#40776
bzobzo
Participant

quelle mutation, mes génitaux se sont transformés en soie,
en soie vibrante et chaude, du réveil au coucher, entre mes jambes,
cela me fait comme un petit nid douillet
où se sont installés tout un tas d’oisillons duveteux, qui frémissent, remuent, bougent de-ci, de-là,
agitent un peu leurs ailes naissantes

si je prenais tout cela en photo,
vous ne verriez que l’habituel paquet de chair pendante, comme étirée,
recouverte de peau plissée, ridée, de couleur plus sombre, manque chronique de soleil,
hirsute, mal peigné, pendouillant mollement,
flasque présence entre mes cuisses,
comme si mon sexe tirait la gueule d’avoir été sorti du slip où il dormait tranquillement

cela peut avoir un coup de sang, darder, pointer vers le ciel, soudainement,
prendre une allure redoutable de guerrier casqué
mais là, débonnaire, mou, recroquevillé, il semble comme drainé de toute vie,
comme si un vampire l’avait vidé de toute substance,
qu’il n’en restait plus qu’une coquille molle sans rien à l’intérieur

que nenni, sur la photo, vous ne verrez jamais la soie frissonnante
qui est la réelle consistance de l’engin avec ses deux boules,
qui au moindre frôlement, à la moindre pression, se met à fondre lentement, à couler dense,
à se dissoudre, à se répandre, en vibrations chaudes, en tentacules ondoyantes
qui grandissent et vont s’insinuer partout, remontant, descendant dans toutes les directions,
trouvant la moindre particule de mon être, aussi reculée soit-elle,
et déposant une petite dose de nectar ineffable