#41103
bzobzo
Participant

Je laisse @bzo, apporter son analyse sur ce sujet.

tu as superbement résumé, difficile d’y ajouter quoique ce soit

parler à quelqu’un déjà de certaines limitations de la pratique
dont il est en train de découvrir le formidable potentiel orgasmique,
est un message sans doute qui restera lettre morte pour un certain tempst

moi-même je suis resté mes deux premières années uniquement ainsi aussi,
je le regrette bien maintenant de ne pas m’y être mis plutôt
mais c’est comme cela

cette notion qu’il n’y a plus d’intermédiaire entre notre corps et nous, est tellement fondamentale,
c’est à partir de ce moment seulement, quand on se met à l’aneroless
qu’on peut réellement commencer à vivre la complicité avec son corps,
à ressentir une communion avec celui-ci

ce sont deux pratiques, en fait, totalement différentes
qui ont certes un gros point commun, de solliciter la prostate
mais l’Aless n’est pas la version sans masseur du massage prostatique,
c’est autre chose

la grosse différence qui fait que ce sont deux mondes différents,
c’est qu’avec masseur, on cherche le dialogue avec sa prostate avant tout,
alors qu’aneroless, on cherche le dialogue avec son corps,
même si à travers lui, on recherche le plaisir prostatique,
c’est une autre approche, un autre monde ,
les perspectives sont toutes autres

il y a une barrière psychologique à vaincre pour passer à l’Aless,
c’est rassurant, le masseur, de plus en plus, une fois qu’on obtient des résultats sérieux avec,
il est perçu comme une sorte de baguette magique qui nous permet d’éveiller la férie en nous
mais quand elle n’est plus là, comment est-ce qu’on va faire?
plus de baguette magique, plus de pouvoir
oh que non, c’est là qu’ils commencent seulement à, se révéler dans toute leur richesse et leur puissance!

comme je l’ai déjà écrit dans un précédent texte,
c’est tout notre être qui devient peu à peu la baguette magique,
on devient tout entièrement cet intercesseur auprès de nous-même pour éveiller la féerie,
comme l’écrit au-dessus @andraneros, on acquiert ainsi un très fort sentiment de puissance
c’est très très enivrant

sans rien, plus aucun truc, plus aucun gadget, plus aucun intercesseur, rien dans les poches, rien dans les mains,
c’est juste nous, entièrement nous
mais encore une fois, c’est une autre pratique totalement,
le massage prostatique, c’est déjà très très bien,
il faut @nousta se remplisse bien la panse, de plaisir jour après jour,
quand sa faim aura été bien soulagée, bien régulièrement pendant tout un temps,
alors ventre empli, aura à nouveau des oreilles qui lui pousseront