#49343
bzo
Participant

avec les années de pratique en solo,

une des choses les plus remarquables de ce qui s’est passée en moi,

de ce qui s’est développé splendidement,

c’est la réactivité de mon corps

 

à quel point, il réagit au quart de tour au moindre contact,

ne fusse qu’avec les objets les plus banals,

le contact des matériaux, le métal, le bois, le verre,

pas seulement leur grain, leur consistance,

leur température, aussi

 

m’asseoir le cul nu sur de la pierre froide,

d’abord pendant une fraction de seconde,

il y a le désagrément de la différence de température

mais après,  oh après…

je suis empli de frissons des pieds à la tête

et une envie irrésisitible de me caresser,

s’empare de moi

 

frotter mon cul, mon dos, mes flancs,  contre du bois poncé,

me fait un de ces effets,

oh là encore,

en quelques secondes, je suis tellement émoustillé,

tellement envahi de frissons délicieux

 

j’ai la prostate qui bat comme un coeur, par moments,

comme un coeur en bas, tout vibrant, battant le rythme,

tam tam sauvage dans mon bassin

et tout autour qui danse, qui danse

 

pas seulement les contacts divers et variés,

juste mes mouvements,

par moments, rien que le fait de bouger,

provoque des vagues de plaisir en moi,

je me mets alors à chalouper du cul,

à faire monter des contractions,

mes cuisses viennent se frotter contre mes génitaux

et je suis déjà dans une autre galaxie,

frotté de tous les côtés, par des étoiles chaudes et fondantes

 

l’envie d’être pénétré, ah l’envie d’être pénétré

j’ai cultivé cela,

je me suis tellement laissé aller à cela,

d’abord eu peur, suis en train de devenir homosexuel?

cela me travaillait quelque part malgré mes expériences bisexuelles du passé,

là cette envie d’être pénétré , me faisait tellement basculer dans un autre monde

 

pas sûr que j’ai envie de recevoir une vraie bite dans la cul, cependant

maintenant je m’en rends bien compte

et cela ne me fait plus peur , un seul instant,

je me laisse aller totalement, sans rien retenir,

tout seul, je parviens tellement à vivre la pénétration par les deux bouts,

tellement à me sentir femme et en même temps, homme

 

mes fesses qui se resserrent qui s’écartent,

avec au milieu la petite fente, le petit tunnel sombre,

comme ils s’enflamment, quelle éruption de volupté

 

je marche dans mon appartement

et en même temps je me caresse

ou juste je bouge un peu le cul,

le plaisir semble là, à côté de moi,

à tout instant, prêt à m’envahir, au moindre signal

 

inventivité, imagination,

maîtres mots,

faire travailler son imagination,

les possibilités sont infinies,

en interactions, avec le monde qui m’entoure ou pas

 

apprendre à se lâcher complètement pour un oui, pour un non,

juste même pour quelques secondes,

baigner constamment dans les énergies prêtes à s’enflammer