20 réponses de 1 à 20 (sur un total de 320)
  • Auteur
    Résultats de la recherche
  • #40402
    AndranerosAndraneros
    Modérateur/modératrice

    Bonsoir et bienvenue sur le forum @nousta.

    @bzo
    t’a déjà apporté d’excellentes réponses. A ce propos j’ai déplacé tes premiers messages du fil de @bzo vers celui-ci pour faciliter la lecture de ton témoignage.

    Il est important d’accepter l’idée que la découverte du plaisir prostatique n’est pas initialement associée, sauf exception, à la pratique mécanique d’un geste ou d’une technique. Elle dépend d’un état d’esprit très différent de celui dans lequel nous sommes instinctivement quand nous nous masturbons.

    Je reviens sur ton message d’ouverture :

    je me demande si cela a un impact ou une relation avec le fait de ne sentir aucune sensation agréable, peut-être que j’attends trop

    A mon avis rien de ce que tu as fait précédemment ne peut bloquer ta progression vers le plaisir prostatique sauf si ton expérience te conduit à reproduire le même schéma de plaisir mécanique. Au contraire la pénétration anale t’a préparé à recevoir une stimulation en étant pénétré. Ce point est une des premières difficultés pour certains débutants ; il ne te concerne plus.

    (j’ai) realisé une dizaine de sessions et je n’ai ressenti aucune réaction ni sensation

    Tu peux le regretter mais il n’y a pas de quoi paniquer. Ce n’est que le tout début de ton exploration.

    j’ai essayé de respecter au mieux le traité d’aneros que j’ai relu pour analyser où pouvait être l’erreur

    L’erreur est à mon avis de chercher une erreur. A ce stade tu devrais chercher exclusivement des sensations, de la détente. J’ai l’impression que tu vis chaque session comme l’épreuve de conduite qu’on passe pour avoir le permis.

    Est ce que je suis trop concentré sur les résultats

    est ce que ce n’est pas trop d’araignée dans la tête ?

    Je pense que oui.
    Tu n’es pas découragé mais tu es déçu. Ne sois surtout pas déçu ! Le dictionnaire dit :
    Décevoir : tromper (qqn) dans ses espoirs, son attente
    Tout est dit « attente ». Est-ce que tu parlais couramment anglais (ou toute autre langue) après ta 10ème ou 15ème leçon sans professeur ? C’est la même situation. Tu es en apprentissage et tu ne fais pas partie de nos amis qui ont commencé à jouir rien qu’à l’idée d’insérer un masseur prostatique dans leur rectum. Peu d’hommes sont tombés dans la marmite prostatique étant petits.


    @bzo
    a raison de rappeler que le traité d’Aneros est un guide qui apporte les bases pour découvrir le plaisir prostatique et non la méthode infaillible pour vivre des orgasmes prostatiques.

    je vais appliquer tes conseils et essayer d’écouter mon corps même si cela est totalement nouveau pour moi je n’ai jamais écouté mon corps enfin je pense 

    Nous entrons dans le cœur du sujet. Tu commences une aventure nouvelle dans laquelle tu dois tout découvrir ou réapprendre. DONC tu engages chaque session de massage prostatique comme si c’était un entraînement dont l’objectif n’est pas de faire une performance mais tout simplement d’apprendre des gestes nouveaux, d’apprendre à avoir une activité sexuelle différente, d’apprendre à ressentir les effets d’une stimulation différente, d’apprendre à reconnaître des sensations différentes. En un mot en ce moment tu ne fais pas une session pour jouir mais pour apprendre à jouir autrement.

    En particulier le traité te prose de combiner différentes techniques
    • relaxation,
    • respiration,
    • contractions,
    • concentration de ta conscience sur la zone prostatique et périnéale,
    Certains y parviennent d’autres, dont j’ai fait partie, sont incapables de faire tout ça en même temps tout en étant parfaitement détendu et l’esprit libre. Pour ces derniers il n’y a qu’une règle, pratiquer, pratiquer, pratiquer… A tout moment de ta journée ou de ta nuit quand tu ne dors pas tu fais des « exercices » de relaxation ou de respiration ou de contractions totalement décorrélés de toute session. Peu à peu ces gestes ou ces attitudes deviendront plus faciles, naturels. Peu à peu tu pourras les combiner sans aucune tension pour le faire. Peu à peu tu t’ouvriras aux sensations nouvelles qui vont s’associer à tes exercices…

    Tu t’apercevras que tes sensations deviendront de plus en plus perceptibles avec de moins en moins de stimulation.

