#42497
Andraneros
Modérateur/modératrice

Tes derniers messages posent une question de plus en plus importante au fil de tes progrès dans la mesure où le développement de ta sensibilité orgasmique va devenir de plus en plus visible non seulement pendant les ébats érotiques avec ta femme mais aussi le reste du temps. Tu as commencé l’année en nous disant :

J’ai essayé pour la 3ème fois un masseur prostatique cette après-midi.

Tu avais encore le temps d’aborder le sujet avec ta femme ! Pour mieux comprendre dans quelles conditions mentales tu étais pendant tes sessions je te demandais :

As-tu une difficulté à avoir suffisamment d’intimité ? Es-tu en mode clandestinité par rapport à une ou un partenaire ?

Tu répondais

Tu répondais en mai :

je n’ai pas encore parlé de ma volonté d’exploration a ma femme. Je n’ose pas pour l’instant bien que ça paraisse idiot. Je suis sûr qu’elle comprendrait mais je n’arrive pas à trouver l’angle d’attaque et a franchir le pas. C’est pour cela que j’ai eu du mal a avoir des moments d’intimité pour moi tout seul.

Tu confirmes aujourd’hui en répondant à @bzo :

Même si elle est hyper ouverte d’esprit, il y a une part de moi qui a peur qu’elle soit dans le jugement ou une certaine peur liée aux pratiques anales chez les hommes héteros.

Je retiens de ta réponse « Je suis sûr qu’elle comprendrait » et « trouver l’angle d’attaque et a franchir le pas » et, peut-être encore plus,« il y a une part de moi qui a peur qu’elle soit dans le jugement ou une certaine peur liée aux pratiques anales chez les hommes héteros ». J’ai eu, au tout début de mon cheminement, la même inquiétude que toi. J’ai eu quelques années de plus que toi pour y réfléchir et j’en tire une conclusion, ma conclusion que je n’impose à personne.

Notre peur de partager notre quête de l’orgasme prostatique repose sur une base, l’absence d’une éducation sexuelle libératrice de nature à favoriser la découverte de toutes les formes de plaisir sexuel. La conséquence est que l’exploration des effets de la stimulation anale est vécue comme une transgression très forte que certains d’entre nous vivent avec culpabilité. A partir du moment où nous nous sentons coupables, même inconsciemment, nous ne pouvons avouer notre pratique sans craindre une condamnation que nous nous donnons déjà. D’après ce que je lis sur les forums spécialisés sérieux, 4 fois sur 5 la discussion est libératrice, la compagne ou le compagnon acceptant sans difficulté la pratique de l’orgasme anal ou prostatique.

Si vous avez déjà des échanges sur vos pratiques érotiques tu peux savoir si ta femme peut envisager des stimulations non conventionnelles. En te lisant j’ai l’impression que c’est le cas mais je me trompe peut-être. Dans vos échanges vous arrive-t-il de parler de « techniques » ou d’« entraînements » destinés à améliorer vos étreintes et vos orgasmes ? Si c’est le cas tu peux aborder le sujet de l’apprentissage de l’orgasme prostatique. Si ce n’est pas le cas c’est le moment d’aborder tous les sujets sur les moyens d’améliorer votre expérience sexuelle.

Le sujet le plus « neutre » et peut-être le plus facile à lancer est celui des jouets sexuels qui sont devenus aujourd’hui des objets de discussion publique dans les magazine de société féminins et masculins. Un autre sujet intermédiaire est celui des traditions ancestrales orientales remises au goût du jour, le tantra et le tao. Ce sujet peut conduire à des lectures et à des « formations » sous forme d’ateliers ou de stages résidentiels. Enfin sur un plan plus personnel il reste le sujet de l’amélioration de son potentiel orgasmique ou de sa sensibilité orgasmique par (“son” et “sa” désignent n’importe quelle personne et non pas seulement ta femme)
• des exercices physiques (kegel et toutes les disciplines qui renforcent le périnée et les muscles profonds),
• de la relaxation ou de la méditation appliquée à la prise de conscience de tous les phénomènes corporels associés à l’excitation sexuelle, à la montée du plaisir, à l’expérience orgasmique, et toutes les disciplines facilitant cette prise de conscience,
• de l’(auto)hypnose pour découvrir des orgsmes énergétiques…
Tu peux vérifier que ces 3 éléments peuvent conduire à la pratique du massage prostatique (jouets = masseurs, tantra / tao = session aneros, exercices physiques + méditation + orgasme énergétique = orgasme prostatique).

Tu connais ta femme bien mieux que nous et les conseils que nous te proposons ne peuvent être au mieux que des pistes de réflexion. J’espère sincèrement que ce que t’a dit @bzo et ce que je te dis t’aidera à te lancer. Bien entendu tu le feras avec tact, avec douceur, avec précaution, tu sauras prendre le temps, tu auras écouter ta femme et surtout tu seras prêt à lui donner ce qu’elle ne t’a peut-être pas encore osé te demander si elle se lance à cette occasion…

Bon cheminement @Gerardisson.