20 réponses de 1 à 20 (sur un total de 21)
  • Auteur
    Résultats de la recherche
  • #35261

    En réponse à : Liaison dangereuse

    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Le 1er paragraphe de votre réponse me rassure. C’est vrai que dialoguer avec un tiers est une autre façon de dialoguer avec soi-même et quand on éprouve des doutes ils peuvent cacher un peu le reste, l’essentiel du message.

    La pratique en soit m’apporte beaucoup de bonheur que je n’ose me l’avouer, c’est d’ailleurs une des raisons qui me pousse à écrire ici, dans le but de me prouver qu’il n’y a rien de mal à cela.

    Ce doit être la base de tout ce qui suivra. Pratiquer régulièrement est un excellent moyen de s’approprier des actions, des postures ou des sensations qui sont initialement étrangères ou qui s’opposent à des éléments importants de notre culture ou de notre personnalité. Peu à peu l’habitude efface la gêne et permet d’apprécier librement le plaisir et le bien-être qu’apporte cette forme de stimulation.

    (Mais la notion de plaisir « coupable » a quelque chose d’excitant tout de même).

    La magie de la transgression fait autant d’effets chez les adultes que chez les enfants.

    Pour répondre à votre question, les contractions montent en intensité pendant la pratique.

    Votre réponse ne m’apporte pas l’information que j’attendais. Je reformule ma question. Je demandais si c’était une montée de l’intensité du début à la fin de chaque session ou si c’était un progrès qui s’affirmait depuis le début de votre cheminement avec effet cumulatif au fil des sessions. Si la montée que vous ressentez correspond à la seconde description que je fais c’est un signe important de vos progrès vers le plaisir prostatique.

    Le rewiring avait fonctionné à la perfection, et je reconnais de fait son existence. Il faut prendre des mécanismes, accepter les vagues et centrer son bonheur dans la zone. Concernant les sensations, je sentais effectivement des étincelles se générer, avec l’impression que l’aneros etait toujours en place.

    Ce que vous dites montre que votre corps s’est parfaitement adapté à cette nouvelle forme de stimulation, Seul votre cerveau freine votre évolution. C’est normal et assez fréquent.

    Trouvant cela extrêmement étrange, j’ai fait une pause de 2 mois où j’ai lutté constamment pour recentrer mon plaisir sur le pénis. ça a été fastidieux.

    Bien sûr, une porte a été ouverte dévoilant une large voie d’accès à un plaisir bien plus complet que le seul plaisir de l’orgasme associé à l’éjaculation. Sa fermeture était à ce moment précis aussi douloureuse qu’avait pu être son ouverture.

    Maintenant je m’en veux

    Votre réaction était naturelle. Face à l’inconnu notre organisme, physique et psychique, se sent en danger (c’est grâce à ce type de mécanisme que nous augmentons nos chances de survie). Il ne faut pas vous en vouloir, tout au plus le regretter en pensant que vous avez perdu un peu de temps que vous rattraperez bientôt.

    car je suis redescendu du sommet et lutte pour me hisser à nouveau. En tout cas la zone recommence à m’appeler de temps en temps et c’est déjà un bon début.

    Repartez du début en profitant de l’expérience acquise. Vous savez maintenant que c’était une découverte et que, dans des conditions normales, elle ne peut pas vous faire de mal. Vous pouvez donc vous laisser aller en toute confiance à retrouver cette sensation d’excitation quotidienne voire permanente de votre zone prostatique. Cet aller-retour un peu brutal contribue à freiner la réapparition de vos sensations. Travailler votre détente, votre relaxation et tout devrait redevenir « normal » (Hé oui la normalité a désormais changé de camp ! )

    C’est formidable que vous soyez sensible à ces fichiers de sons binauraux (c’est ce que je suppose). Vous devriez en profiter pour tester des fichiers de relaxation ou d’auto-hypnose juste avant votre session de massage afin d’optimiser votre disponibilité aux stimulations du masseur.

    Bon cheminement @devi_x19.

    #30897
    Avatar
    Ch313
    Participant

    Bonjour Épicture,
    Plutôt que de donner une référence, un numéro dans une bibliothèque je préfère répondre d’une façon plus détaillée pour répondre à ta curiosité.

    C’est, je pense, le résultat d’une recherche personnelle. L’objet trouvé peut convenir à une personne et en laisser indifférent dix autres.
    Pour moi cela correspond à un épisode de mon cheminement. J’avais déjà trouvé l’Aneros mais je ne ressentais toujours pas de ‘plaisir prostatique’.
    C’est sur un des forums de NXPL que j’ai trouvé cette mention de l’aide que pouvait apporter les sons binauraux.
    Mes recherches se sont orientées dans plusieurs directions.
    J’ai trouvé des morceaux ‘pour’ ma prostate, l’améliorer ?, la soigner, augmenter la production de sperme. Je cherchais à la ressentir.
    Une autre piste a été le domaine du ‘Hands Free’ , obtenir des orgasmes, des éjaculations sans stimulation matérielle. Aussi subliminaux concernant les pénétrations (anales entre autre), les plaisirs oraux etc…. Et même les plaisirs féminins.
    Aussi j’ai trouvé des morceaux traitant du troisième œil, du Voyage Astral, de la détoxication de la glande pinéale.
    J’ai trouvé des morceaux plus zen , de bien être, développer son potentiel amoureux.
    Des morceaux tantriques,
    Je les ai trouvés sur YouTube et j’en ai téléchargé une trentaine. La plupart ont une durée de trente à quarante cinq minutes, les très courts ne m’ont pas convaincu.
    Je me suis fait des ‘sessions’ personnalisées en combinant plusieurs morceaux pour une durée de une heure quarante environ qui me convient bien.

    De temps à autre je mets les écouteurs, cela m’isole et m’aide dans ma concentration.
    Pour cette dernière utilisation j’avais choisi Astral Sex Binaural Beats, Isochronics Tones d’une durée d’une heure. Le morceau a été plus court que ma ‘session’ mais je ne suis pas aperçue quand il s’est terminé.

    Je n’ai pas retrouvé le morceau exact, il y en a plusieurs centaines quand on fait une recherche sur YouTube. Mais avec les mots-clés choisis on peut trouver son bonheur.
    Il faut trouver ‘LE’ morceau qui convient à son oreille, à sa réceptivité mentale, à son attente. Un morceau qui fait effet un jour ne fait pas effet toujours, il n’y a pas de résultat reproductible. J’ai aussi cherché du côté de l’hypnose mais je n’ai pas persévéré.

