#41156
bzo
Participant

réveil,
je m’étire sous la couverture,
ah le moindre contact de mes cuisses avec mes génitaux,
envoient des ondes délicieuses partout,
je dois avoir écrit ce genre de phrases, quasi mot pour mot, au moins une centaine de fois
mais que voulez-vous, c’est tellement ça

je continue ainsi, juste je m’étire, encore et encore
et je laisse mes cuisses venir, « comme par accident », se frotter, presser un instant,
mes bijoux de famille,
l’impression que mon cerveau roule dans une ouate chaude, sensuelle,
je commence à me caresser, les pointes de mes seins sont déjà dures ,
j’adore les frotter, les pencher dans toutes les directions

je caresse mes hanches, je caresse mes flancs,
cela me fait un tel ballet d’ondes dansantes, sous la peau,
ah commencer ma journée ainsi, déjà presque 11h, vais manger et après direction la forêt s’il ne pleut pas trop fort,
les grands chênes et hêtres doivent être recouvert de feuilles maintenant,
je suis tout excité à l’avance, tout ce vert, toute cette lumière, toute cette paix majestueuse

mais en attendant sous la couverture,
j’ajoute quelques contractions,
oh ce piston entre mes fesses, c’est comme si je débouchais une bouteille de champagne,
cela fait pop dans mon cerveau, comme un bouchon qui saute,
cela se met à pétiller de tous les côtés,
comme c’est ineffablement délicieux

ah mon corps chéri, encore une splendide journée en perspective,
comme je suis de bonne humeur pour l’instant,
avec tes trésors qui coulent tellement librement en moi