#40962
Andraneros
Modérateur/modératrice

Vous demandez @OursPaisible :

est-ce qu’on se féminise… ?

Tout dépend de ce que signifie exactement ce mot pour vous. L’objet de la relation sexuelle pour un homme est essentiellement de déposer sa semence au fond de la cavité prévue pour la recevoir chez la femme. L’acte sexuel masculin est donc essentiellement une pénétration suivie d’une éjaculation et récompensée par un orgasme.

1. Perdons-nous notre virilité en renonçant à la pénétration ? Nous apprenons spontanément à jouir sans pénétration par des méthodes de stimulation du pénis très variées. La pénétration n’est pas nécessaire à l’expression de notre virilité.

2. Des traditions orientales proposent aux hommes depuis la nuit des temps des disciplines pour vivre des orgasmes puissants et renouvelables à volonté sans éjaculer. Cette pratique est de plus en plus reprise sous des formes modernisées. Perdons-nous notre virilité en renonçant à l’éjaculation ? L’éjaculation n’est pas nécessaire à l’expression de notre virilité.

3. Nous pouvons apprendre à vivre des réactions orgasmiques en réponse à la stimulation de zones particulièrement denses en terminaisons nerveuses. L’anus et la zone prostatique en avant du rectum sont denses en terminaisons nerveuses. En quoi l’enrichissement de notre catalogue de réponses orgasmiques nous fait-il perdre notre virilité initiale ? Est-ce qu’une femme qui jouit quand son clitoris est stimulé se masculinise ?

La stimulation de la prostate est possible soit de l’extérieur à travers le périnée, soit de l’intérieur sur la face antérieure du rectum. Cette stimulation n’est qu’un geste de massage qui en lui même n’est ni virilisant, ni féminisant, pas plus que la caresse du clitoris.

Accéder au plaisir orgasmique avec une stimulation pénétrante ne conduit pas à une féminisation de l’homme. Elle ne change pas non plus un homme hétérosexuel bien dans sa peau en homosexuel (ma femme s’en serait aperçu depuis le temps en ce qui me concerne). La crainte que vous mentionnez n’est pas naturelle. Elle peut venir d’une éducation, d’un environnement encore soumis à une culture dominée par des règles archaïques et castratrices. Elle peut venir de la crainte ressentie par certains tempéraments devant un changement de rôle pendant des ébats érotiques. Elle peut venir de l’illusion que l’homme doit PRENDRE son plaisir alors qu’il jouit beaucoup plus et beaucoup mieux quand il apprend à RECEVOIR son plaisir.

Votre question est au cœur de notre pratique du massage prostatique. Si vous parvenez à accepter pour vraie la bonne réponse vous faciliterez grandement votre progression vers l’orgasme prostatique.

En conclusion, avant mon cheminement prostatique j’étais marié, père et grand-père. Aujourd’hui je suis toujours marié (avec la même femme, je précise), je suis toujours père et je suis toujours grand-père. En revanche je suis beaucoup mieux dans ma peau aujourd’hui qu’avant.