    J’espère avoir résolu ce qui t’intrigue, bonne recherche.
    À plus

    #30646
    Avatar
    genesis
    Participant

    Salut Epicurien,
    Pour ma part j’essaie d’avoir à minima 2 heures devant moi.
    Dans ma chambre ou dans mon salon, seul à la maison. Je lubrifie mon anus dans un premier temps avant d’introduire quelques ml de lubrifiant dans mon rectum à l’aide d’une seringue. Ensuite lubrification de l’Aneros Helix Syn et insertion.
    Je commence souvent ma séance allongé sur le dos, les fesses relevées par un oreiller la tête posée sur un deuxième.
    Jambes écartées mais allongées (je trouve que la position avec les jambes pliées, les pieds à plat sur le matelas n’est pas confortable sur du long terme), toujours les yeux fermés.
    Une bonne vingtaine de minute où je ne fais rien, juste des respirations profondes, puis fonction des séances, respiration abdominale ou contractions volontaires. Je termine pratiquement toujours mes séances sur le ventre (toujours avec un oreiller pour ne pas que mon sexe soit trop fortement appuyé sur le matelas et viennent brouiller les sensations prostatiques).
    Je mets de temps à autre de la musique que je trouve sur Youtube (tantrique ou Binauraux) en revanche je suis incapable de regarder une vidéo cela m’empêche de me concentrer sur mes sensations et je pense qu’inconsciemment je focaliserai trop sur les seules sensations de plaisir et d’orgasme que je connais (pour l’instant) à savoir le plaisir par stimulation du penis.

    Genesis

    #30183
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Tu nous dis @pierre772 :

    J’ai bien lu le manuel « traité d’Aneros », c’est très complet mais un tout petit peu décourageant tellement c’est compliqué…

    On peut effectivement avoir cette impression. Mais je confirme ce que dit @jieffe :

    La première chose que j’ai envie de te dire, c’est qu’à mon sens il n’est jamais trop tard, et que si tu en as envie, fonce.
    La seconde, c’est que l’accès au plaisir prostatique n’est pas compliqué, mais il demande de la patience et de la pratique. Rien de plus. La seule chose qui pourra te paraître compliquée si tu n’y es pas habitué, c’est de te laisser aller.

    Pour illustrer que ce n’est pas forcément « compliqué » je te cite l’exemple de nos amis qui font leur cheminement vers l’orgasme prostatique en utilisant la méthode dite en anglais du « do nothing », littéralement « ne rien faire ». De quoi s’agit-il ? D’une forme de méditation :
    1. relaxation du corps et de l’esprit,
    2. respiration abdominale (on en parle même en ce moment dans un spot publicitaire qui vante les mérites d’une eau minérale…),
    3. concentration de ton attention sur tout ce que tu ressens autour du masseur et autour du rectum.
    Il n’y a pas de contractions volontaires à faire; si l’état de relaxation est suffisamment profond et tes pensées suffisamment concentrées sur ce que tu ressens, tu devrais percevoir au niveau de la zone rectale soit une impression de chaleur, soit une espèce de chatouillis, soit des micro-contractions, soit seulement la pulsation d’un vaisseau sanguin… A l’aide de ta concentration ces perceptions vont prendre de l’ampleur dans ta conscience ; si tu parviens à éliminer toutes les tensions musculaires le plaisir et les sensations associées vont apparaître et prendre de l’ampleur. A partir de ce point tu te retroues dans le schéma général du traité d’Aneros.
    En voici la description dans le Wiki Aneros associé au site du fabriquant :

    Alternatives exercises
    Some men find using the above noted contraction exercises to awaken their prostate to be ineffective. A different, counterintuitive approach, which has worked for some men, is to take an entirely passive role and literally do nothing. After the Aneros is inserted and you are in a comfortable position in a dark room with no distractions, lay still. If you know how to breathe from your belly, (diaphragm breathing) do that, but regular breathing is fine, too. Consciously, let go of all muscle tension, relax, just let yourself go limp. It may feel like the Aneros wants to slip out, don’t fret and don’t try to hold it in, it won’t fall out. Just lay there for 30 minutes. If you don’t feel anything, quit the session and don’t be concerned, this process takes time, be patient. Practice this technique every day for at least three days. The objective is to let the Aneros signal to you by tingling and/or small pleasure waves. When that happens, don’t jump in with contractions or thrusting your hips. Continue to relax and remain passive, the sensations may continue to build all by themselves, even reaching explosive orgasmic levels.

    Traduction :
    Exercices alternatifs
    Certains trouvent qu’utiliser les exercices de contractions… pour éveiller leur prostate ne sert à rien. Une approche différente, contre-intuitive, qui fonctionnent pour quelques uns consiste à rester totalement passif et à littéralement « ne rien faire ». Après insertion de l’Aneros, installé en position confortable dans une pièce sombre sans distraction, restez immobile. Si vous savez comment faire une respiration abdominale (respiration diaphragmatique) faites la, mais ça marche aussi avec une respiration normale. Consciemment, chassez toute toute tension musculaire, détendez-vous, laissez-vous complètement aller. Vous pourriez avoir l’impression que l’Aneros veut sortir, ne vous inquiétez pas, n’essayez pas de le retenir, il ne va pas sortir. Restez ainsi pendant 30 minutes. Si vous ne ressentez rien, mettez fin à votre session et ne soyez pas inquiet, cet apprentissage prend du temps, soyez patient. Pratiquez ainsi tous les jours pendant au moins trois jours. L’objectif est de laisser l’Aneros vous envoyer un signal par un picotement ou de petites vagues de plaisir. Quand cela se produit, ne réagissez pas par des contractions ni en poussant vos hanches. Continuer à vous détendre et à rester passif, les sensations peuvent continuer à prendre de l’ampleur par elles-mêmes, et même atteindre des niveaux orgasmiques explosifs.

    Mon parcours atypique illustre cette approche. Je me sentais incapable d’engager mes sessions comme indiqué dans le traité. En me « forçant à appliquer la méthode, en me « forçant » à me relaxer, en me « forçant » à faire une respiration abdominale, en me « forçant » à faire des contractions anales je ne ressentais rien du tout.

    Je n’ai commencé à percevoir « les bonnes sensations » qu’en gardant mon masseur pendant mon sommeil. Je me suis trouvé réveillé la nuit par ces fameuses sensations vainement cherchées le jour ; parfaitement détendu dans mon demi-sommeil, le cerveau conscient au ralenti, j’ai pu vivre ainsi mes premières sensations anales, rectales et périnéales. Le peu de conscience disponible me permettait juste de replacer mon expérience dans la logique du traité, sans me perturber par le flot de pensées parasites qui coule en permanence quand je suis éveillé.

    Ce fut long mais assez régulier.

    Une autre approche pour démarrer consiste à considérer que la méthode proposée par le traité utilise simultanément plusieurs savoir-faire qu’on peut acquérir indépendamment les uns des autres :
    • relaxation, toutes les méthodes qui vous conviennent sont bonnes,
    • respiration abdominale, elle doit devenir naturelle, sans contrainte,
    • tonicité et contrôle musculaire de la zone périnéale et rectale, exercices de Kegel.
    Avant de te lancer dans des sessions avec masseur tu peux progresser dans chaque domaine mentionné ci-dessus par des exercices quotidiens dont certains peuvent être faits n’importe quand. Peu à peu tu pourras combiner les exercices avec d’autant plus de facilité que tu auras pris l’habitude de les faire. Ce sera le bon moment pour reprendre tes sessions avec ton masseur et t’apercevoir que c’est finalement beaucoup plus facile que ce que tu penses maintenant.

