#41068
fred
Participant

Oui, l’idée était de tester (sans pénétration) la réactivité de tout cela et de chercher l’orgasme ou quelquechose qui s’en approche . C’était donc totalement externe : massage d’un bonne demi-heure de toute la zone derrière l’anus aux testicules.
En appuyant plus ou moins fort, le réveil était très subtil (un peu de chaleur et de douceur tout de même!) J’ai renouvelé cela plusieurs fois et parfois lors de nuit d’insomnie. Cela m’aidait à trouver le sommeil, parfois mais le résultat était trop modeste pour parler d’orgasme…Du temps a passé et puis, bravant peut-être mes propres interdits et appréhensions (et peut-être par orgueil vu le semi échec cité plus haut!), j’ai voulu, comme cité précédemment, passer aux choses plus sérieuses avec l’Aneros.

Je voulais ajouter que depuis mon dernier post et pour essayé de calmer un peu tout cela, j’ai renouvelé ces massages externes et déclenché (je ne m’y attendais pas vraiment!) un puis des orgasmes (sans pénétration aucune) de même nature (voire plus fort). Le déclencheur a été un point précis en appuyant fort avec le doigt sous les bourses. Les sensations sont extrêmes et affolantes (tremblements, gémissements, orgasmes répétés avec identification très claire du contact avec la prostate via le périnée). Même expérience de montée progressive du plaisir et de vagues puis explosion des sens.
Pour me « libérer » de tout contact physique (retrouver le lâcher prise que j’adore) j’ai détourné un sex toy féminin en bois en me servant uniquement du bout arrondi et doux maintenu entre les cuisses et placé toujours sous les testicules. Résultat parfait (sans pénétration) pour des sensations en lacher prise (sans les mains) identique à l’eupho. Les mouvements instinctifs du bassin appuyant sur la zone, je retrouve cet effet de réaction en chaîne sans fin!
C’est aussi en lisant les différents post qui évoquait cela que j’avais eu cette idée de tester en externe au travers du périnée, merci à vous pour cette avancée significative dans mon parcours.