#11005
ModjoModjo
Participant

@Theghosssst, J’ai rencontré un peu le même problème au départ, peut-être que ce qui suit aidera ?

Au début, j’utilisais la position la plus confortable et la plus relaxante : celle du chien de fusil.
En effet, cette posture me permettait de me détendre et d’accepter plus facilement l’insertion de l’hélix.
Cependant je n’ai obtenu aucun tremblement et très peu de sensation dans cette position (même au bout de 5-6 séances).
Par pur hasard – j’ai alors adopté la position suivante : sur le dos, les jambes repliées, les genoux en l’air et les pieds à plats. Et la, ça a été radical ! Au bout d’une vingtaine de minutes, j’étais envahi de convulsions, de spasmes et de contractions incontrôlables. La transition entre les deux positions a été très marquante et ce n’était que ma 7ème session. J’ai essayé de comprendre pourquoi :
Je pense que la relaxation ne doit pas forcément être interprété comme une totale détente du corps(*)
(* je parle d’un point vue purement physique et non psychologique). Mais pour moi il n’a pas été utile de relâcher tous les muscles, j’explique :

Le problème qui s’est posé, lorsque je commençais les contractions (et que l’insertion de l’helix ne constituait plus une gêne), c’est que je n’avais aucun « pont » pour faire l’intermédiaire entre la phase « relâchement » et la phase « spasmes ».
De ce que j’ai vu, les tremblements constituent une étape clef dans l’établissement de l’orgasme prostatique.
Or je crois qu’il est difficile de trembler lorsque la totalité de nos muscles sont détendu et que nous sommes étendus de tout notre poids sur le lit.

En ce sens, je pense que la position à adopter pour favoriser le développement des premières contractions involontaires (du moins au début), doit être une position légèrement instable qui nécessite un peu d’effort.
La position décrite un peu plus haut (contrairement à celle du chien de fusil) crée une tension légère et constante dans le bassin (on contracte pour garder les genoux en l’air). C’est cette sensation d’inconfort qui – paradoxalement – m’a aidé à trouver les premières convulsions.
Visiblement, cette position m’a permis de transmettre directement les premiers frissons à la prostate (via le masseur) et sans avoir d’effort supplémentaire à faire. Progressivement, la sensation d’incommodité s’est transformée en « chatouilles ». Ces chatouilles étaient liées aux vibrations provoquées par mes convulsions, elles mêmes véhiculées par le masseur, faisant ainsi monter l’excitation et le plaisir par la même occasion.

Depuis, je réalise la relaxation en position chien de fusil et lorsque je souhaite lancer les contractions, je prends la position décrite plus haut. J’ai obtenu mes premières contractions involontaires de cette manière, depuis ma sensibilité a considérablement évolué. Ma dernière séance était incroyable…
Je ne connais pas la position que tu utilises, mais peut-être pourrais-tu essayer celle la ? En espérant avoir été utile 🙂