    En parcourant ce forum et les autres forums spécialisés tu as pu constater que dans ce contexte il y a un paramètre important à ne pas négliger, l’excitation. Ce paramètre est strictement personnel et il n’y a pas de « méthode » pour être dans de bonnes dispositions. Éventuellement si tu as besoin d’aide sur ce point tu peux chercher du côté des fichiers binauraux ou de l’hypnose ou auto-hypnose. Je laisse la parole à nos amis qui ont utilisé ces supports pour apporter les informations dont tu pourrais avoir besoin.

    Bon cheminement @pierre772.

    #30028

    En réponse à : Ultra chanceux? Ou fou?

    Avatar
    stephane
    Participant

    Bonjour,
    Suite à mes derniers messages, j’ai cessé totalement cette pratique qui devenait pour moi une aliénation…
    J’ai passé toute une batterie d’examens médicaux qui n’ont rien révéler d’anormal de prime abords.
    Dans les faits, j’ai toujours une rétractation du penis et cela me tire sur les muscles, derrière les jambes notamment…
    Les rapport sexuels me soulagent, car ils détendent le groupe de muscles…
    Je suis revenu à une sexualité pénienne classique, à regret… mais sans autre choix…

    A noter que pendant cette période ou je maîtrisais la pratique ( et ça m’a tellement fait peur que ça a été pour moi la goutte d’eau… ) je suis tombé sur les sons binauraux qui me faisait avoir un OP dans les 5 secondes… flippant…

    voilà dans les grandes lignes ou j’en suis… je vis avec cette douleur/pesanteur tous les jours depuis mais les douleurs sont bien moindre ( ou je me suis habitué )…

    Bien à vous

    #29772
    Avatar
    Ch313
    Participant

    Bonjour, merci pour votre attention à mes ennuis et cela m’apporte un certain réconfort.
    Comme je l’ai dit, je suis assidûment le forum ce qui me soutient aussi.
    J’y trouve beaucoup de résonances avec mon expérience et me conforte dans ma pratique. J’ai lu l’article d’Adam et le fil consacré au Tantra. Certaines choses ‘match’ (correspondent, résonnent) bien avec mon ressenti. D’ailleurs je mets parfois en musique de fond des morceaux référencés comme tantriques pour mes séances. Mais j’en ai déjà parlé à propos des sons binauraux.
    Quant à ma compagne, certes une action extérieure serait la meilleure solution pour aborder le problème mais je pense qu’il n’y a qu’elle qui peut en décider.
    Elle a subi une reconstruction d’un sein après ablation suite d’un cancer. Le processus pourrait s’arrêter à ce stade mais il manque l’aréole. Elle souhaite poursuivre avec un tatouage l’imitant. Encore de long mois de doute en perspective.
    Son aversion pour le pénis, si aujourd’hui elle apparaît très puissante, elle date depuis toujours du moins dans notre temps commun. Si au début de notre vie commune la pratique sexuelle était des plus simple, elle est assez vite devenue plus rare et décevante.
    À ce niveau je me sens totalement incapable de pouvoir l’aider.
    Aujourd’hui après ce cheminement ‘prostatique’ j’ai trouvé une autre pratique de la sexualité qui me maintient à flots. Ce qui me pèse le plus c’est de garder cette pratique secrète. J’ai un tel univers à vivre et peut-être à partager.
    Au chapitre médical, c’est stand-bye, les examens reprendront au mois d’octobre…
    Bonsoir à tous, à bientôt

    #29381
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Bonjour @jeff. Je suis toujours heureux de constater votre fidelité même si vos messages sont trop rares à mon goût. Je complète la réponse proposée par @bzo.

    La recherche sur le wiki aneros permet d’obtenir les résultats suivants :

    Aless (a.k.a. ‘Anerosless’, ‘A-less’ or simply ‘-less’) is any session where you have any type of prostate orgasm(s) without an Aneros massager inserted. (also see earlier identified phenomenon known as chairgasm)
    chairgasm (chair + orgasm) A non-ejaculatory orgasm induced without the Aneros as occurs while seated in a desk chair. Chair orgasms are a sometimes-unexpected phenomenon observed by Aneros users who have recently become multi-orgasmic (and who are occasionally beset by them when they should be working, etc). They may be produced by deep breathing, vocalizing and/or concentrating on growing P-waves.

    Traduction :
    Aless (aussi appelé « anerosless », « A-less » ou simplement « -less ») définit toute session pendant laquelle vous avez tout type d’orgasme(s) prostatique(s) sans avoir aucun masseur Aneros inséré (voyez aussi, identifié plus tôt, le phénomène connu sous le nom d’orgasme de chaise).
    Orgasme de chaise Un orgasme sans éjaculation obtenu sans Aneros qui se produit assis sur une chaise de bureau. Les orgasmes de chaises sont quelques fois des phénomènes inattendus observés par des utilisateurs d’Aneros devenus récemment multi-orgasmiques (et qui sont à l’occasion perturbés par ces orgasmes quand ils devraient travailler, etc.) On peut aussi les obtenir en pratiquant une respiration profonde, en vocalisant ou en se concentrant sur des vagues de plaisir qui s’enflent.
    Fin de traduction

    A quel stade gagne-t-on à tenter cela ? 

    Sur les forums spécialisés les orgasmes prostatiques obtenus sans insérer de masseur peuvent se classer en trois catégories.
    1. Ceux qu’obtiennent les bienheureux qui ont une aptitude naturelle à vivre des orgasmes prostatiques dès le début de leur cheminement avec ou sans masseur.
    2. Ceux qu’apprennent les plus doués, après avoir découvert les orgasmes prostatiques avec masseur, qui savent faire travailler leurs muscles sans masseur pour obtenir la même récompense.
    3. Ceux qui apparaissent quelques fois comme sous produits de la nouvelle aptitude à jouir que développent aussi bien des hommes plutôt doués que ceux ont besoin d’un temps d’apprentissage comme la majorité d’entre nous.

    Je me classe dans la troisième catégorie. Je n’ai pas cherché à l’époque à développer cette capacité. Je me suis aperçu peu à peu que les nuits que je passais sans masseur, en repos prostatique, commençaient à m’apporter des sensations de même nature. Cette aptitude s’est développée avec le temps en parallèle de mes sessions normales avec masseur.

    Si vous avez déjà de bons résultats, je veux dire bien sûr de beaux orgasmes avec masseur, vous avez tous les éléments en main, sans jeu de mots, pour développer cette capacité en travaillant sur la relaxation, la concentration et l’application systématique des techniques de respiration abdominale et de contrôle des contractions anales, périnéales et rectales. Vous pouvez vous appuyer sur l’aide que peut apporter l’auto-hypnose, les fichiers binauraux, ou les fichiers d’hypnose utilisables avec le masseur.

