#8825
AvatarMonsieurChapeau
Participant

La question du « vrai » libertinage mériterait son propre sujet ! Si je dis souvent qu’il n’existe pas « un » libertinage, mais « des » libertinages, il me semble aussi qu’on croise de « faux » libertins. Des gens qui ont des pratiques libertines, sans en avoir l’esprit. Les hommes qui viennent en club l’après-midi à l’insu de leur femme en déclarant que jamais ils ne les autoriseraient à faire de même ne sont pas de « vrais » libertins à mon sens. DSK n’est pas un « vrai » libertin non plus, quoi que lui ou la presse puisse déclarer.

Sur le physique, les messages précédents ont déjà tout dit. Vous avez une idée fausse du milieu du libertinage. Les femmes rondes, ou laides, ou âgées y ont tout à fait leur place. Elles sont même plus nombreuses que les jolies jeunes et minces, puisque les libertins sont des gens normaux (et ayant souvent un peu de vécu).

Pour l’avoir observé en discutant avec elles, les femmes libertines célibataires et « mal dans leur corps » passent par plusieurs phases. (C’est sans doute différent pour des femmes en couple.)

Première phase : l’anticipation. C’est la vôtre. Vous vous dites que le monde libertine est plein de jolies jeunes femmes et que vous ferez tâche, que personne ne va vous désirer.

Deuxième phase : la découverte. En arrivant en club, vous vous rendez compte que les physiques sont bien plus variés que vous ne pensiez. Vous réalisez aussi que vous plaisez et qu’on vous aborde en club bien plus que dans la rue ou dans les soirées classiques.

Troisième phase : le bonheur. Vous sortez régulièrement, vous multipliez les rencontres et le sexe. Vous vous sentez belle et désirée. Cela peut durer longtemps avant …

Quatrième phase : le doute. En observant le comportement des hommes en club, vous comprenez que la plupart viennent juste pour se vider les couilles et qu’ils baiseraient avec n’importe qui. Du coup, vous ne vous sentez plus flattée quand ils vous abordent.

Arrivé là, deux options :

Soit vous devenez une ex-libertine aigrie. Vous dites partout que les libertins traitent les femmes comme des « bout de viande » et vous vous mettez à cracher sur le milieu où vous avez passé des mois ou des années heureuses.

Soit vous devenez une libertine assagie, allant en club pour son plaisir sexuel, et pas pour satisfaire un besoin narcissique. Vous triez davantage vos rencontres, vous sortez un peu moins souvent, mais vous êtes bien. Et c’est ce que je vous souhaite !