#40927
bzobzo
Participant

hier soir, j’ai réussis à peu près à m’en tenir à ma résolution
de ne pratiquer au lit qu’en massage prostatique uniquement,
pour retrouver les sensations de cette pratique perdue en moi,
couché , quasi immobile, à faire monter des contractions lentement, variant,
je suis parvenu à rester en mode yang cinq bonnes minutes,
j’ai eu des sensations, quelque chose se préparait là en bas,
cela montait en puissance, c’étaient bien des ondes prostatiques sollicitées autrement,
c’était tellement différent de ce qui est devenu mon plat habituel ces derniers mois
cependant j’étais trop fatigué, j’ai arrêté après 5 minutes

étonnant comme ma prostate qui est tellement éveillée dans ma pratique actuelle,
tellement réactive à la moindre sollicitation,
tellement généreuse à la moindre contraction, lancée n’importe comment,
ici, il me faudra faire tout un rewiring à nouveau,
c’est un peu comme si, à un moment donné,
j’avais appris une langue étrangère, appelée le massage prostatique,
acquis une grande maîtrise avec, m’exprimais couramment ,
puis suis passé à l’apprentissage d’une autre langue
caractérisée par le mode yin, non plus par le mode yang et puis où les ondes prostatiques
sont la plupart du temps, associées aux ondes génitales ou aux ondes anales

ayant totalement arrêté cette autre langue étrangère
dans laquelle j’avais appris à exprimer le plaisir,
je l’ai oublié peu à peu,
là j’essaie de parler avec, j’espère que cela va revenir de plus en plus vite,
pour l’instant, ces ondes prostatiques éveillées hier soir,
elles me semblaient comme les mots d’une langue que je ne connaissais pas du tout,
qui éveillaient vaguement quelque chose de familier en moi
mais très vaguement

cependant je me dis que cela peut aller très vite, cela peut revenir très vite,
on verra bien, je vais essayer de m’obliger de pratiquer ainsi,
au moins une séance au lit chaque jour,
le problème aussi, c’est que le temps du massage prostatique est beaucoup plus étirée,
je me rappelle mes séances duraient au moyenne une heure quand je maîtrisais,
avant même deux heures durant mon apprentissage
mais avec ma manière actuelle, ce sont essentiellement les micro-séances,
un peu partout dans mon appartement, mêlant le plaisir à mes occupations du quotidien
les y intégrant totalement ou les coupant , parfois juste pour quelques secondes
ou alors si je vais au lit, rien que pour cela, c’est en moyenne des séances d’un quart d’heure,
l’intensité est différente, les décollages sont différents, le vol est différent,
ces temps courts sont parfaitement adaptés

mais pour le massage prostatique, c’est autre chose, c’est du temps long,
des délais plus conséquents, il va falloir que je m’y réhabitue,
donc du rewiring et de la patience
et de l’humilité, accepter que le plaisir ne sera plus là , dès la première seconde
qui emplit tout mon corps, tout cette volupté comme un océan de soie mouvante en moi