20 réponses de 1 à 20 (sur un total de 44)
  • Auteur
    Résultats de la recherche
  • #43477

    En réponse à: Reconnaitre un mini-O

    Andraneros
    Modérateur

    Bonjour @QCanalBoy, tu écris :

    j’ai pris un peu de temps pour répondre, mais j’avais besoin de bien articuler mes idées !

    Tu as bien fait et la lecture de ton message est un vrai bonheur.

    Quand je sens que mon corps est excité, plein d’énergie, que je suis seul à la maison, que mon anus chatouille d’excitation, mes sessions d’Aneros sont parfaites! Je jouis!
    Pour ma part, le succès vient du fait que je comprends mieux mon corps et du contexte dont il a besoin pour jouir.

    C’est un constat qui revient régulièrement sur notre forum ; la réussite d’une session en période d’apprentissage dépend beaucoup des conditions dans lesquelles on peut engager sa session. Je vois que tu gères très bien cet aspect malgré les charges de ta vie quotidienne.

    Je ne crois pas avoir atteint le Super-O, du moins pas de la manière que certains le décrivent.

    D’une part nous sommes tous différents en effet et, si tu sais prendre un peu de recul par rapport à ce que tu vis pendant tes sessions, tu es le meilleur juge de tes expériences orgasmiques. D’autre part nous ne devons pas oublier la définition du super O donnée dans le Wiki Aneros:

    an orgasm that steps out of the normal frame of reference. A Super-O is an overwhelmingly strong non-ejaculatory orgasm that may involve: durations of minutes at a time; full-body orgasmic waves of pleasure; intense pleasure throughout the pelvic region, particularly the prostate, rectum and surrounding muscles; loss of a sense of reality; strong emotional responses; flashes of color (optical activity in the brain); large muscle contractions; a strong sense of ejaculation (with no emission); protracted involuntary vocalizations, roars or screams; pleasant convulsions; pronounced deep or staccato pelvic thrusting or writhing; a sense of soulful release and relief; a sense of self-redefinition; and, an energized feeling immediately following orgasm and being ready for more (as opposed to post-ejaculation lethargy).

    Traduction
    un orgasme qui sort du cadre normal de référence. Un super O’ est un orgasme sans éjaculation extrêmement intense qui peut impliquer :
    • des durées de plusieurs minutes à la fois,
    • des vagues de plaisir orgasmique qui se répandent dans tout le corps,
    • un plaisir intense qui envahit toute la région pelvienne, particulièrement la prostate, le rectum et les muscles tout autour,
    • une perte du sens de la réalité,
    • des réponses émotionnelles fortes,
    • des éclairs de couleur (activité optique du cerveau),
    • des contractions musculaires étendues,
    • une forte sensation d’éjaculation (sans émission),
    • de longues vocalisations incontrôlées, des rugissements ou des hurlements,
    • des convulsions agréables,
    • des poussées ou des contorsions pelviennes très profondes ou saccadées,
    • un sens de soulagement émotionnel et d’allègement,
    • un sens de redéfinition personnelle,
    • un sentiment d’excitation immédiatement après l’orgasme et d’être disponible pour encore plus (contrairement à la léthargie post-éjaculatoire).
    Fin de traduction

    Cette définition est complétée par ce commentaire :

    Super-O’s come in all shapes and sizes. Some are small, some are large, some are single, some are multiple, some are centered in one area while others are in another. Some are particularly intense, while others are more subdued. Generally the experience is one of a surging pleasure wave that leaves one in a blissful yet energized state. The Super-O is very personal and different for each individual.

    Traduction
    Les Super O’s viennent sous toutes les formes et toutes les tailles. Certains sont petits, certains sont larges, certains sont uniques, certains sont multiples, certains sont centrés sur une zone tandis que d’autres le sont sur une autre. Certains sont particulièrement intenses, tandis que d’autres sont plus modérés. Généralement l’expérience se traduit par la montée d’une vague de plaisir qui vous laisse dans un état à la fois bienheureux et excité. Le Super O’ est une expérience très personnelle pour chaque personne.
    Fin de traduction

    Tu peux donc constater que la définition du super O concerne la différence entre l’expérience vécue pendant ta session et celle de l’orgasme associé à son éjaculation et sa période réfractaire que tu connais depuis ton adolescence, vraisemblablement la seule que tu connaissais avant de te lancer dans l’apprentissage du plaisir prostatique.

    Pour moi, une séance d’Aneros c’est une occasion de vivre une expérience sexuelle intime, un moment solitaire, un cadeau pour moi-même. C’est une expérience physique et émotionnelle.

    Je partage ton affirmation.

    Bien qu’elle ne soit pas tant engagée dans une démarche plus exploratoire (je crois qu’elle n’en sent pas tant le besoin), je constante qu’elle a du plaisir a être complice à ma transformation. Elle aborde notre vie sexuelle avec beaucoup plus d’ouverture. Je crois que c’est grâce au dialogue que nous avons, c’est la clé.

    Ton constat revient régulièrement sur les forums spécialisés. Il semble que les hommes qui se lancent dans la découverte de l’orgasme prostatique se sentent bien moins comblés que leur femme par leur sexualité spontanée. C’était mon cas aussi.

    je trouve que l’Aneros se savoure surtout dans la délicatesse.

    C’est ce qu’on découvre avec l’Eupho, un peu plus avec les Peridise et encore plus avec l’aneros-less. Plus rien ne vient écraser notre prostate. Les contractions de nos muscles internes et la puissance de de notre esprit suffisent à nous mettre en transe orgasmique.

    J’aimerais qu’elle vive cette expérience avec moi, dans une forme de masturbation mutuelle.

    C’est une expérience que tu pourras vivre certainement si ta femme t’accompagne dans tes sessions en commençant comme spectatrice des orgasmes que tu lui offriras, puis en se laissant imprégner par ton excitation extrême, puis en se laissant emporter par l’envie de jouir qu’elle finira par ressentir, puis en t’offrant ses propres orgasmes en réponse aux tiens. Elle s’unira « orgasmiquement » à toi quand elle deviendra capable d’abandonner toute pudeur en réponse à ton propre abandon.

    J’ai vraiment un fantasme qu’elle me pénètre avec un gode-ceinture, qu’elle me fasse l’amour, de me faire prendre et de me sentir pénétré. Mais bon, je crois que je vais y arriver, mais je nous laisse le temps d’évoluer, pas à pas, sans rien brusquer.

    Je suis persuadé que ta femme va évoluer peu à peu dans ce sens. Tu peux trouver sur le site ou le forum de nombreuses voies pour l’amener tout doucement à ces jeux. Elle peut commencer avec ses doigts (à l’entrée, plus profond, 1 doigt puis 2) ; tu peux l’encourager à mettre et retirer tes masseurs ; tu peux introduire l’insertion de plugs pendant vos ébats, pour toi bien sûr et pour elle, simplement « pour voir » (petits plugs mais attention avec des bras allongés plutôt que de petits boutons à l’extémité). Tu peux aussi proposer l’expérience plug en dehors de vos ébats, dans la vie quotidienne de la maison pour commencer.

    Au début de ta démarche, avec la découverte du plaisir prostatique, comment as-tu géré tout ça avec ta femme?

    En toute honnêteté, comme la plupart d’entre nous, instinctivement dans la clandestinité. Puis elle s’est douté de quelque chose, puis nous en avons parlé, puis j’ai pris le plus grand soin de la rassurer sur mon attachement. La gestion de cette transition entre la clandestinité et le partage a été facilitée d’une part par la lenteur de ma progression (il n’y a pas eu de révolution brutale de notre vie sexuelle) et d’autre part surtout par la confiance qu’elle a su maintenir à mon égard. J’ai pris le plus grand soin de ne pas la décevoir.

    Était-elle très ouverte sur le sujet ?

    Initialement non dans la mesure où ni pour elle ni pour moi (avant) cet aspect de la sexualité n’existait tout simplement pas.

    Comment a t-elle réagi?

    Avec un maximum de douceur de ma part elle a accepté ma pratique. Elle m’a demandé de mettre mon aneros pendant nos ébats, elle l’a apprivoisé, elle a commencé à jouer avec mon anus (geste totalement absent de nos pratiques avant), elle a commencé à explorer avec une phalange. Pendant tout ce temps je progressais et mon plaisir prostatique se développait. Les modifications de mes réactions sexuelles devenaient de plus en plus évidentes (mini Os, orgasmes secs, tétons hyper sensibles alors qu’ils étaient totalement insensibles avant,… ). Elle était de plus en plus excitée par le spectacle de ma nouvelle jouissance.

    Je lui ai offert son premier jouet sexuel, un Womanizer (grande nouveauté révolutionnaire à l’époque) pour qu’elle puisse découvrir elle aussi l’expérience de vivre des orgasmes quand elle le voulait en toute simplicité, en toute sérénité puisqu’elle avait à la fois mon approbation et mes encouragements. Elle s’est lancée seule sans m’en parler (je ne lui posais bien sûr aucune question) puis un jour (après de longues semaines) elle m’a demandé de recharger son jouet… C’est ainsi qu’elle a découvert qu’elle était elle aussi multi-orgasmique. L’étape majeure du réveil de sa libido a été de « m’offrir » ses orgasmes en utilisant son jouet devant moi alors qu’elle ne s’était jamais masturbé devant moi auparavant. Elle avait choisi de partager mon cheminement en ajoutant le sien au mien.

