#47830
bzo
Participant

sans doute, pour une femme,

une fois qu’elle prend possession de son corps,

laissant son corps la posséder,

c’est juste naturel, cela va de soi

quand cela s’éveille en elle,

quand cela commence à l’emporter,

quand sa chair et son esprit,

se mettent à délirer, ensemble,

sur la monture ardente du désir

 

mais pour moi

qui suis un homme,

avoir réussi à aller aussi loin,

à l’éveiller en moi

dans cet apprentissage intime, ardent,

en parfaite connivence avec mon corps,

il y a à chaque fois,

comme une sensation de magie

en train de s’opérer

 

dans la spontanéité absolue,

sans frontières,

je suis ce que je ressens

 

l’élan vital, le cercle,

l’ardente pente du désir

 

mon sexe est entrebâillé,

immensément, des pieds à la tête,

je suis face à la mer,

je suis cette ouverture, cette offrande

que pénètrent les vagues,

que pénètre l’écume,

que pénètre le vent,

que pénètre la lumière