    Pour voyager très léger, ne pouvez-vous pas emporter un Peridise facile à glisser à côté de votre brosse à dent dans votre trousse de toilette ? C’est totalement invisible pour vos compagnons de voyage, et totalement anodin en cas de contrôle de sécurité.

    Bon cheminement @jeff.

    #27473
    fidelio
    fidelio
    Participant

    @fanchyzzz1 il y a un site que j’adore pour méditer ou faire des sessions aneros c’est celui-ci:
    https://mynoise.net/
    Il n’y a pas que des binauraux, loin s’en faut.

    #27443
    Jieffe
    Jieffe
    Participant

    Bonjour Fanchyzzz,

    Je ne connais pas le Damania, je ne saurais te répondre la dessus. En revanche et hors sujet, je suis vapoteur depuis quelques années maintenant, et je peux t’assurer que ça fonctionne très bien, mais que ça n’aide en rien la recherche du plaisir prostatique 🙂
    Effectivement, si tu es des sensations à l’écoute de basses fréquences, tu devrais creuser ce point. L’auto hypnose et les rêves lucides également. Ce sont des domaines que je connais peu, et je n’ai pas souvenir qu’ils aient été beaucoup investis par les utilisateurs qui témoignent sur ce forum. Tu serais donc un pionnier, et ça pourrait être fort intéressant.
    Ce que je peux te dire qui découle de ma propre expérience, c’est que tout ce qui a détourné mon esprit de ce qu’il se passait dans mon corps n’a pas fonctionné.
    La musique dont les sons binauraux captivent trop mon attention, et détournent ma concentration. Pourtant, je peux parvenir parfois à des états particuliers à l’écoute de certains albums, mais cela ne m’a pas aidé à ressentir le plaisir prostatique. Les pornos et images érotiques également.
    En fait, ce dont j’ai besoin, c’est de concentration sur ce qu’il se passe dans ma zone pelvienne, et autour du masseur. Pour ça, je pense que la méditation m’a bien aidé. Il s’agit de se relaxer, mais de conserver une attention soutenue sur son corps, et ici donc autour de sa prostate. On pourrait faire l’analogie avec un ordinateur, si tu lui prends trop de ressources pour un travail, il n’en a plus suffisamment pour un travail supplémentaire.
    Il faut également se faire confiance, faire confiance à son corps et à son esprit, les laisser faire, ne pas réfléchir ‘je vais faire ceci ou cela’. Si tu es suffisamment concentré sur tes ressentis, ton corps et/ ou ton esprit savent ce qu’il faut faire, il faut leur laisser le champ libre. Tu peux au début effectuer une toute petite contraction et bien te concentrer sur ce qu’elle génère en toi, et tu laisses faire.
    Bien entendu, je le répète, il ne s’agit que du fruit de mon expérience, et chacun est différent.

    Je pense qu’une de tes plus grandes difficultés réside ici:

    Oui pas simple de lâcher prise

    je suis quelqu’un qui a vraiment du mal à mettre mon cerveau en pause

    Comme tout le monde, rassures toi. En ça, la méditation est une excellent école.

    Bon cheminement Fanchyzz, ne lâche rien.

    #27344
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Bienvenue sur notre forum @nicolas. Vous nous dites le 20 avril :

    Pour information j’utilise un tube de vaseline. Je met une noix de vaseline sur le bout de l’aneros avant de le mettre. Peut être est ce pas assez? La vaseline c’est fait pour ça?

    Je pense que vous ne lubrifiez pas suffisamment votre rectum et votre masseur. Je vous encourage à lire ou relire les conseils que donne @adam à l’occasion de ses tests de masseurs ou de lubrifiants et ceux que nos amis proposent sur le forum.

    J’utilise une double lubrification :
    1) dans le rectum d’une part (sous forme de suppositoires de beurre de karité par exemple ou sous forme d’injection d’un lubrifiant liquide par une petite seringue (5 ml) sans aiguille bien sûr),
    2) et sur le masseur.
    Il est très important que le masseur puisse glisser avec la plus grande facilité.

    La vaseline est un lubrifiant très efficace, souvent utilisé dans les ébats amoureux dont le coût est très faible comparé à celui d’autres lubrifiants qui ne sont pas forcément plus efficaces. La vaseline est un produit dérivé du pétrole dont il ne faut certainement pas exagérer le danger ; je vous invite à lire entre autres Wikipedia, E-sante, leparisien.fr ou encore par exemple medisite.fr.

    Je ne m’oppose évidemment en rien aux lubrifiants qui ne posent aucun problème de santé, dont la présentation rend l’utilisation beaucoup plus simple et qui sont au moins aussi efficaces. J’ai utilisé la vaseline en double lubrification sur le masseur après injection ou insertion d’un autre lubrifiant dans le rectum. La raison était que je ne savais pas étaler correctement mon beurre de karité sur le masseur. J’ai trouvé la solution en congelant mon masseur plastique et en le trempant dans le beurre de karité fondu qui se fige instantanément en couche régulière sur le masseur.

    Votre dernière question concerne une difficulté fréquemment mentionnée par les débutants, associer la relaxation et l’excitation sexuelle, associer une stimulation inhabituelle et une réponse orgasmique. Cet état d’esprit particulier peut demander lui aussi un certain apprentissage. Dans un premier temps vous pouvez vous mettre dans le bon état d’esprit avec une masturbation sans orgasme avant votre session de massage prostatique.

    Vous pouvez aussi utiliser des fichiers audio binauraux comme ceux que @fidelio a proposés le 10 décembre 2016.

    Par la suite la perception des premiers effets du massage devrait alimenter votre désir et peu à peu faire monter votre excitation. Techniquement vous pouvez aussi associer vos préparatifs à la montée de votre excitation.

    Bon cheminement @nicolas.

    #26694

    En réponse à : Mon bonhomme de chemin

    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

     Il y a selon moi une contradiction structurelle entre le niveau d’excitation nécessaire pour engager les sessions, pour laisser monter le plaisir, et la relaxation elle aussi nécessaire…  entre d’un côté une excitation montante, mettant mon corps en tension, et une tentative quasi désespérée de le relaxer.

    Vous n’êtes pas le seul @epicture à relever ce qui semble une contradiction pour de nombreux débutants. Ce fut une grande question pour moi aussi. Cette contradiction naît de la difficulté à mettre en application simultanément
    • d’une part le relâchement musculaire indispensable à la perception des micro-sensations initiales et à l’exercice des mini-contractions volontaires localisées,
    • d’autre part la concentration exclusive de nos pensées sur ces sensations et le contrôle des contractions,
    • et enfin le maintien d’un « état d’esprit sexualisé », l’excitation, pour orienter les réactions du cerveau à ces stimulations vers des réponses à caractère orgasmique.

