qui me concerne, mon sexe est en érection. Pas d’éjaculation mais l’impression qu’il est parcouru de décharges électriques, de décharges de plaisir. Pour moi, il n’y a plus alors aucune frontière entre le plaisir prostatique et le plaisir que je connaissais auparavant. En pensant à @bzo, je dirai que je « ne suis que plaisir ». Je n’aurai jamais pensé écrire cela il y a quelques mois quand je te faisais remarquer au début de mon cheminement que le côté « recherche spirituelle » que je lisais parfois dans ce forum pouvait me mettre mal à l’aise. Que de chemin parcouru depuis…

Enfin pour aller dans ton sens, notre sexualité est aujourd’hui différente qu’elle n’était. Même si cela n’est pas seulement lié à mon apprentissage prostatique. Cette première expérience echangiste a fait prendre à notre sexualité une dimension que nous n’aurions jamais imaginé. Loin du coté pervers que l’on peut associer à cette pratique, nous la vivons comme un cadeau offert a l’autre. Nous ne sommes pas dans l’échange mais dans le partage. Il y a une dimension érotique, Les américains ne parlent d’ailleurs pas d’échangisme mais de swinging et de lifestyle.

Encore merci pour toutes tes questions, c’est toujours un plaisir d’échanger. Sans jeu de mots…