    Elle a posé beaucoup de question ?

    Dans un premier temps très peu et surtout centrées sur mon attachement à notre couple. Puis de plus en plus et de plus en plus explicitement sexuelles.

    Est-ce que ta démarche vous a amené à explorer d’autres facettes de votre sexualité ?

    Notre sexualité était initialement joyeuse mais très basique (comparée à ce qu’elle est devenue). Puis les responsabilités familiales, professionnelles puis de très gros problèmes de santé ont réduit nos ébats amoureux à presque rien. Depuis que nous nous sommes lancés dans nos démarches de développement de nos capacités orgasmiques notre sexualité est devenue encore plus joyeuse, beaucoup plus riche, notre excitation sexuelle est au top et nos ébats érotiques n’ont jamais été aussi fréquents, longs et intenses

    Je partage ton choix de « l’équilibre assumé », je partage ta perception de ta part de féminité comme « force complémentaire » de ta virilité. Je suis aussi un fan du string masculin, que je porte moi aussi en toute discrétion en public. Tu n’as pas à défier l’opinion des autres. Tu en parles si les circonstances t’encouragent à le faire, sinon tu mènes ta vie en toute discrétion et en toute satisfaction.

    Bon cheminement @QCanalBoy.
    (Désolé, mon message est très long)

    Si tu as des questions plus personnelles sur l’évolution de ma femme ou si tafemme en avait tu peux me les poser en message privé sur leDiscord associé au site. Mon pseudo là-bas est @Andros.

    #42698
    Andraneros
    Modérateur

    Bonjour @Buzzi,
    Nos amis (et nos amies) qui souhaiteraient avoir plus d’informations sur ton cheminement vers le plaisir prostatique peuvent lire ton sujet « Mon retour, mon cheminement (qui ressemble aux vôtres) ».

    Je souhaiterais t’aider à trouver les réponses aux questions que tu te poses mais les difficultés dont tu témoignes, tout en étant assez fréquentes, sont aussi très personnelles et peuvent avoir de nombreuses causes. En lisant tes messages je pense que dans ton couple vous êtes déjà très attentifs à l’autre. C’est très bien mais finalement ce n’est pas suffisant.

    Parmi les raisons qui nous poussent à nous lancer dans la pratique du massage prostatique il y a très souvent un manque de satisfaction de notre vie sexuelle. Tu nous dit que tu souhaites pouvoir pénétrer ta femme plus longtemps avant d’éjaculer. @Adam te répond à ce sujet sur la Sexosphère. Mais au fond ta femme souhaite-t-elle être pénétrée plus longtemps ? En retirerait-t-elle plus de satisfaction ? C’est une question que nous nous posons rarement, peut-être à tort parce que si nous le faisions nous nous apercevrions que ce n’est pas un gros problème.

    Quand on s’intéresse aux pratiques érotiques bien au-delà des gestes spontanés nous pouvons découvrir qu’il y a mille façons de faire monter l’excitation sexuelle et de donner du plaisir à sa ou son partenaire et que le coït n’est que l’une d’entre elles. Quand il est satisfaisant c’est formidable mais quand ce n’est pas le cas on peut se connecter avec sa ou son partenaire avec autant voire avec encore plus d’échanges. Comme notre culture occidentale ne nous prépare pas à ces façons de faire l’amour nous devons faire un effort de découverte et souvent d’apprentissage, exactement comme nous le faisons pour découvrir l’orgasme prostatique.

    Tu vis, comme de nombreux amis du forum, une situation de couple dans laquelle ton appétit sexuel est plus grand que celui de ta femme. Je ne vois rien à ajouter à ce que tu fais déjà. Cette situation peut durer mais n’est pas forcément figée. Le corps et l’esprit évoluent dans le temps. Avec un peu de patience et beaucoup de tendresse il est possible que tu aies un jour une belle surprise. C’est ce qui s’est passé dans mon couple.

    En outre en développant tes capacités orgasmiques tu vas recevoir de plus en plus de satisfaction de tes sessions en solo. Tes progrès faits avec le soutien de ta femme contribueront à réduire la frustration légitime que tu sembles ressentir. En outre plus tes progrès seront visibles pour ta femme plus il est possible qu’elle soit tentée de suivre ta voie à sa manière, plus il est possible que le développement de ta libido nourrisse le développement de la sienne.

    Si ton expérience évolue comme la mienne, plus tu vivras d’orgasmes sans éjaculation, plus tu deviendras capable de contrôler ton éjaculation. C’est particulièrement vrai avec la pratique Aneros-less qui correspond à l’association d’une attitude mentale et d’un profond relâchement / contrôle musculaire. Plus tu pratiqueras A-less plus tu seras en mesure de percevoir la source de ton énergie sexuelle EN TOI et non dans un organe extérieur.

    Plus tu pratiqueras seul ET avec ta femme moins tu éjaculeras. D’une part parce que tu apprendras à jouir sans « point de non retour » et que ton plaisir et ton excitation dureront jusqu’à l’épuisement de l’un ou de l’autre. D’autre part parce que la jouissance procurée par tes orgasmes prostatiques ou énergétiques sera si profonde que tu ne ressentiras plus le besoin d’éjaculer pour te sentir comblé. C’est une voie pour réduire le stress éjaculatoire que la pénétration induit.
    (Selon l’un de tes derniers messages sur la Sexosphère tu es déjà bien avancé dans cette voie.)

    Ta femme préfère « le sexe classique ». C’est tout à fait légitime. Mais elle a déjà vécu une expérience orgasmique très différente comme tu nous le dis. Comment a-t-elle vécu cette expérience hors normes pour elle ? Quel souvenir en a-t-elle gardé ? Est-il possible qu’elle envisage de suivre une discipline de développement personnel orientée sur l’amélioration de sa sensibilité aux stimulations sexuelles à l’image de ce que tu fais ? Est-il possible pour toi d’aborder ces thèmes de discussion ? Sans rien forcer évidemment.

    Du coup je suis un peu pommé on va dire car d’un côté elle me montre qu’elle m’aime et qu’elle souhaite me comprendre mais de l’autre les actes ne sont pas forcément au rendez-vous.

    Pas de panique ! C’est normal pour ta femme et pour toi. Vous semblez unis, confiants et ouverts à la discussion, il faut un peu plus de patience. Votre dernier enfant est encore très jeune , il est très possible que ta femme se sente encore plus maman qu’amante. Elle te comprend et je pense sincèrement qu’elle te soutient dans ton travail de développement orgasmique.

    Continue à progresser comme tu le fais, continue à partager ta progression avec elle continue à lui proposer d’autres « jeux » et telle te fera, bientôt ou un peu plus tard, la surprise d’un appétit sexuel renouvelé. Bon cheminement @Buzzi.

    #42095
    Gerardisson
    Participant

    Bonjour
    J’ai suivi tes conseils et j’ai définitivement abandonné ce plug vibrant n’apportant que frustration…
    J’ai pu faire depuis quelques temps quelques sessions avec Aneros (2 ou 3) et 2 en Aneros-Less.
    Pas de révolution sur ces sessions là. Pas de moins bien mais pas de mieux.
    Jusqu’à aujourd’hui où j’ai refait une session dans des conditions de détente adequate.
    J’ai fait un mélange karité huile de coco.
    Je n’ai pas lésiné sur la lubrification et dès le départ ce fut très agréable.
    Au bout de même pas une minute de concentration sur ma respiration que les contractions involontaires du Helix étaient lancées.
    J’avais l’impression qu’elles étaient dès le départ plus agréables que d’habitude.
    Mon sexe s’est rapidement mis en érection et ce pendant un long moment.
    Tout bougeait ! l’Aneros, mon sexe. Les contractions étaient de plus en plus fortes.
    J’essayais de me concentrer sur le plaisir procuré et sur ma prostate et j’avais l’impression que le plaisir s’intensifiait.
    Je ressentais l’Aneros bougeait tout seul et c’était très bon. J’ai même eu un moment où j’étais dans un état second entre sieste, chaleur, plaisir, j’étais un peu parti loin et les sensations ressenties paraissaient multipliées.
    A un moment, j’ai senti mon corps se mettre à trembler avec une sensation de plaisir inconnue, au final, j’ai eu l’impression qu’inconsciemment j’ai voulu influer sur ce tremblement puisque sans m’en rendre compte je suis passé d’un tremblement involontaire à un tremblement déclenché volontairement. Mes sensations étaient de plus en plus agréables.
    A un moment donné, j’avais l’impression que je ressentais des sensations encore plus agréables et que cela s’intensifiait au fur et à mesure des contractions involontaires jusqu’au moment où les contractions s’arrêtaient d’un coup en mode tendu, c’est à dire avec la sensation de l’Aneros collé à ma prostate. Le tout, sans vraiment ressentir de plaisir supplementaire.
    Puis ça repartait de plus bas pour remonter jusqu’à ce point de tension. 2 3 fois d’affilée.
    A un moment, j’ai eu un coup de fil et ça m’a sorti du truc.
    J’ai pu revenir malgré tout à des sensations agréables mais le lubrifiant s’était estompé, je trouvais que c’était mon fluide en terme de mouvement.
    J’ai donc décidé de changer de jouet et de prendre le Progasm. Je l’ai bien lubrifié et c’est parti.
    Au final, je ne sais pas si c’est parce qu’avec le Helix, c’était très agréable dès le départ, et que j’en avais peut etre assez pour aujourd’hui au bout d’1h30.
    Mais j’ai rapidement senti que je ne sentirai pas les mêmes sensations.
    C’était plus comme les sessions précédentes. Pas nul mais pas fou.
    Et surtout pas de sensations nouvelles comme ce fut le cas avec le Helix quelques temps plus tot.
    J’ai quand même eu des contractions involontaires mais le plaisir n’était pas au RDV.
    Tant pis pour cette fois. L’important n’est pas toujours le but ou la finalité mais le chemin.
    Le chemin d’aujourd’hui était très agréable.