    Sous réserve d’avoir accès à de bons conseils, d’y mettre un peu de bonne volonté, d’y consacrer un peu de temps on peut progresser suffisamment dans chacun des trois domaines pour que peu à peu le relâchement musculaire devienne de plus en plus naturel, la concentration de ses pensées sur la zone prostatique de plus en plus spontanée et l’excitation sexuelle de plus en plus instinctive dès la seule pensée de la session à venir. Cet apprentissage ressemble à ce que demande l’apprentissage de la méditation. C’est une part de ce que nous appelons le cheminement.

    Chacun a une expérience, une psychologie et un comportement différent des autres ce qui conduit à réagir différemment dans les détails de chaque session. Chacun peut donc faire des progrès différents dans chaque domaine en avançant plus vite dans l’un que dans l’autre. Il est donc important de rester ouvert à l’expérimentation pour trouver la ou les méthodes qui permettront de résoudre ce conflit de compétences en élevant le niveau de ses aptitudes, là où elles sont les plus faibles, jusqu’à ce qu’elles deviennent naturelles. C’est pourquoi je rappelle souvent l’intérêt d’apprendre (lectures, exercices, stages ou pratique régulière auprès d’un formateur) et de s’entraîner aussi en dehors des sessions.

    Je suis une illustration de cette singularité de l’apprentissage. Face à la même contradiction que celle que vous mentionnez, j’ai trouvé ma voie en portant mon masseur Helix pendant la nuit et en me laissant réveiller au petit matin par des sensations libérées par le relâchement musculaire induit par le sommeil, amplifiées par l’absence de pensées parasites et par le cycle hormonal masculin favorable à ce moment à l’excitation sexuelle (la fameuse érection matinale). Je vis maintenant la même expérience à peine moins intense sans avoir besoin de mon masseur. Vous pouvez lire sur le forum que la même méthode n’apporte rien à d’autres membres.

    C’est aussi, pour ceux qui le connaissent, le tryptique mis en œuvre dans les fichiers spécialisés mentionnés par Adam dans le traité d’Aneros, chapitre « Session avec un Aneros » à la fin de l’ « Etape 4 : Relaxation et respiration »

    Pour les personnes parlant anglais, vous pouvez commander les CDs ou les fichiers mp3 «Hypnaerosession» disponibles sur le site du constructeur des Aneros ou sur différents sites de distribution de CDs. Ce programme permet d’être guidé dans sa relaxation puis dans les contractions. C’est grâce à ce programme audio que j’ai eu mes premiers orgasmes.

    Pour répondre à votre question @epicture

    Avez-vous dans votre expérience ou dans les témoignages que vous connaissez pareille problématique qui pourrai apporter un nouvel éclairage à mon questionnement ?

    La première étape me semble de repérer ce qui vous paraît le plus difficile en ce moment parmi les points mentionnés (ou d’autres qui vous seraient propres).

    La seconde, si vous avez l’impression que c’est la fusion de vos aptitudes qui pose problème et non chacune d’elles prise séparément, c’est d’en laisser volontairement une ou deux de côté pendant quelques sessions. Ce peut-être par exemple l’occasion
    • d’essayer la méthode « laisser faire » ( « do nothing »),
    • ou de vous masturber avant la session, sans éjaculer bien sûr, pour faire monter l’excitation,
    • ou d’essayer une forme d’induction hypnotique ou l’écoute de fichiers comportant des sons binauraux. Vous pouvez essayer ceux que @fidelio a proposés. Vous pouvez voir ce que proposait @fidelio en décembre 2016 et janvier 2017.

    Le second paragraphe de votre message @epicture pose un tout autre problème, aussi fréquent pour nos amis qui vivent en couple. Certains orgasmes prostatiques peuvent être si intériorisés qu’ils ne produisent aucun spasme, aucun soubresaut (« calm seas orgasms », orgasmes des mers calmes). La jouissance s’exprime dans ce cas comme une béatitude et peut paraître mystique. Mais le plus souvent la jouissance s’ancre dans le corps, plus ou moins localement et se traduit par des contractions réflexes plus ou moins spectaculaires et des gémissements ou des cris (comme l’orgasme classique). Dans ce cas les sessions ne sont plus compatibles avec la proximité de votre compagne si elle dort ou si elle n’est pas au courant de votre session.

    j’ai changé l’optique de faire cela « en secret ». Il ne s’agit pas nécessairement de faire cela avec ma femme, car c’est une pratique solitaire, mais de le faire avec son consentement et en toute connaissance pour qu’elle ne se fasse pas de fausses idées sur la question.

    C’est évidemment la meilleure solution ; son application peut demander du temps. Mon expérience est que plus on est ouvert, mieux cela se passe. L’important est de sécuriser votre femme sur votre attachement, et sur le respect de ses propres limites. Si elle ressent le même attachement pour vous elle peut comprendre que vous cherchiez une forme de développement sensuel, à condition de ne pas vivre votre expérience comme un début d’abandon. Elle a le droit de ne pas vouloir y participer, mais son attachement lui impose aussi de vous laisser faire cette expérience tant qu’elle n’en subit pas de conséquences néfastes. Comme votre progression vers le super O’ ne fera que développer votre sensualité et la compréhension de la sienne vous ne risquez rien.

    Vous avez une bonne base de discussion avec les effets indirects de la méthode Pilate pour votre rééducation dorsale Selon l’état d’esprit dans lequel elle est ou dans lequel elle sera dans quelques jours ou quelques semaines vous pouvez ou pourrez lui proposer de lire aussi ce que nous disons sur le forum. Nous n’avons rien à cacher, elle n’a rien à y perdre (au pire un tout petit peu de son temps). Bon cheminement @epicture.

    #26529
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Je reviens sur le parcours dont témoigne @ch313.

    En cherchant sur internet des jouets, j’ai trouvé l’Anéros…
    Et j’ai commencé les exercices. Sans grands succès, tout au plus des éjaculations plus importantes ou incontrôlées. C’était il y a presque un an et demi.
    En lisant les messages sur NXPL concernant le plaisir prostatique, j’ai trouvé l’option du
    ‘laisser faire’ intéressante. Je me suis donc lancé dans cette voie. J’ai mis à l’écart le traité et ses exercices.
    J’ai aussi trouvé des indications sur l’aide que pouvait apporter l’écoute de sons binauraux.
    Cela m’a apporté une jouissance plus profonde, un plaisir éjaculatoire plus intense.
    Mais ma prostate n’est jours pas là !
    Mes plaisirs étant plus intenses, je persévère : il faut que j’en profite.

    @kirk_ vous pouvez y trouver des éléments communs avec votre début de parcours qui devraient vous rassurer sur la suite. Mais j’ai peur que la phrase suivante ne vous plonge à nouveau dans le doute :

    Et un matin le monde bascule…

    En ce moment c’est précisément ce que vous attendez et qui, sauf exception, ne se produira probablement pas. En général la progression vers l’orgasme prostatique est faite d’une succession de petits progrès dont l’accumulation finit par faire « basculer le monde ». Chacun est différent et cette accumulation peut prendre plus ou moins de temps. Il est possible qu’en ce qui vous concerne elle soit beaucoup plus rapide que ce que laissent penser vos premières impressions.

