#40723
Andraneros
Modérateur/modératrice

Bonjour @Theghosssst ! Je suis heureux de te revoir actif sur le forum. Tu te poses aujourd’hui une question dont l’objet n’est pas nouveau pour toi. Elle est présente dans tes messages depuis le début de ton cheminement. Je reprends quelques passages ici pour aider nos amis lecteurs à mieux comprendre ton message et peut-être t’apporter leurs réponses.

24/04/2014

Impossible de vous expliquer la nature de cette vague. C’était bon, mais sans aucune ressemblance avec le plaisir de la masturbation. C’était plus quelque chose d’incontrôlable.(… ) juste cette sensation de « chatouillis » tout au fond de moi. (… ) Je pense avoir découvert les premiers mini O.

24/04/2014

Ce sont de nouvelles sensations que je ne n’arrive pas à qualifier ou à quantifier. Elles me font convulser plus ou moins fort, me font contracter tout mon corps, me font gémir, mais sans pouvoir qualifier cela de plaisir. Mais c’est très agréable. Je pense que le premier travail est de découvrir un nouveau plaisir que l’on ne connaît pas du tout, que notre cerveau n’identifie pas.

05/11/2014

La suite, est beaucoup moins simple à écrire. Quelque chose se manifestait autour de l’Aneros. (… ) Juste une bulle de bien-être, localisée au bas du ventre, qui a déclenché à plusieurs reprises des contractions involontaires violentes de tout mon corps. (… ) je ne sais plus. (… ) Il m’a semblé, à deux ou trois reprise, ressentir quelque chose qui montait en moi mais je ne pourrais absolument pas en décrire les effets.

(… ) frustré, car quoi qu’on se dise, au fond de soi, c est bien l’orgasme que l’on attend …

06/11/2014

Pour l’instant, je suis incapable de donner le moindre détail sur ces nouvelles sensations. (… ) Nous, les hommes (… ) pour nous, l’excitation et le plaisir ne peuvent se terminer que par l’orgasme final. Mais les règles changent aujourd’hui. Je dois sentir le plaisir, profiter de ce plaisir sans en attendre un orgasme. Ce n’est pas une chose que mon cerveau a apprise. J’ai l’impression d’avoir 15 ans et de découvrir le plaisir du sexe.

09/06/2019

Je n’ai pas eu à me détendre bien longtemps avant de ressentir les premières vagues de plaisir, toujours aussi incroyables pour moi. Je ne réussi toujours pas à localiser le « point de plaisir ». C’est juste « merveilleusement bon ». J’ai stoppé après une trentaine de minutes sans atteindre d’orgasmes.

26/11/2019

Quelques minutes après l’insertion de l’Aneros, j’ai senti les premiers instants de plaisir.
(… ) et de plus en plus fort, allant même vers l’orgasme, je suppose, que je n’ai pas encore atteint. (… ) Cette fois ci, je ne décris pas la nature de ce plaisir car j’ai tenté de « sentir » ou il était localisé. Mais impossible d’expliquer quoi que ce soit.

28/11/2019

Ce nouveau plaisir est effectivement si différent que le vivre pousse toujours à tenter de le comprendre, chose qu’il ne faut pas faire.

Dans la continuité de tes interrogations tu écris aujourd’hui :

j’ai rencontré une femme. (… ) Et c’est assez souvent qu’elle me fait des massages prostatiques. Je sens toujours ces merveilleuses vagues de plaisir mais je n’arrive jamais à comprendre ce qu’elles sont. (… ) je suis incapable de donner une quelconque localisation à mon plaisir. Quelques secondes après le début du massage, je ressens un plaisir qui me fait trembler, me fait gémir et crier. Je contracte mes muscles par réflexe. C’est juste super bon, mais même en me concentrant ou en me détendant, je ne peux donner un point de début de ce plaisir.

Je pense que tes messages montrent un beau développement de tes capacités orgasmiques, même si ta raison (?) refuse encore d’accepter que les nouveaux plaisirs que tu as appris à vivre avec tant d’intensité et de régularité sont l’expression d’orgasmes différents. De mon point de vue tu es sur la bonne voie. En résumant l’évolution de ton expérience pendant tes sessions de massage prostatique on peut dire que tu vis régulièrement un plaisir de plus en plus facile à atteindre, de plus en plus intense et de plus en plus étendu. Tu n’as que 2 problèmes, me semble-t-il :

1. Celui d’accepter que cette succession de plateaux et de sommets de jouissance sont des orgasmes. En particulier pour faciliter le classement de ces expériences dans ta conscience tu ressens le besoin de « savoir » d’où ça part alors que l’essentiel est de te laisser emporter par tes sensations et de remercier ton corps et ton inconscient pour ce qu’ils te donnent.
2. Celui d’accepter que cette succession de plateaux et de sommets de jouissance ne t’apporte pas la fin de ton excitation, de ton désir de jouir comme le fait l’éjaculation qui ponctue ton orgasme en te supprimant toute envie sexuelle. L’énergie qui est présente en toi à la fin d’une session de plaisir prostatique te laisse croire à tort que n’as pas encore joui alors qu’elle est en réalité le fruit de ta jouissance.