    #42049
    Andraneros
    Modérateur

    Bonjour @robert53. Bienvenue sur notre forum !
    Vous avez la réponse à votre question sur le sujet ouvert par @filou Ma prostate me donne enfin cet orgasme tant attendu. Il a commencé avec un Aneros Helix trident et utilise maintenant essentiellement l’Aneros Eupho et travaille avec succès à développer sa capacité à vivre des orgasmes sans masseur (aneros-less ou A-less).

    Je vous invite à vous présenter avec un peu plus d’informations sur votre parcours prostatique et à ouvrir un nouveau sujet pour regrouper toutes les questions que peut faire naître votre cheminement prostatique.
    Bon cheminement @robert53.

    #42033
    Andraneros
    Modérateur

    Bonjour @Plug3347,
    Vous demandez :

    peut-on pratiquer (la sodomie comme je la fait en solo) plusieurs fois en semaine

    Je pense que tant que vous ne sentez ni la moindre gêne ni la moindre irritation pendant et en dehors de vos sessions, tant que vous n’avez aucune trace de sang sur vos jouets, tant que vos sessions n’entraînent aucune irrégularité de votre transit intestinal (diarrhées ou constipation) vous pouvez vous donner du plaisir sans crainte.

    Plus vous êtes actif, plus il est important de respecter toutes les conditions d’hygiène relatives à la propreté et à la désinfection de vos jouets. Plus vous êtes actif, plus il est important de soigner la lubrification. Plus vous êtes actif, plus il peut être important aussi de programmer des « coupures » d’un, deux ou trois jours pour permettre à la muqueuse de se reposer et, cerise sur le gâteau, à votre envie de s’exprimer, à votre excitation de monter dans l’attente de la session suivante. Ces pauses pourraient peut-être même vous donner l’occasion de vivre quelques expériences « plug-less » comme on dit « aneros-less » !

    Bon cheminement @Plug3347.

    #42015
    Andraneros
    Modérateur

    Bonjour @Kas, je suis heureux de lire :

    C’était très agréable et j’ai le sentiment d’avoir franchis un palier.

    Capitalise autant que tu peux sur cet état d’esprit. Ce sont ces moments qui alimentent le mieux l’excitation qui te sert de carburant pendant tes sessions. Plus tu seras dans cet état d’esprit, moins tu auras besoin d’« aides » pour lancer tes sessions.

    Tu demandes :

    concernant l’anerosless.  Pensez vous que les contractions doivent être plus forte que lors d’une pratique avec masseur ?

    Je ne pense pas pour plusieurs raisons :
    • Nous sommes tous différents. Les « bonnes » contractions sont celles qui te font de l’effet au moment où tu les fais. Le traité d’Aneros est un guide précieux destiné à donner des repères aux débutants, à charge pour eux d’apprendre à les adapter à leur propre sensibilité.
    • Tes sensations sont plus importantes que la manière dont tu les fais naître. Si une certaine forme de contractions ne t’apporte pas de bonnes sensations, n’hésite pas à tester d’autres formes, d’autres forces, d’autres durées, d’autres rythmes.
    • En Aneros-less la concentration, la focalisation de ta pensée ou la visualisation de la source de ton plaisir me paraissent plus importantes que la seule force des contractions.
    • Les sensations apportées par les contractions peuvent être considérablement amplifiées par des stimulations complémentaires telles que celles apportées par la respiration abdominale ou plus souvent évoquée la stimulation de tes pointes de sein.
    • Les sensations apportées par des contractions peuvent être considérablement amplifiées par un relâchement musculaire profond qui démultipliera leurs effets.
    • La technique « do nothing », laisse venir en français, illustre que les contractions ne sont pas toujours nécessaires.
    N’hésite pas à explorer à partir de TON expérience, en variant un élément à la fois. Il est très important lors de tes explorations de ne rien attendre en terme de résultat. Cet axiome est toujours vrai.

    est il possible de pratiquer Aless en position assise ?

    Il est possible d’avoir des orgasmes en position assise avec un masseur comme notre ami @filou nous le montre. C’est encore plus facile sans masseur dans ton rectum dont le mouvement serait limité par la présence de ton siège. C’est une question de sensibilité et de concentration (il est peut-être plus difficile de se détendre, de se concentrer assis qu’allongé).

    Bon cheminement @Kas.

    #42008
    Andraneros
    Modérateur

    Bonjour @nousta, tu écris :

    c’est cette seule position que je pratique depuis ke début et je crains de ne pas avoir les mêmes résultats en changeant de position

    Quand tes sensations sont encore très légères, quand tes résultats sont encore incertains ou irréguliers, en un mot quand tu es encore en phase de découverte et d’apprentissage il est logique de capitaliser sur ce qui a ouvert la porte aux premiers progrès et de répéter les mêmes gestes. Je pense que tu seras d’accord avec moi pour accepter l’idée que ce n’est plus ta situation.

    Je t’encourage donc à développer ta confiance en tes nouvelles capacités orgasmiques pour ne pas hésiter à varier ta pratique. Si une nouveauté n’apporte rien ou réduit la qualité de tes orgasmes, tu reviens à tes habitudes et en quelques minutes tu te retrouveras sur le chemin habituel de tes extases prostatiques. Repense à ce qui s’est passé quand tu as adopté un nouveau masseur, à ce qui s’est passé quand tu t’es lancé en « aneros-less ».

    Je suis persuadé que tu es parfaitement préparé à varier ta position :
    • Tu peux essayer de moins écarter les jambes voire de les garder normalement serrées sans crispation.
    • Tu peux essayer une position allongé sur le côté.
    • Tu peux essayer d’inverser ta position en t’allongeant sur le sol et en posant tes jambes sur le matelas.
    • Tu peux essayer de démarrer ou de finir une session en position assise.
    • Tu peux essayer de démarrer ou de finir une session en position debout.
    • Tu peux essayer en te mettant à genou sur le sol et en reposant ton buste sur le matelas.
    • Tu peux essayer en te mettant à 4 pattes sur le lit…
    N’oublie pas que tu peux tester une nouvelle position en A-less avant de la reprendre avec un masseur. Je cite un messages que tu as écrit il y a 3 mois :

    les suivants étaient des bombes j’étais plié en quatre comme un bb dans le fétus , je me mettais dans tous les sens sur le lit tournait et faisait littéralement l’amour à mon matelas , aussi mes mains ont caressé mon corps toute seule sans que je m’en aperçoive c’était un pur bonheur et deux fois avec la puissance tellement forte et je me plie dans tous les sens en gémissant et criant wahou

    En le lisant je n’ai pas l’impression que tu sois resté strictement dans la même position pendant que tu faisais l’amour à ton matelas ! Je suis tout à fait en accord avec ce que @bzo t’as dit :

    tu t’es mis dans la tête que dans d’autres positions, cela pourrait ne pas fonctionner,
    non, cela peut fonctionner dans des tas de postures, cela doit fonctionner dans des tas de postures,
    donc, teste un peu, change tes positions, cela ne doit pas être forcément une révolution complète,
    parfois juste plier une jambe, un bras, change déjà tout à fait la configuration de la séance
    et fera que tes douleurs n’apparaîtront pas

    Je cite aussi un message très récent de @filou :

    Assis à consulter les forums avec mon Eupho qui se meut délicieusement au gré de mes contractions, je sens les ondes de plaisirs qui arrivent… ahhh que c’est bon….ouiiiii, ouiiii, je jouiiiiiiisssss. 

    En réponse à ce que tu écris dans ton dernier message je suis tenté de te dire d’alterner systématiquement entre les sessions avec et sans masseur, les sessions allongé, assis et même debout.