    En ce moment @kirk- vous avez très peu de sensations pendant vos sessions comme cela semble avoir été le cas pour @ch313. Cette situation crée une frustration d’autant plus naturelle que vous êtes impatient. Ce couple, impatience et frustration, semble être le premier obstacle à franchir. Pour cela @ch313 vous donne deux pistes qui lui ont été utiles :
    1) Les sons binauraux souvent cités pour l’aide qu’ils apportent aux anéronautes qui ont du mal à se mettre dans de bonnes dispositions pour bénéficier des effets du masseur. Si vous trouvez des fichiers auxquels vous êtes sensible (attention toujours les écouter en stéréophonie avec les deux écouteurs bien équilibrés) ils vous permettent de plonger dans la relaxation, le relâchement musculaire de façon passive. Ils vous aident à vous concentrer.
    2) L’Eutonie, Méthode de prise de conscience du corps selon la fiche Wikipédia, qui est une technique qui « apprend à se relaxer mentalement et physiquement, à bouger avec économie et efficacitéX et à se libérer d’habitudes néfastes, de tensions ou de douleurs inscrites depuis plus ou moins longtemps dans son corps ». Je laisse à @ch313 le soin de préciser en quoi sa pratique de l’eutonie l’a aidé à améliorer la qualité de ses sessions.

    Nous retrouvons ces deux formes de soutien souvent citées comme facilitateurs de progrès dans les forums spécialisés, dont le nôtre.

    Vous avez aussi noté @kirk_ que @ch313 s’est d’abord appuyé sur le traité d’Anéeos pour s’en écarter quand il a senti que le respect trop formel de la méthode proposée ne lui convenait plus. Le « laisser faire » (« do nothing ») est l’application ultime de deux principes, le relâchement musculaire et l’absence d’attente.

    En conclusion provisoire je vous encourage à découvrir une méthode de relaxation qui vous convienne, à la pratiquer peut-être pendant vos sessions, mais surtout en dehors, pour ne pas polluer cet entraînement par ce que vous ressentez pendant vos sessions. Quand vous pourrez l’utiliser pendant vos sessions, cette pratique vous permettra de les relancer et de constater vous aussi un jour que »le monde bascule ».

    Bon cheminement @kirk_.

    #26526
    Avatar
    Ch313
    Participant

    Salut Kirk,
    Ce fut aussi mon soucis. Le premier épisode de la rencontre avec l’Aneros fut un échec total. J’ai lu et relu -trop- le Traité d’Aneros. J’ai essayé d’appliquer ses préceptes. Les respirations, les contractions volontaires, je guettais le moindre fourmillement, le moindre picotement. Mais pas de retour. J’ai augmenté le rythme, trois fois par jour, avec parfois l’abandon du processus pendant plusieurs jours comme préconisé. Rien, toujours rien.
    Je me cite :
    Et j’ai commencé les exercices. Sans grands succès, tout au plus des éjaculations plus importantes ou incontrôlées. C’était il y a presque un an et demi. Cet épisode a duré plus de six mois.
    En lisant les messages sur NXPL concernant le plaisir prostatique, j’ai trouvé l’option du
    ‘laisser faire’ intéressante. Je me suis donc lancé dans cette voie. J’ai mis à l’écart le traité et ses exercices.
    J’ai aussi trouvé des indications sur l’aide que pouvait apporter l’écoute de sons binauraux.
    Cela m’a apporté une jouissance plus profonde, un plaisir éjaculatoire plus intense.
    Mais ma prostate n’est jours pas là !
    Mes plaisirs étant plus intenses, je persévère : il faut que j’en profite.
    Et un matin le monde bascule.

    Je me suis laissé dans une ‘inspection ‘ de moi-même.
    J’ai retrouvé une ‘technique ‘ que j’avais utilisé autrefois : l’Eutonie.
    Ça été ma voie, un déclencheur fulgurant dans un abandon de moi-même au laisser faire.
    Mais à ce jour je ne suis toujours pas connecté à ma prostate.
    Même si mon parcours est intense, tortueux, je suis encore en recherche de la bonne connexion.
    Tout ce que je viens de vivre ouvre un portail géant d’espoir.
    Maintenant j’ai foi en moi !

    Comme dit Andraneros, chaque étape ne préjuge en rien du déroulement de la suivante.
    Si tu veux suivre mon parcours (ou celui d’un autre) plus facilement, consultes la rubrique ´mes réponses’ de mon profil.
    Je souhaite que tu trouves TA voie et qu’alors ton chemin te mène à la félicité.

    #26315
    Avatar
    Ch313
    Participant

    Prostate absente
    Bonjour
    Je profite d’une période d’abstinence car je viens de me faire opérer de la prostate.
    Moi non plus je ne trouve pas de plaisir avec cette glande.
    Pourtant je la sens quand je la cherche avec mon index, mais elle ne sent mas mon doigt !
    Je l’ai même bien vue (par l’intérieur) pendant l’opération. Le chirurgien m’a montré comment il agrandissait le canal urinaire devenu trop étroit.