Mon expérience sur ce sujet ;
• Dans un premier temps j’ai senti des espèces de contractions / crampes légères remonter du bas de mon dos vers le haut,
• Puis j’ai senti ces sensations évoluer vers une forme de plaisir de plus en plus fort,
• Puis je me suis senti « inondé » à l’intérieur par LE PLAISIR, dans uns quasi immobilité, comme un état de bien-être absolu qui tendait à devenir encore bien-être et plus absolu un peu plus tard, sans aucune contraction particulière, état qu’on retrouve décrit sur les forums spécialisés sous le nom de « calm sea(s) of orgasm(s) » soit orgasme(s) de(s) mer(s) calme(s),
• Puis j’ai senti, dans ma zone de plaisir en expansion, grossir un point brûlant de plaisir comparé au reste de la zone « tiède »,
• Puis j’ai senti le contact du masseur avec la prostate comme si je le voyais au microscope,
• Puis je me suis senti devenir mon orgasme, percevant chaque point de mon corps devenir aussi hypersensible à la stimulation que le gland de mon pénis juste avant et pendant l’éjaculation,
• …
Je ne me suis jamais senti rassasié par mon plaisir prostatique. Je n’ai jamais eu la « satisfaction » apportée par mes éjaculations bien que ma sensation de plaisir ait été bien plus intense pendant mes sessions de massage prostatique. Aucune des sensations que j’ai eues pendant la phase initiale de mon cheminement ne se sont approchées, d’une manière ou d’une autre, de celles que me procuraient mes orgasmes éjaculatoires.

Ce passage confirme mon opinion :

Je ressens ensuite une montée de ce plaisir, comme si c’était mon cerveau qui procurait ce plaisir, vu que je ne ressens qu’un plaisir général profond sans localisation. Et puis la montée continue, je me contracte, me tord et comme un orgasme arrivant, je crie, et le plaisir redescend. Si mon amie continue ensuite, ce plaisir réapparaît de nouveau pour le même cheminement. Et ainsi de suite jusqu’à « épuisement.

On lit régulièrement, et les expériences de plaisir prostatique « aneros-less » (sans masseur prostatique ni plug) présentées dans les témoignages de plus en plus nombreux sur notre forum (sans parler des autres) l’illustrent très bien, que notre premier organe sexuel est notre cerveau. Nous sommes tous en mesure d’apprendre à vivre des moments de jouissance sexuelle extrême sans stimulation tactile. Seuls certains ont les dispositions, le temps, la volonté, l’application et la patience pour le y parvenir mais leur exemple est bien la preuve que notre cerveau est en mesure de commander nos orgasmes même seul sans aucune autre stimulation.

Que dois je faire pour aller encore plus loin car je stagne depuis des mois ?

Je suis tenté de dire accepter que tu vis déjà des orgasmes prostatiques, même si ce ne sont que des mini Os. Chaque fois que tu sens une tension apparaître sous l’effet des caresses de ta compagne ou des stimulations de tes masseurs pense à te détendre encore plus profondément, à te relâcher encore plus, à recevoir avec gratitude la sensation qui en est la cause. Sur le coup tu peux perdre la sensation, mais elle revient toujours, si la stimulation est maintenue, et presque toujours un peu plus puissante, un peu plus intense.

Si tu as un sentiment de stagnation n’hésite pas à varier légèrement les stimulations sans aucune attente. N’hésite pas à alterner des sessions longues et des sessions plus courtes mais répétées plusieurs fois dans la journée (ou la nuit selon ton rythme de vie… ). Dans la mesure où ta femme participe très activement à tes sessions il devrait être plus facile pour toi de te détendre profondément, de te laisser aller sous ses caresses après avoir bien échangé avec elle pour la préparer à prendre un peu plus le contrôle de tes sessions. Vous pourriez préparer tes sessions par des sessions de massage tantrique.

Ma réponse est très longue ? J’espère qu’elle ne t’endormira pas et qu’au contraire elle t’aidera à redécouvrir ton cheminement. Tu devrais en recevoir d’autres, différentes de la mienne qui t’apporteront peut-être la clé dont tu as besoin. Bon cheminement @Theghosssst.