    Je suis persuadé que le niveau de maîtrise que tu as désormais atteint te permettrait de faire une expérience un peu différente en modifiant le rythme de tes sessions. Au lieu de faire une longue session jusqu’à l’épuisement tu peux essayer, quand tu as la journée ou la matinée ou l’après-midi pour toi, de

    • faire une première mini session que tu interromps volontairement au bout de quelques orgasmes, le moins possible,
    • la faire suivre par une activité pendant laquelle tu reprends ton souffle, tu te détends, tu te reposes,
    • refaire une mini session que tu interromps volontairement au bout de quelques orgasmes,
    • la faire suivre par une activité de détente,
    • refaire une mini session…

    Cette manière de procéder devrait créer une forme de frustration entre 2 mini sessions dont l’effet escompté est de te laisser de plus en plus excité entre tes mini sessions ce qui accélérera l’explosion orgasmique des suivantes. Au lieu de faire une session de 6 heures tu peux faire 8 sessions de 30 minutes séparées par des pauses de 15-20 minutes. Ainsi tu peux à la fois reposer tes adducteurs entre tes mini sessions et peu à peu apprendre à jouir de plus en plus vite, de plus en plus fort avec de moins en moins de stimulation. @bzo nous en donne un très bel exemple dans ses messages. @modeyin le suit désormais dans cette voie.

    J’espère que tu trouveras une solution pour éliminer tes douleurs. Bon cheminement @nousta.

    #41465
    Andraneros
    Modérateur

    Bonsoir @keuvin,
    Il y a 10 jours tu nous disais en ouvrant ton fil de discussion :

    J’ai arrêté la séance après ce deuxième orgasme après 1h25…

    Il y a 7 jours :

    Les orgasmes se succèdent de plus en plus fort et de plus en plus rapidement! Je me suis arrêté au bout du 6eme.

    Il y a 5 jours :

    celle de ce soir qui fût particulièrement intense! 6 orgasmes de plus à mon actif! (… ) jouir comme jamais je n’avais ressenti autant de plaisir! Et que dire de la succession de cette jouissance… À peine le temps de redescendre que déjà tout ton corps tremble sans avoir fait une seule contraction volontaire et c’est déjà l’orgasme! Que c’est bon!!!

    Aujourd’hui :

    nouvelle session ce soir avec mon hélix. (… ) sont apparus les premiers spasmes sans contractions de ma part! J’ai commencé à contracter tranquillement jusqu’à l’extase! Je laissais faire… J’ai eu le droit à une dizaine d’orgasmes qui se sont succédés sans actions de ma part de plus en plus rapidement et de plus en plus fort!

    Tu me demandais il y a 10 jours :

    Tu parles d’états de jouissance que je ne soupçonne peut être pas… Je découvre petit à petit cette magnifique expérience cependant hier soir je suis monté relativement loin je pense…

    J’ai l’impression en (re)lisant tes messages que tu illustres parfaitement ce que je disais. Soupçonnais-tu le 23 mai que tu allais enchaîner quelques jours plus tard 10 orgasmes de plus en plus forts en baignant dans l’extase pour reprendre tes mots ?

    C’est magnifique @keuvin. J’en éprouve un grand bonheur. Je te rappelle aussi que les expériences orgasmiques croissantes que tu viens de vivre ne sont que le commencement de ce que tu vivras dans les prochaines semaines ou prochains mois. Prépare toi à des bouleversements dans ta vie…

    De retour ici, ma prostate m’a joué des tours cette après-midi, à plusieurs reprises j’ai ressenti cette vague de chaleur agréable dans le bas ventre… Que faire à ce moment là? Est ce le début de ce que vous appelez l’aneroless?

    Pas tout à fait. Ce que tu as ressenti ce sont les effets secondaires de l’éveil de ta prostate (les anglais appellent ces sensations « afterglow »). Ton énergie sexuelle est devenue sous l’effet de cet éveil prostatique beaucoup plus présente et sans doute beaucoup plus puissante qu’elle ne l’était avant. Tu te trouves donc dans une situation qui peut s’apparenter à un état de surexcitation prostatique. Tu vas t’y habituer et apprendre à le gérer.

    Dans ton état il est normal d’avoir des montées de ton excitation même si tu stimules ni ta prostate ni ton pénis. Il est aussi normal d’avoir des « bouffées » de plaisir comme d’autres ont des bouffées de chaleur. Si tu es suffisamment concentré sur ce que tu es en train de faire ces montées d’excitation retombent. Dans de très rares cas il est possible qu’elles ne retombent pas sans passer par une masturbation « libératoire ». Tu vas apprendre à gérer ces nouvelles manifestations de ta sexualité qui vont s’intégrer naturellement dans ta vie.

    Dans la mesure où ces montées de plaisir se produisent sans masseur elles correspondent bien sûr à ce qu’on appelle aneros-less. Mais ce terme s’applique d’abord à de vraies sessions pendant lesquelles tu parviens à faire monter des orgasmes prostatiques sans avoir besoin de la présence de ton masseur. Je pense que ton extrême sensibilité te prédispose naturellement à explorer cette voie parallèlement à tes sessions avec masseur. Une session aneros-les ou A-less est comme une session pendant laquelle tu fais monter ton énergie sexuelle jusqu’aux orgasmes en te relaxant profondément et en te concentrant sur ta respiration et les effets produits par tes contractions (comme si tu avais un masseur).

    Bon cheminement @keuvin.

    #41365

    En réponse à: Enfin une piste ! MERCI

    alix37
    Participant

    Et je vien de relire le traité d’aneros ou enfaîte on parle de contraction du sphincter anal 😶 j’avais cru comprendre lors de mes recherche qu’il devait être utilisé en alternance avec le muscles pelvien (peut être pour l’aneros-less du coup ?), et j’ai même privilégié le muscle pelvien. Je vais privilégier les contraction du sphincter lors de ma session de ce soir avec l’aneros 👍

    #41363

    En réponse à: Enfin une piste ! MERCI

    alix37
    Participant

    Salut loulounet, je commence toute mes scéances anéros-less, puis quand j’en veux plus je l’insère. Finalement je ne saurai dire qu’elle partie de mes sessions sont les plus agréable.
    et quand je fais les exercices de kegel cela m’excite forcement vue que ca ressemble au début de mes scéances, seule le cadre et l’intensité sont diffèrent.

    Pendant une scéance, détendu au mieux etc…, je fait des contractions dans la finesse, ma propre respiration exerce une pression dans le bas ventre qui procure du plaisir et j’écoute tout les petits stimulies, qui prenne de l’ampleur. Jusqu’au moment ou je me concentre trop sur mes contractions (peut-etre car les muscles pc ne sont pas assez musclé du coup) car je cherche a “produire” l’orgasme et le plaisir retombe ^^’, je suis persuadé que ma frustration me prive de l’orgasme.

    Au contraire quand je pratique les exercices de kegel je cherche a musclé, et donc j’accorde moins d’importance a la finesse des contractions. Je contracte au maximum, le plus longtemps possible etc… bon je cherche quand même du plaisir et ca m’excite, moins, mais quand même. Le plaisir est en tout cas présent, sous une autre forme, les spasmes que j’ai découvert en forcant sont vraiment agréable mais je tiendrai jamais plus de 15 min a les produire.

    Comme toi je pense avoir du mal a identifier les différents muscles. D’après mes ressenti il y a celui a l’avant, celui dont tu parle qui retiens l’urine et celui a l’arrière lié au sphincter anal (après j’en ressent aussi sur les cotées et même en profondeur)
    D’après ma théorie d’apprenti sorcier, le muscle PC (qui remonte le sexe comme tu dit, et retiens l’urine) est assisté par celui plus en arrière. Car il n’est pas assez développé et donc pas autonome. Il est difficile a contracté seul sans appeler les autres autours.
    Alors je dit peut être des bêtises, comme toi j’ai l’espoir que ses questions trouve des réponses quand celui-ci aura gagné en force.
    Je trouve difficiles en regardant des schémas d’anatomie de se dire “tien c’est lui que je contracte en faisant ca”
    Dans tout les cas continue les exercices de kegel, il y a que de bon a prendre 😀

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 année et 6 mois par alix37.
    #41328

    En réponse à: Enfin une piste ! MERCI

    alix37
    Participant

    Et je suis de retour, désolé je n’ai pas entretenue ma progression depuis presque 1 ans, c’est qu’elle na pas beaucoup évoluée car j’ai mit de coté l’orgasme prostatique afin de pratiquer l’orbite microcosmique a la suite d’une montée Kundalinique.

    Il est important d’en parler ici car pour moi la pratique de l’orbite microcosmique et l’orgasme prostatique son 2 exploitations différentes du Qi qui circule en nous.
    Déjà je tien a préciser justement que tout ce que je vais en dire est issu de mes théories personnels, de comment je pense que tout ça fonctionne, issu de mon expérience personnel et donc évidement différente d’autrui.