    Voilà mon parcours dans la sexualité anale.
    Dans mon adolescence j’ai eu une relation anale.
    Au sortir de la douche, un copain de classe ma sodomisé.
    Je n’ai pas senti de douleur, pas de difficultés, je ne le sentais pratiquement pas.
    Je n’ai pas ressenti de plaisir particulier ; juste quand il a joui en moi ai-je ressenti
    la chaleur de son sperme s’écouler en moi.
    Peut être que ce fut trop rapide. Quelques caresses préliminaires,
    quelques câlins d’accompagnement auraient peut-être pu m’ouvrir à cette sexualité.
    Cette absence de sensation a fait que je ne me suis jamais préoccupé de cette forme de sexualité.
    Par la suite, aucune de mes relations ne m’a éveillé à cet univers.
    Sauf une fois où elle a introduit un doigt dans mon anus. Je l’ai senti.
    Mais j’étais trop absorbé par la fellation qu’elle était entrain de me faire que
    je n’ai pas ressenti de plaisir de ce fait. Cela a peut-être participé à ma jouissance.
    J’ai joui dans sa bouche, et j’ai encore du plaisir à me remémorer ce merveilleux moment.
    Cela ne m’a cependant pas enclin à chercher un plaisir anal.
    Depuis quelques temps ma compagne ne veut plus de relations sexuelles.
    Elle concède très exceptionnellement à me masturber.
    Alors pour changer un peu de mes pratiques auto satisfaisantes,
    je me suis interrogé sur le plaisir anal. Il fallait bien essayer.
    J’ai donc essayé divers objets sans résultats ; à peine quelques plaisir accompagnant mon éjaculation. J’ai même augmenté la pression jusqu’à me faire saigner.
    Mais pas jouissance par ce chemin.
    Comme j’avais quelques plaisirs à sentir quelque chose en moi, j’ai cherché des objets plus sexuels. J’ai acheté quelques des ‘balls’ et des plugs aux formes plus adaptées que je pouvais porter plus facilement et discrètement. Le plaisir que j’en retirais étais la sensation d’être ‘rempli’. Je me suis alors rendu compte que j’étais contracté. Avec les ‘balls’ notamment je me suis mis à essayer de me décontracter pour mieux sentir les vibrations. Mais guère de progrès.
    En cherchant sur internet des jouets, j’ai trouvé l’Anéros.
    J’ai trouvé la description de ses formes, agrémentées de connotations médicales, intéressantes. Le livre ‘le Traité d’Aneros’ aussi m’a inspiré : je devrais trouver moi aussi félicité. J’ai donc acheté un Hélix version douce en silicone (souvenir des objets trop durs).
    Et j’ai commencé les exercices. Sans grands succès, tout au plus des éjaculations plus importantes ou incontrôlées. C’était il y a presque un an et demi.
    En lisant les messages sur NXPL concernant le plaisir prostatique, j’ai trouvé l’option du
    ‘laisser faire’ intéressante. Je me suis donc lancé dans cette voie. J’ai mis à l’écart le traité et ses exercices.
    J’ai aussi trouvé des indications sur l’aide que pouvait apporter l’écoute de sons binauraux.
    Cela m’a apporté une jouissance plus profonde, un plaisir éjaculatoire plus intense.
    Mais ma prostate n’est jours pas là !
    Mes plaisirs étant plus intenses, je persévère : il faut que j’en profite.
    Et un matin le monde bascule.
    Je me lève (j’ai besoin d’aller aux toillettes) il n’est pas cinq heures
    N’ayant plus sommeil, je m’installe dans le fauteuil, je me détends.
    J’en ai envie. J’introduis le masseur. J’attends. Il est dans mon rectum
    à peine si je le sens.
    Mais c’est mon pubis qui fourmille ! Que se passe-t-il ? Je n’ai jamais eu cette sensation.
    C’est inattendu, je me laisse aller.
    Mais quelle idée ? Tu caresses mes poils. C’est tendre et délicieux.
    Je ne sais pas quelle envie monte en moi, jusqu’à mes seins, caresses les !
    C’est bon, mais je suis déjà toute mouillée entre mes cuisses.
    Je sens tes doigts sur mes lèvres, elle sont encore plus trempées.
    Je mouille comme une vraie (s… j’ose pas dire ici le mot qui m’échappe) femme.
    Ton doigt glisse en moi. C’est mon vagin que je découvre !
    Mais il est déjà huit heures. J’ai pourtant l’impression que je n’ai joui qu’une demi-heure.
    Il faut que je retire le masseur. Tiens je l’avais oublié celui-là. Pour revenir à la réalité je déjeune.
    Une heure plus tard je sors promener le chien. Une balade d’une heure.
    Je repense à ce que je viens de vivre. Je me sens encore femme. Je vois mes seins dans mon soutif. Pas si gros que ça finalement. Je suis brune. Je m’explore et des sensations reviennent. J’ai envie encore. Je sens ma culotte trempée de désir. Je joui encore.
    Heureusement qu’il y a le chien, c’est lui qui me ramène car je me retrouve au milieu de la route.
    Retour à la conscience. Qu’est-ce qui m’est arrivé ? Comment débrifer ?
    Ai-je fait un rêve éveillé ? Ai-je fait un parcours auto hypnotique ? Ou peut-être une forme de transfert, le masseur sur ma prostate devenu mes doigts sur mon point G ? C’était il y a un peu moins d’un an.
    J’ai renouvelé facilement cette expérience, je l’ai approfondie, j’en suis devenue accroc. Même sans masseur. Je me suis prise à être lesbienne. Jusqu’à être deux, elle et moi, vertigineux. Un 69 d’enfer, jusqu’à des crises de larmes. De vraies larmes ont inondé mes joues. Et j’en passe.
    Complètement oubliée la prostate ! Follement amoureuse de moi-même, accro à recommencer tous les matins.
    Mais l’aventure continue
    Retour à la réalité : je dois me faire opérer. En début d’année, des infections urinaires à répétition me pourrissent la vie. rendez-vous est pris.
    Et oui je suis mec. Mais alors pourquoi ne pas en profiter ? Une nouvelle réflexion s’impose à moi.
    Je fais court.
    Quand tu me pénètres, c’est aussi moi qui te pénètre. Me voilà parti dans un autre univers. Je suis elle et lui, à la fois, tantôt elle, tantôt lui, vertige fabuleux. Je pousse encore un peu plus loin mes désirs. Comme j’ai pu être elle en double je veux m’aimer comme lui peut m’aimer. Délires fascinants, j’aime être pénétré comme je me pénètre, des plaisirs buccaux m’inondent.
    Il est avec moi sous la douche, ses doigts me caressent. Je le sens en moi. Le savon rend ma peau glissante. Ses paumes pressent mes seins, mon ventre. Il palpe mes testicules, il me masturbe. Je délire. Il joui en moi. Je jouis dans ses doigts dans mes doigts, j’ai un réel orgasme éjaculatoire.
    Mais pas de sensation de prostate. Voilà je reboucle sur mon expérience que j’ai décrite au début de mon post.
    Je vous ai décrit mon parcours de ces deux dernières années.
    Je ne sais si l’écrire est une thérapie. Mais cela me bouleverse. Des larmes me sont venues. Et aussi des sensations dans mon bas ventre, des envies qui ont sûrement titillé ma prostate. Au point de provoquer quelques saignements (cela peut durer trois semaines voire plus, je suis prévenu). Elle est donc bien là. Il faut que j’arrête de la provoquer pour qu’elle cicatrise bien. Dur de me mettre au repos.
    Sera-t-elle un jour toute à moi ? Je n’en sais rien et pour l’instant je ne le recherche pas vraiment. Le laisser faire qui m’a tant apporté m’apportera-t-il un jour ce plaisir ultime ou complémentaire ? Mais j’ai l’impression d’avoir encore beaucoup de chemin (cheminS ?) devant moi, d’avoir encore tant à découvrir.
    Voilà, je voulais juste partager mon cheminement et souhaiter à tous bonheur et félicité.

    #26303

    En réponse à : Découverte – 42 ans

    Avatar
    Spele42
    Participant

    @andraneros

    Le lien que tu cites le 20 février pointe sur un fichier de battements binauraux et non sur un fichier basé sur l’ASMR.

    C’est grave docteur ? En fait c’est bien le bon site ! Mais c’est quoi la différence ?

    #26290

    En réponse à : Découverte – 42 ans

    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Le lien que tu cites le 20 février pointe sur un fichier de battements binauraux et non sur un fichier basé sur l’ASMR.
    Tu demandes @Spele42 :

    S’agit il d’un orgasme ? Je pense que oui !

    C’est aussi ce que je pense, ce sont au minimum les sensations initiales sur lesquelles se développeront tes orgasmes quand le plaisir associé gagnera en intensité.

