#40830
bzobzo
Participant

suis retourné au lit, pour une petite séance pour clore la matinée, une bonne heure,
comme c’était à tout instant, délicieux,
une joyeuse ronde entre mon sexe, ma prostate et moi,
nous tournions, tournions, tournions et encore tournions,
quel étourdissement sublime, quelle farandole divine

mes cuisses venaient jouer allègrement avec mes parties,
cela me faisait constamment comme un nuage de volupté dans mes entrailles
que le vent dispersait aux quatre coins de l’horizon de mon corps

à un moment donné, l’excitation est monté très fort,
des chevaux au galop, se rapprochaient dans ma chair,
j’ai cru que l’éjaculation était toute proche,
ce stade superbe mais qui ne dure que quelques instants où vous avez comme la sensation
que le sperme est en train de monter dans votre verge jusqu’avant de sortir par jets intermittents,
la partie la plus délicieuse de l’orgasme finalement,
vous sentez déjà l’explosion en vous bien qu’elle ne soit pas encore réellement en train de se passer

eh bien je suis resté ainsi une bonne demi heure, en état pré-orgasmique avancé,
le délire complet,
avant que finalement le liquide laiteux ne se décide à quitter son nid,
le moment fut court , une trentaine de secondes mais mémorable,
j’ai commencé à être tellement secoué, je crois bien que je n’ai jamais été autant secoué de ma vie,
c’est tout d’un coup comme si la terre m’avait englouti,
que je me sois retrouvé au beau milieu du noyau terrestre en fusion
et que celui-ci tournoyait à grande vitesse comme une machine à laver en phase d’essorage à 1400 tours/minute

enfin, j’en suis sorti en un morceau, tout a retrouvé sa place, comme par miracle,
j’étais juste exténué, éberlué, incapable de bouger pendant un long moment