    Comme l’orgasme prostatique la progression dans ce domaine est très variée. C’est a dire que (pour ma part) quand on pense qu’on est bon, il y a finalement un éternel chemin derrière. c’est pourquoi j’aime me placer au rang d’apprenti sorcier, la progression dans cette pratique est a chacun différente.
    Mon expérience à commencé quand ma mère ma très fortement conseillé de lire “énergie vitale et auto-guérison” de Mantak Chia a la suite de cette monté kundalinique.
    Pour commencer le 1er objectif de l’orbite microcosmique est d’utiliser notre énergie vital afin de la faire circuler dans les méridiens gouverneur et conception, tout 2 formant une boucle entre le périnée et la bouche (passant par la colonne vertébrale, la tête, le front, le ventre …).

    Pour simplifier au maximum , gouverneur régule les méridiens yang et conception régule les méridiens Qi Yin. En gros si le Qi circule correctement dans c’est 2 méridiens, le Qi circulera correctement dans tout les autres. Qi qui circule bien partout = santé
    Tout le long des méridiens gouverneur/conception se trouve des points, où, tout comme pour atteindre l’orgasme prostatique avec la prostate, on va y concentrer notre attention. Le travail est presque le même.

    Très basiquement un orgasme prostatique survient car on a placé notre œil intérieur au niveau de la prostate, en y concentrant notre attention, notre énergie s’y déplace naturellement, la prostate en fait ce qu’elle en fait ensuite…
    Plus on est détendu, plus le débit de Qi dans les méridiens est grand (comme si les méridiens s’élargissaient). Aussi plus on est détendu, plus on est capable de se concentrer et donc focaliser notre œil intérieur sur la prostate.
    Le méridiens poumons (la fonction respiratoire) gouverne le Qi, c’est lui le boss du Qi. D’où la respiration abdominal qui permet de faire se déplacer le Qi dans les méridiens en partant de la source, le Hara, le ventre.

    Je pratique l’orbite microcosmique avant de dormir le soir, je commence par me détendre en pratiquant la respiration abdominal et en plaçant mon œil intérieur sous le nombril, ainsi je mobilise le Qi provenant de la source. Quand j’estime que j’en ai suffisamment mobilisé je passe au point suivant. Puis le suivant. Puis le suivant. (Listes des points trouvable facilement avec notre amis google)

    Pour stimuler la prostate: se concentrer sur celle-ci, y stocker autant d’énergie que possible puis lui donner du mouvement (contraction) afin d’elle réalise sa fonction.

    J’ai beaucoup peiné a faire franchir au Qi le passage du front (yin tang) , jusqu’au cœur. La liaison entre les 2 méridiens. Mais quand cela se produit, le cœur se gonfle en énergie chaude est agréable, la poitrine se détend et c’est un bien être fou. De plus (encore une théorie d’apprenti sorcier), le cœur gouverne le sang, et donc quand l’énergie envahie le cœur, le sang lui même s’empreigne du Qi, cela provoque la sensation d’avoir TOUT le corps qui boue (l’œil intérieur se propage dans le sang), pas d’avoir trop chaud, mais que quelque chose se transforme, se nourrit.
    Cette sensation est la meilleur sensation de bien-être (et non de plaisir) que j’ai pu ressentir jusqu’à aujourd’hui.

    Le laisser allé est la aussi primordiale, le Qi ne se contrôle pas, on lui montre un chemin grâce a notre œil intérieur. On détend les zones ou il n’arrive pas a avancer au lieu de le pousser dans des canaux (méridiens) trop petit. Forcer le passage peut provoquer des faiblesses ou des douleurs, dans mon cas j’ai eu des migraines suite a un forçage de yin tang car j’étais trop frustré du blocage.

    Bon voila voila, je reprend le travail orgasmique avec de nouveaux outils.
    Et d’ailleurs hier soir j’ai eu de bon résultat anéros-less qui ma fait pondre une nouvelle théorie d’apprenti sorcier. Issu de l’hypersensibilisation vécu après les orgasmes prostatique (j’ai du lire ca quelque part)
    Je pense que l’on se ferme en grandissant, réaction naturel a la souffrance. Si l’on se coupe, on va chercher mentalement a atténuer la douleur, a anesthésier la zone, sans produit je veux dire.
    Alors petite expériences, pincez vous afin de ressentir une légère douleur (tranquille hein) et essayé avec l’œil intérieur d’augmenter la douleur, oui oui d’augmenter la douleur. C’est réalisable non ? alors d’après moi la douleur n’a pas augmenter mais on a rendu la zone plus sensible. C’est en appliquant le même procédé aux plaisirs que produisent les contractions que celui-ci c’est grandement intensifié. C’est ma nouvelle piste vers l’orgasme prostatique.

    Bon j’arrête la pour ce soir, j’ai déjà du beaucoup écrire, à bientôt !

    #40871
    Buzzi
    Participant

    Bonjour à tous, un petit retour ici depuis mon dernier post datant d’environ 2 semaines.
    Le réveil (ou apparition) de l’énergie sexuelle.

    Mon cheminement ne s’arrête pas, plus de deux ans que je suis sur ce route et j’ai le plaisir de contempler des paysages variés et qui deviennent de plus en plus riche. je pense avoir bien développé mes capacités orgasmiques en aneros-less. Le plaisir que je ressens lors de chaque séance s’intensifie. Pendant une séance je serai sur une montagne et lors de la session suivante je suis transporté sur une montagne plus haute que la précèdente. Mon être se souvient encore trop bien des orgasmes éjaculatoire et parfois il me le rappelle. J’ai beau d’essayer d’oublier mon penis mais quand le plaisir est associé à une érection (parfois très dure) difficile de ne pas penser à lui. Dans ces moments de plaisir exquis où le réveil de mon pénis pourrait faire craindre une fin à ces moments délicieux, je me concentre sur ma respiration et je repars vers des respirations profondes. J’arrive maintenant à contrôler et à rediriger mon plaisir vers la prostate…
    Or, alors que je venais de terminer une session en aneros-less qui me laissa rempli d’énergie, je me suis glissé dans le lit pour retrouver les bras de Morphé… Or, même pas 30min plus tard, et pendant mon sommeil et plus précisément dans mon rêve, j’ai eu un puissant orgasme éjaculatoire. Pendant ma session en aneros-less qui précéda cet évènement, j’avais enfilé ma veste (type justaucorps) de plongée. J’adore la sensation que j’ai en la portant d’avoir quelque chose qui me serre et qui me tire au niveau de l’entre-jambe. Je vous parle de ceci car dans mon rêve je fus très conscient des sensations et je me souviens encore aujourd’hui qu’avant et qu’après mon orgasme, je sentais mon entre-jambe me tirer alors qu’à ce moment je dormais nu. Un moment très plaisant mais seul bémol… j’ai éjaculé et cette fois-ci cela venait de mon subconscient. Mon cerveau est encore trop habitué aux orgasmes éjaculatoire…
    En tout cas je tiens à préciser que ce n’est pas la première fois que je connais un orgasme durant mon sommeil. Cela m’est arrivé à quelque reprise. Cela m’arrive uniquement quand je m’endort et que je suis très excité.

    Nouveau jour, nouvelle session (toujours en aless) et … du nouveau.
    Je suis allongé sur la canapé, seul. Ma femme est partie se coucher et m’a laissé faire ma petite session en solo. Cela ne la dérange et pas et maintenant elle en arrive à rigoler et même à me demander comment cela s’est passé le lendemain matin 🙂
    Cette fois-ci, j’ai enfilé un de mes justaucorps avec ma doudoune camaieu par dessus. Je m’allonge, je respire, j’essaie de me détendre au maximum et quelques minutes plus tard les sensations de plaisirs arrivent. Je sens toujours cette grosse boule de plaisir à l’entre-jambe, mon sexe entre en érection. J’ai du plaisir venant de mon sexe et également de ma prostate avec cette boule toujours présente. Sensation de chatouillis très plaisant dans le bas ventre. Je sens que cela commence à monter en bas du dos mais cela n’ira pas plus loin. Aucune importance, le moment est très plaisant. ça continue comme ça pendant une heure, alternant des phases de plaisir intense et d’accalmie. Après une heure, je décide d’aller me coucher en gardant mon justaucorps sur moi. Cette fois, le souvenir de mon rêve est plus flou mais je me souviens avoir pris du plaisir pendant mon sommeil et à plusieurs reprises. Je pense avoir eu plusieurs orgasmes durant cette nuit… et cette fois-ci sans éjaculation. A mon réveil, je glissa ma main sous mon justaucorps pour toucher mon sexe et à côté afin d’être certain de na pas avoir éjaculé et… rien. Est-ce mes premiers gros dry orgasme… je ne sais pas mais en tout cas ce fut délicieux et tellement délicieux que j’en deviendrai presque addict.

    Voilà pour la suite de mon cheminement qui prend enfin le chemin des contrées riches de plaisir.
    Par ailleurs, j’ai pu remarquer que même si je n’ai que dix minutes, il me suffit de m’allonger et de revêtir une des mes tenues fétiches pour que le plaisir vienne à vitesse grand V. Il m’arrive ainsi de connaitre de très bon pics de plaisir en à peine 10min :).