    Ton rythme actuel sature ta zone prostatique de stimulations. Dans certaines circonstances c’est un excellent moyen de débloquer l’intensification des sensations. Ça semble très bien fonctionner pour toi. Ce serait bien si, maintenant, dans un souci expérimental, tu modifiais provisoirement ta pratique en espaçant nettement plus tes sessions pour contrôler si l’augmentation de l’écart entre deux ne t’aide pas à ressentir plus intensément ton plaisir et à franchir de nouvelles étapes.

    Bon cheminement @Spele42.

    #22438
    Avatar
    hector
    Participant

    Me revoilas par ici après une période ou j’ai moins pris le temps de suivre le site ayant d’autres sujets qui m’ont travaillés.
    J’ai cependant continué mes expériences anerosiènes et anales avec plus ou moins de succès (enfin c’est généralement super bon, juste je ne sais finalement pas si j’ai eu des vrai super Ô…).
    Bref dans ma recherche de zénitude et de réponses, je suis tomber sur les lien youtube d’auto-hypnose précédemment cités puis, j’ai repensé à ce que j’avais lu ici et j’ai glissé vers de l’asmr, des sons binauraux et autres variations auditives…
    Et bien, d’un point de vue (auto-)hypnose, ça marche plutôt bien avec moi. J’avais déjà donné dans l’auto-hypnose à l’aide de guides écrits, avec du succès dans le passage en état second mais j’en avais pas fait grand chose. D’ailleurs a cette période un psy que j’ai vu avait été surpris de ma facilité à plonger, mais n’a pas prolonger parce que j’ai bloquer la remonter d’information (oui, quand le subconscient/conscient ne veux pas, il ne veux pas… j’ai eu la réponse qu’il me demandait mais je ne l’ai pas formulé).
    Bref, mes différents test de sons binauraux couplés ou non avec des sons autres m’ont apportés pas mal de plaisir, encore plus si couplé avec un anéros ou un enjoy pure.
    J’ai alors tester des hypnoses érotiques dont celle en français plus haut, avec de bonnes sensations et à minima des mini Ô 😉
    Je me suis en suite pencher sur une en anglais qui pour le coup m’a mené à un gros orgasme éjaculatoire… alors que j’étais plutôt sceptique au départ. J’avoue que je ne l’ai pas réessayer depuis mais c’est quelque chose que je dois faire (notamment sans le pure).

    Bref, je suis très agréablement surpris de ce que les stimulations auditives peuvent donner.
    Après pour ce qui est de la maitrise de l’auto-hypnose, j’ai besoin de trouver mes truc pour y arriver plus vite et après je pourrais commencer à l’utiliser pour diverses choses (mais pour le coup, j’ai du mal à visualiser et cela me prend déjà pas mal de temps à rentrer en hypnose guidé, il faut que je trouves ma voie).

    #22107
    fidelio
    fidelio
    Participant

    @matou8313 voilà qui pique ma curiosité 🙂 J’ai utilisé des pistes de battements binauraux sur certains morceaux (je ne me rappelle plus trop lesquels néanmoins) et ça a peut-être joué. Ce sont pourtant souvent des pistes basses-fréquences entre 10 et 400Hz il me semble, et puis la compression mp3 est passée par dessus tout ça, donc pas évident de savoir.
    En tout cas je suis très content de constater que plusieurs personnes sur le forum ont téléchargé ces morceaux et en ont tiré quelque chose, même de façon détournée, c’est gratifiant pour moi 🙂

    Si certains veulent creuser la piste des battements binauraux et isochroniques pour accroître leur excitation sexuelle ou entrer plus facilement en transe, on peut en trouver assez facilement sur Youtube. Evidemment, il faut écouter ça avec des écouteurs de bonne qualité qui prennent en compte les basses fréquences.

    https://www.youtube.com/watch?v=r5vQxBIrij8&t

    https://www.youtube.com/watch?v=NUbjKec-60o

    https://www.youtube.com/watch?v=NdEaT018ZCw

    https://www.youtube.com/watch?v=tzKn9vuB46Q

    #21888

    En réponse à : Présentation des membres

    aneveil
    aneveil
    Participant

    Bonjour Candide 94 et bienvenue sur ce forum génial !

    Le Bootie Small m’a permis à un moment donné de réveiller ma prostate que je pensais endormie et j’ai lu que certains membres avaient pu avoir des orgasmes avec ce qui ne m’étonne pas du tout.
    Le Bootie a bien fonctionné pour moi quand l’Aneros n’agissait plus, mais à présent c’est vraiment l’inverse.
    L’éveil de la prostate est pour moi une condition indispensable car avec cet éveil, tout devient possible.
    Mais au delà des objets et de la technique, ce sont à mon avis les processus psychiques qui ont les effet les plus importants et le plus surprenants sur l’éveil de la prostate :
    > État d’excitation sexuelle, fantasmes, visualisation de films pour certains.
    > Écoute de fichiers d’hypnose, techniques de visualisation par auto-hypnose, Ecoute sons binauraux : Ceux que Fidelio a gracieusement mis à disposition ou comme le suggère Ane et rosse
    > Pour ma part un état d’amour profond (au sens tantrique) de mon être masculin envers ma part de féminité, ou ma « femme intérieure », l’idée ressentie le plus physiquement que les deux parties de mon être symboliquement androgyne puisse se faire l’amour a pu réveiller récemment ma prostate au delà de toute attente avec la venue rapide de contractions, vagues de plaisirs et successions d’orgasmes sans que rien ne soit inséré en moi…

    Le stade 41 indique des gémissements. Sont ils inévitables? (dans un souci de discrétion vis à vis des voisins…)

    Celoi doit dépendre des individus, personnellement dès les stade 21-24 je commence à gémir et hurler beaucoup 😉

    #21600
    fidelio
    fidelio
    Participant

    @aneros3 c’est ton inconscient qui prend le relai et qui trouve les solutions qu’il connait pour te donner du plaisir 🙂
    Cela fait presque un an que je pratique l’auto-hypnose de manière quasi quotidienne, mais je n’ai pas trouvé de bons mp3 d’hypnose érotique en français, juste 2 ou 3 petites choses pas super sexy sur Youtube et souvent avec l’accent québécois (débandade assurée en ce qui me concerne ! :p )

    Pour ceux que l’induction hypnotique intéresserait, il y a quelques mois j’avais conçu quelques petits mp3 pour me permettre de plonger plus facilement en moi, dans une transe méditative érotisée. C’était suite à ma découverte des Hypnaerossessions de Rumel, ça m’avait bien fait avancer dans mon cheminement mais je voulais un truc un peu plus sexy et direct; alors j’en ai fait moi-même à base de sons binauraux, de gémissements, de bruits de ressac, de pluie et de musiques ambiantes.

    Je vous les mets à disposition ici: https://we.tl/XOpxV0vSHJ

    je pense que le lien sera valide quelques semaines, n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez.

20 réponses de 1 à 20 (sur un total de 21)