    Bon cheminement à tous

    Buzzi

    #40723
    Andraneros
    Modérateur

    Bonjour @Theghosssst ! Je suis heureux de te revoir actif sur le forum. Tu te poses aujourd’hui une question dont l’objet n’est pas nouveau pour toi. Elle est présente dans tes messages depuis le début de ton cheminement. Je reprends quelques passages ici pour aider nos amis lecteurs à mieux comprendre ton message et peut-être t’apporter leurs réponses.

    24/04/2014

    Impossible de vous expliquer la nature de cette vague. C’était bon, mais sans aucune ressemblance avec le plaisir de la masturbation. C’était plus quelque chose d’incontrôlable.(… ) juste cette sensation de « chatouillis » tout au fond de moi. (… ) Je pense avoir découvert les premiers mini O.

    24/04/2014

    Ce sont de nouvelles sensations que je ne n’arrive pas à qualifier ou à quantifier. Elles me font convulser plus ou moins fort, me font contracter tout mon corps, me font gémir, mais sans pouvoir qualifier cela de plaisir. Mais c’est très agréable. Je pense que le premier travail est de découvrir un nouveau plaisir que l’on ne connaît pas du tout, que notre cerveau n’identifie pas.

    05/11/2014

    La suite, est beaucoup moins simple à écrire. Quelque chose se manifestait autour de l’Aneros. (… ) Juste une bulle de bien-être, localisée au bas du ventre, qui a déclenché à plusieurs reprises des contractions involontaires violentes de tout mon corps. (… ) je ne sais plus. (… ) Il m’a semblé, à deux ou trois reprise, ressentir quelque chose qui montait en moi mais je ne pourrais absolument pas en décrire les effets.

    (… ) frustré, car quoi qu’on se dise, au fond de soi, c est bien l’orgasme que l’on attend …

    06/11/2014

    Pour l’instant, je suis incapable de donner le moindre détail sur ces nouvelles sensations. (… ) Nous, les hommes (… ) pour nous, l’excitation et le plaisir ne peuvent se terminer que par l’orgasme final. Mais les règles changent aujourd’hui. Je dois sentir le plaisir, profiter de ce plaisir sans en attendre un orgasme. Ce n’est pas une chose que mon cerveau a apprise. J’ai l’impression d’avoir 15 ans et de découvrir le plaisir du sexe.

    09/06/2019

    Je n’ai pas eu à me détendre bien longtemps avant de ressentir les premières vagues de plaisir, toujours aussi incroyables pour moi. Je ne réussi toujours pas à localiser le « point de plaisir ». C’est juste « merveilleusement bon ». J’ai stoppé après une trentaine de minutes sans atteindre d’orgasmes.

    26/11/2019

    Quelques minutes après l’insertion de l’Aneros, j’ai senti les premiers instants de plaisir.
    (… ) et de plus en plus fort, allant même vers l’orgasme, je suppose, que je n’ai pas encore atteint. (… ) Cette fois ci, je ne décris pas la nature de ce plaisir car j’ai tenté de « sentir » ou il était localisé. Mais impossible d’expliquer quoi que ce soit.

    28/11/2019

    Ce nouveau plaisir est effectivement si différent que le vivre pousse toujours à tenter de le comprendre, chose qu’il ne faut pas faire.

    Dans la continuité de tes interrogations tu écris aujourd’hui :

    j’ai rencontré une femme. (… ) Et c’est assez souvent qu’elle me fait des massages prostatiques. Je sens toujours ces merveilleuses vagues de plaisir mais je n’arrive jamais à comprendre ce qu’elles sont. (… ) je suis incapable de donner une quelconque localisation à mon plaisir. Quelques secondes après le début du massage, je ressens un plaisir qui me fait trembler, me fait gémir et crier. Je contracte mes muscles par réflexe. C’est juste super bon, mais même en me concentrant ou en me détendant, je ne peux donner un point de début de ce plaisir.

    Je pense que tes messages montrent un beau développement de tes capacités orgasmiques, même si ta raison (?) refuse encore d’accepter que les nouveaux plaisirs que tu as appris à vivre avec tant d’intensité et de régularité sont l’expression d’orgasmes différents. De mon point de vue tu es sur la bonne voie. En résumant l’évolution de ton expérience pendant tes sessions de massage prostatique on peut dire que tu vis régulièrement un plaisir de plus en plus facile à atteindre, de plus en plus intense et de plus en plus étendu. Tu n’as que 2 problèmes, me semble-t-il :

    1. Celui d’accepter que cette succession de plateaux et de sommets de jouissance sont des orgasmes. En particulier pour faciliter le classement de ces expériences dans ta conscience tu ressens le besoin de « savoir » d’où ça part alors que l’essentiel est de te laisser emporter par tes sensations et de remercier ton corps et ton inconscient pour ce qu’ils te donnent.
    2. Celui d’accepter que cette succession de plateaux et de sommets de jouissance ne t’apporte pas la fin de ton excitation, de ton désir de jouir comme le fait l’éjaculation qui ponctue ton orgasme en te supprimant toute envie sexuelle. L’énergie qui est présente en toi à la fin d’une session de plaisir prostatique te laisse croire à tort que n’as pas encore joui alors qu’elle est en réalité le fruit de ta jouissance.

    Mon expérience sur ce sujet ;
    • Dans un premier temps j’ai senti des espèces de contractions / crampes légères remonter du bas de mon dos vers le haut,
    • Puis j’ai senti ces sensations évoluer vers une forme de plaisir de plus en plus fort,
    • Puis je me suis senti « inondé » à l’intérieur par LE PLAISIR, dans uns quasi immobilité, comme un état de bien-être absolu qui tendait à devenir encore bien-être et plus absolu un peu plus tard, sans aucune contraction particulière, état qu’on retrouve décrit sur les forums spécialisés sous le nom de « calm sea(s) of orgasm(s) » soit orgasme(s) de(s) mer(s) calme(s),
    • Puis j’ai senti, dans ma zone de plaisir en expansion, grossir un point brûlant de plaisir comparé au reste de la zone « tiède »,
    • Puis j’ai senti le contact du masseur avec la prostate comme si je le voyais au microscope,
    • Puis je me suis senti devenir mon orgasme, percevant chaque point de mon corps devenir aussi hypersensible à la stimulation que le gland de mon pénis juste avant et pendant l’éjaculation,
    • …
    Je ne me suis jamais senti rassasié par mon plaisir prostatique. Je n’ai jamais eu la « satisfaction » apportée par mes éjaculations bien que ma sensation de plaisir ait été bien plus intense pendant mes sessions de massage prostatique. Aucune des sensations que j’ai eues pendant la phase initiale de mon cheminement ne se sont approchées, d’une manière ou d’une autre, de celles que me procuraient mes orgasmes éjaculatoires.

    Ce passage confirme mon opinion :

    Je ressens ensuite une montée de ce plaisir, comme si c’était mon cerveau qui procurait ce plaisir, vu que je ne ressens qu’un plaisir général profond sans localisation. Et puis la montée continue, je me contracte, me tord et comme un orgasme arrivant, je crie, et le plaisir redescend. Si mon amie continue ensuite, ce plaisir réapparaît de nouveau pour le même cheminement. Et ainsi de suite jusqu’à « épuisement.

    On lit régulièrement, et les expériences de plaisir prostatique « aneros-less » (sans masseur prostatique ni plug) présentées dans les témoignages de plus en plus nombreux sur notre forum (sans parler des autres) l’illustrent très bien, que notre premier organe sexuel est notre cerveau. Nous sommes tous en mesure d’apprendre à vivre des moments de jouissance sexuelle extrême sans stimulation tactile. Seuls certains ont les dispositions, le temps, la volonté, l’application et la patience pour le y parvenir mais leur exemple est bien la preuve que notre cerveau est en mesure de commander nos orgasmes même seul sans aucune autre stimulation.

    Que dois je faire pour aller encore plus loin car je stagne depuis des mois ?

    Je suis tenté de dire accepter que tu vis déjà des orgasmes prostatiques, même si ce ne sont que des mini Os. Chaque fois que tu sens une tension apparaître sous l’effet des caresses de ta compagne ou des stimulations de tes masseurs pense à te détendre encore plus profondément, à te relâcher encore plus, à recevoir avec gratitude la sensation qui en est la cause. Sur le coup tu peux perdre la sensation, mais elle revient toujours, si la stimulation est maintenue, et presque toujours un peu plus puissante, un peu plus intense.

    Si tu as un sentiment de stagnation n’hésite pas à varier légèrement les stimulations sans aucune attente. N’hésite pas à alterner des sessions longues et des sessions plus courtes mais répétées plusieurs fois dans la journée (ou la nuit selon ton rythme de vie… ). Dans la mesure où ta femme participe très activement à tes sessions il devrait être plus facile pour toi de te détendre profondément, de te laisser aller sous ses caresses après avoir bien échangé avec elle pour la préparer à prendre un peu plus le contrôle de tes sessions. Vous pourriez préparer tes sessions par des sessions de massage tantrique.

    Ma réponse est très longue ? J’espère qu’elle ne t’endormira pas et qu’au contraire elle t’aidera à redécouvrir ton cheminement. Tu devrais en recevoir d’autres, différentes de la mienne qui t’apporteront peut-être la clé dont tu as besoin. Bon cheminement @Theghosssst.

    #40582
    Andraneros
    Modérateur

    La lecture de ton message me remplit de joie @filou.

    Désormais ce n’est plus toi qui rêve devant les descriptions des sessions multi-orgasmiques de nos amis les plus avancés. Désormais ce sont les autres lecteurs qui rêvent de vivre un jour les transes multi-orgasmiques dont tu témoignes, sauf s’ils croient, comme toi AVANT, que ce qu’ils lisent « des expériences heureuses de certains (relève) du pur fantasme ».

    Avancée majeure dans mon parcours A-less.

    Je vois que tu n’as plus peur des mots. « Avancée majeure », c’est la première fois que tu emploies cette expression dans ce fil de discussion. C’est bien le signe de ta maturité prostatique, de la profonde transformation de ta sexualité. Tu es prêt pour aller encore bien plus loin. Je confirme l’affirmation de @bzo :

    avec l’aneroless, cela prend encore une toute (autre) ampleur

    En « aneros-less » tu prends conscience de ta véritable puissance orgasmique. C’est ton cerveau, ce sont tes muscles, ce sont tes nerfs, ce sont tes organes qui font jaillir l’énergie qui alimente tes orgasmes. Ils ne dépendent plus d’aucune aide extérieure. Tu es en train de devenir la source unique de ta jouissance. Un jour, peut-être, tu prendras conscience de ne plus « vivre tes orgasmes » mais de « devenir tes orgasmes ».

    Cette nouvelle étape du développement de ton potentiel orgasmique ne fait que commencer. Bon cheminement @filou.

    #38870
    Jeff
    Participant

    Merci mille fois pour ce message, cher Andraneros. Tes conseils et ton regard bienveillant sont une chance extraordinaire. C’est vrai que j’ai perdu l’habitude de consulter la carte au trésor car j’avais, et j’ai toujours, le sentiment de cheminer de façon atypique. La multiplicité des témoignages et des expériences que ce site relaie a été pour moi très important, et il le reste vraiment. Mais les gens qui connaissent un cheminement rapide et linéaire ne m’apportent pas vraiment ! Je vais donc élaborer, comme tu le suggères, ma propre carte au trésor. Ce qui a été décisif pour moi ? Je dirais la motivation, la capacité à accepter de se changer pour mieux maîtriser ses émotions. Et aussi la régularité, la capacité à jouer sur des registres et des masseurs différents. L’idée que notre cheminement n’a pas de fin est pour moi une source de réflexion permanente ; je voudrais connaitre des orgasmes de plus en plus profonds, aux confins de l’extase et de la spiritualité. Ce que je gagne me permet déjà une relation plus apaisée avec moi-même et avec les autres et avec l’univers, tu as raison. Les sessions en Aneros-less sont pour moi encore un peu prématurées mais je progresse. A mon avis, rien ne vaut le masseur.. Je ne sais pas si je pourrai un jour m’en ouvrir directement à ma femme ; je choisirai la voie indirecte quand le moment me semblera indiqué. Pour l’instant, elle est très nerveuse car les soucis que nous cause notre fils de 18 ans (drogue, agressivité est) sont très lourds, pour elle comme pour moi (même si, en ce qui me concerne, j’arrive à mettre à distance et à relativiser ce qui peut l’être).. En tout cas j’aimerais bien connaitre le témoignage de gens qui cheminent depuis très longtemps afin de savoir comment ils analysent leur propre évolution dans leur cheminement. SophiAir par exemple, qui m’avait si gentiment, et de façon si stimulante répondu une première fois sur la question, pourrait-il nous en dire plus sur ce sujet ?
    A bientôt Andraneros et bon cheminement à tous. Et merci encore pour ta présence !
    Jeff

    #38741

    En réponse à: Heureux mais inquiet

    Andraneros
    Modérateur

    Bonjour @Caktil.

    J’ai pu constater que les tremblements, les mouvements involontaires du corps et les contractions involontaires n’étaient pas liés au Progasm car j’en ai eu beaucoup lors de ma session avec le petit Peridise.

    Ton expérience met en évidence qu’un cheminement (“rewiring”) bien construit et bien avancé conduit à se libérer de plus en plus du masseur qui devient moins important que notre sensibilité à l’excitation sexuelle que nous savons faire naître par la pensée, jusqu’à l’aneros-less, et sous l’effet de stimulations de plus en plus variées, de la pluq forte à la plus subtile.

    Bon cheminement @Caktil.

    #38725
    Buzzi
    Participant

    Bonjour amis lecteur, je suis de retour après un temps d’absence dû aux vacances. J’ai du interrompre mes sessions un certain temps car pas facile de se donner du plaisir avec mon jouet favori quand il y a la famille autour.
    Ne pouvant pas utiliser mon aneros pendant mes trois semaines de vacances, j’ai pu en profiter pour améliorer mon ressenti du plaisir en aneros-less. Il y a des soirs où cela a fonctionné où j’ai pu sentir quelques étincelles de plaisir. Pour ce faire, j’ai du me plonger dans mes fantasmes et mes souvenirs de sessions érotiques (souvent quand je porte mes vêtements préférés où que ma femme en porte).
    Plus les jours passaient et plus mon excitation se développait. Lors de la dernière semaine je pensais au retour à la maison et au plaisir que je pourrai avoir en jouant de nouveau avec mon aneros et en enfilant mes tenues préférées (mes combinaisons de ski quechua, ce textile doux qui enveloppe mon corps et qui me serre à l’entrejambe, le col polaire qui remonte haut presque jusqu’à la bouche, se sentir enfermé dans la combinaison de ski ou mon body de plonger tribord, cette veste de plongée en forme de justaucorps, sentir cette matière collé à la peau et surtout sentir la culotte du body me serrer mon sexe, mes fesses et mon entrejambe ou mes justaucorps. Sentir le tissu collé à la peau, autour de mon sexe et me serrer mon entrejambe).

    Après m’être plongé dans mon imagination, mes souvenirs et mes fantasmes me voilà de retour à la maison. Je ne pensais vraiment pas avoir de temps libre sur cette première journée de retour des vacances mais ma femme décida d’aller faire les courses avec notre fils. Je fus seul dans la maison et je savais que j’avais quelques heures devant moi. L’occasion était trop belle et je n’ai pas pu résister à l’envie d’insérer l’aneros peridise dans mon anus. Un peu de lubrifiant, le peridise et… je n’ai pu résister à l’envie d’enfiler mon body de plongée. Confortablement installé sur mon lit, il m’a fallu seulement quelques minutes pour que les sensations du peridise se fassent sentir. Le plaisir grimpe crescendo et ne redescend pas et celui-ci et même plus intense qu’auparavant. Le plaisir fut tellement bon que je me suis mis à gémir et presque à crier. Je sentais mon corps tout entier se réchauffer, la sensation de mon justaucorps de plongée fut encore plus plaisante. “Hummm c’est bon, hummmmm je vais avoir un orgasme, ohhh c’est très bon“. Ce moment de plaisir dura plusieurs dizaines de minutes et au bout d’un moment j’ai eu un orgasme intense qui s’est terminé par une éjaculation sans que je ne touche à mon sexe. Je pense qu’en dehors des rapports avec ma femme, ce fus l’un de mes orgasmes éjaculatoires les plus puissants que j’ai connus. Au moment de l’orgasme, je ne savais pas si j’allais éjaculer et c’est pour cela que j’ai laissé venir… peut être que j’aurais pu avoir un orgasme non éjaculatoire comme j’ai pu le lire dans le forum mais cela marqua la fin de ma session, d’une très belle session.

    Toujours dans la même journée dans l’après midi. Avec ma femme nous avons eu un moment pour nous et ce fut l’occasion de satisfaire nos désirs l’envie que nous avions l’un envers l’autre. Même après ma session du matin ma libido fut encore très haute. Généralement, mon plaisir décroit avec le nombre d’orgasme (je parle ici d’orgasme éjaculatoire) que j’ai dans la journée et chose surprenante ce ne fut pas vraiment le cas. J’ai commencé par utiliser notre vibromasseur sur ma femme pour la faire jouir à plusieurs reprises et de la voir, de voir ses yeux pendant qu’elle a un orgasme m’excite énormément. Le premier orgasme arrive assez rapidement pour elle et je ne peux m’empêcher de continuer jusqu’à ce qu’elle me demande vraiment d’arrêter. Après ça c’est elle qui a pris le vibro en main pour le coller entre mon sexe et le sien et le plaisir fut intense (je comprends mieux maintenant la puissance des émotions sur l’intensité du plaisir) jusqu’au moment où je n’ai pas réussi à contenir un autre orgasme puissant. Comme chaque orgasme éjaculatoire j’ai senti mon corps se crisper tout entier pendant quelques secondes avant que le sperme ne jaillisse de mon sexe. Pendant cet orgasme j’ai bien senti la séparation entre l’orgasme et la phase de libération du liquide reproducteur. C’est là une technique qu’il faut que j’approfondisse grâce au livre de Mantak Chia.

    Suis-je gourmand ou non ?
    C’est le soir et c’est le moment d’aller au lit. Je discute avec ma femme et j’en profite pour poster mon petit message du récit de ma journée sur discord. Ma femme me demande si elle peut lire mon post, cela me gêne et en même temps cela me fait très plaisir. Après avoir lu mon petit post on discute un peu sur le sujet et elle me dit que c’est bien que je puisse avoir du plaisir comme ça. Je pense avoir beaucoup de chance avec ma moitié car elle me comprend et me soutient. Elle me regarde et elle sent que j’ai envie de mettre mon aneros helix pour la nuit. L’envie est bien là et je me demande si c’est raisonnable après mes deux orgasmes. Je suis gourmand je sais mais à ce moment je me dis que ma session risque d’être moyennement plaisante… On verra bien, je ne me pose pas trop de question et l’important c’est qu’à ce moment là je suis bien.
    Je vais dans la salle de bain, je lubrifie mon anus, l’aneros et j’insère ce dernier avant de retourner dans le lit m’allonger auprès de ma femme. Je suis allongé, ma session démarre, ma femme est allongé à côté de moi entrain de lire. Assez rapidement les premières sensations se font sentir et je sens mon sexe se durcir en même temps que je sens une chaleur agréable proche au niveau de mon anus. Peu après ce sont des vagues de plaisirs plus interne je dirais qui envahissent mon corps. Cela dure quelques secondes avant qu’elles ne disparaissent pour revenir un peu plus tard. Les sensations sont de plus en plus intense, plus intense que les dernières fois. Je suis entrain de vivre une montée du plaisir, c’est très plaisant. Le plaisir monte et descend mais il reste très plaisant pendant pas mal de temps contrairement aux fois d’avant. Ma femme dort à côté de moi et je dois faire attention pour ne pas la réveiller. Ce n’est pas très facile car le plaisir atteint un tel niveau que c’est difficile de ne pas bouger et de ne pas gémir. Le plaisir continue et je me perds dans mes fanstasmes. Je me passe en boucle dans ma tête les images du moment où une parachutiste ouvre son parachute, ce moment où le harnais nous serre où nous sommes porté par les cuissardes. Le plaisir continue, je ne sens pas encore l’aneros danser contre ma prostate (cela peut-il être du au lubrifiant que j’utilise, pas assez efficace??) mais le plaisir est bien là et il est intense. Au bout d’un moment (car je perds la notion du temps), je finis par m’endormir pendant, je pense, quelques minutes car l’aneros me réveille et là c’est encore plus délicieux. Le plaisir est encore monté d’un cran, je me demande ce qu’il m’arrive, le plaisir ne descend pas et je sens les vagues de plaisirs internes plus intenses, je sens des chatouilles dans le bas de mon ventre j’adore. Cependant cela ne durera quelques dizaines de minutes avant que le plaisir ne retombe et que je me résous à retirer l’aneros.

    Je ne pensais vraiment pas recevoir une telle dose de plaisir, je ne sais pas si je viens de vivre mes premiers petits orgasmes car tellement différent de l’orgasme éjaculatoire (en tout cas pour le moment mes orgasmes (si orgasme il y a) prostatique sont moins intense que mes orgasmes éjaculatoires). Je ne sais pas quand j’aurais la chance de pouvoir revivre de tels plaisirs mais force est de constater que je suis gourmand de pouvoir revivre cela :).

    Désolé pour la longueur de ce message mais je tenais à vous retranscrire au mieux mon état qui m’a permis de recevoir de tel plaisirs.

    Bon cheminement à tous et bonne journée

    #38391

    En réponse à: Enfin une piste ! MERCI

    Andraneros
    Modérateur

    Tu nous dis @alix37 :

    Je reposet ici pour le débat sur l’utilisation du cannabis, et cela peu effectivement être un problème.
    J’ai arrêté d’en consommer, ou bien uniquement de manière thérapeutique, et je n’ai jamais pu réexperimenter de plaisir tel que j’en parle dans mes précédents posts. Alors cela m’a permis d’y accéder oui, néanmoins je trouve aujourd’hui une certaine frustration.J’ai l’impression que tout l’apprentissage est à refaire.

    C’est un sujet qui pose la même question que celle du rôle que joue le masseur pour accéder à l’orgasme dit prostatique. Le Wiki Aneros le présente comme une aide à la découverte de ce type d’orgasme. L’expérience des orgasmes « Aneros-less » dont parlent de nombreux témoignages sur les forums spécialisés confirme cette présentation.

    A quoi tient l’efficacité du masseur ? Sa présence a deux effets :
    1. Il sert de support à l’attention et permet de se concentrer sur une partie de notre anatomie qui échappe à notre attention pour des raisons naturelles et culturelles. Cette attention renforcée permet de prendre conscience de sensations cachées et de prendre peu à peu le contrôle de muscles ignorés, comme un musicien prends le contrôle de ses doigts en passant des heures et des heures à faire des gammes.
    2. Les stimulations qu’il apporte à l’anus, au rectum et à la prostate développent la sensibilité des nerfs concernés qui envoient au cerveau des signaux nouveaux de plus en plus forts. Ce dernier apprend à les reconnaître puis à les traduire en réactions de plaisir.
    Quand la réceptivité du pratiquant à ces stimulations est suffisante il devient capable d’obtenir les mêmes sensations orgasmiques sans masseur, par la seule force de sa concentration et de la mémoire de son système neuromusculaire.

    Selon mes lectures, il semble que le cannabis, parmi ses effets sur notre organisme,
    • contribue à faciliter une relaxation plus profonde,
    • contribue à faciliter la concentration,
    • accentue la perception d’un état d’excitation sexuelle,
    • accroît la réceptivité aux stimulations sexuelles, anales et prostatiques en ce qui nous concerne.
    Il apporte donc ce qu’apporte le masseur. En court-circuitant notre volonté consciente il apporte ce soutien immédiatement, ou presque, quand le dosage est idéal et bien supporté par le consommateur. Il semble donc jouer un rôle de même nature que le masseur avec l’avantage de le faire beaucoup plus rapidement. Certains utilisateurs témoignent aussi que cette expérience sous influence leur a permis de poursuivre leur cheminement prostatique sans avoir nul besoin de continuer à en consommer, la porte ouverte sous influence le restant définitivement.

    Si le cannabis joue un rôle parallèle à celui du masseur, à la différence de ce dernier c’est une substance psycho-active qui selon sa consommation peut avoir des effets potentiellement négatifs à court, moyen ou long terme sur notre organisme, sans parler des risques associés à l’illégalité de son achat ou de sa consommation dans de nombreux pays.

    Il y a bien d’autres substances qui offrent des effets récréatifs associés à des risques sérieux pour notre sécurité et notre santé. En France certaines sont autorisées comme par exemple la nicotine ou l’alcool, certaines sont interdites comme le cannabis.

    Je n’ai aucune expérience directe de l’utilisation du cannabis. Je n’en connais donc personnellement ni les avantages, ni les inconvénients. Mon message ne fait que résumer ce que j’ai retenu de mes lectures sur les forums étrangers. En revanche mon expérience, confirmée par de nombreux autres témoignages, montre que la consommation de cannabis n’est pas nécessaire pour vivre des orgasmes prostatiques si on y met suffisamment d’application.

    Bon cheminement @alix37.

    #37621
    Caktil
    Participant

    Bonjour @MikYo, Oui, les capacités révélées par l’utilisation des masseurs prostatiques sont extraordinaires !
    J’ai remarqué que le succès de mes séances Aneros-less suit une pente parallèle aux succès obtenus dans mes sessions avec stimulateur. Par contre, et contrairement à d’autres personnes, je n’ai pas encore vraiment eu de véritables orgasmes sans le masseur. Mais de très bonnes sensations orgasmiques se manifestent aussi chez moi quand je m’applique.

    Bon cheminement @MikYo !

    #37032
    Andraneros
    Modérateur

    Bonjour @chrome

    Je pense que tu es prêt pour faire la même expérience sans masseur ( » aneros-less « ).

    Expérience faite mardi et mercredi

    Mea culpa ! Je n’ai pas été suffisamment attentif à tes précédents messages du 24 et du 25. En conséquence je t’ai encouragé à faire un expérience que tu avais déjà faite et renouvelée avec des résultats remarquables.

    Je partage l’avis de @bzo. Tu viens de t’engager dans une nouvelle étape du développement de tes capacités orgasmiques. C’est normal que tu aies l’impression d’être un peu débordé par les réactions de ton corps. Comme le dit @bzo, tout rentrera sous contrôle dans les jours qui viennent.

    Bon cheminement @chrome.

20 réponses de 1 à 20 (sur un total de 44)