    A la lecture de ton dernier message je pense que tu commences à bien comprendre tout ce que @bzo t’a dit. J’ai complété à ma manière. Si ce que je t’ai dit te pose problème n’hésite pas à poser tes questions ou à apporter ton témoignage sur les effets que nos conseils ont sur la qualité de tes sessions.

    Bon cheminement @nousta.

    #40211

    En réponse à: Reconnaitre un mini-O

    AvatarQCAnalBoy
    Participant

    Bonjour @Andraneros,

    Pour ma démarche avec ma conjointe, j’essaie de prendre mon expérience de plaisir de la prostate et d’amener ce potentiel sexuel dans mon couple. C’est une belle histoire qui évolue lentement, sans rien brusquer, dans un rythme respectueux. Voici un peu comment ça évolue.

    Cela fait plusieurs années que je pratique la stimulation anale, en solitaire, en secret, avec une grande variété de jouets. J’ai exploré des petits plugs anal et des dildos de différentes tailles et formes. Bref, mon anus a un peu d’expérience en matière de pénétration. Il y a quelques années, j’ai exploré le massage prostatique, mais sans obtenir de bons résultats, mauvaise approche (impatience et stimulations trop vigoureuses) et mauvais équipement (masseur prostatique bon marché).

    Depuis les débuts, en couple, j’ai toujours eu une crainte d’aborder la dimension anale avec ma conjointe. Mais bon avec le temps, à l’occasion, j’ai commencé à utiliser un buttplug classique, dans nos rapports sexuels. C’est plutôt discret, je l’insère, elle le sait, mais on n’en parle pas. Elle sait donc depuis assez longtemps que j’ai un certain intérêt pour le plaisir anal, sans plus.

    Par contre, il y a environ 4 mois, il y a eu un point tournant dans notre vie sexuelle. Elle et moi écoutions une balado qui aborde des sujets de toutes sortes. C’est tiré d’une émission de radio crédible, très reconnue par sa rigueur et la qualité des intervenants. Cette fois-ci, l’émission offrait une tribune à une sexologue qui disait que les hommes possédaient un fort potentiel de plaisir par la stimulation anale et prostatique, que cette pratique en couple méritait d’être explorée. Je crois que cette idée, amenée par quelqu’un de crédible aux yeux de ma conjointe, à fait un bout de chemin dans sa tête. Cette affirmation donnait un tout autre contexte, moins tabou, ouvert d’esprit, en accord avec une sexualité d’un couple moderne. Aborder le plaisir anal dans une relation hétérosexuelle peut s’avérer un défi. Bref, je pense que la sexologue en question à brisé une barrière idéologique, les hommes peuvent se faire pénétrer, avoir du plaisir par la voie anale et la prostate.

    Plus tard dans la semaine, nous faisons l’amour et nous étions tous les deux très excités. Je lui faisais l’amour oral, mes jambes tournées vers elle, lui donnant un accès facile à mon sexe. Comme elle le fait souvent, elle me caresse le pénis et les testicules pendant que ma langue s’occupe de sa vulve. Soudainement, je sens un des ses doits se diriger vers mes fesses. Je ne peux m’empêcher de laisser aller un gémissement pour lui signifier que j’aime beaucoup cette initiative. Elle continue son chemin vers mon anus et puis le caresse. Je suis vraiment sensible dans cette zone et je commence à gémir encore plus fort. C’est vraiment très bon, j’ai énormément de plaisir. Elle se rend compte rapidement et ça l’excite énormément. Pour ma part je tente par tous les moyens de garder ma concentration sur ma tâche. Pas si simple avec tout ce plaisir entre mes fesses. Deux minutes plus tard elle jouit très fort. Après avoir repris ses esprits, elle se couche à côté de moi, se lubrifie le doigt, m’écarte les cuisses et recommence à me caresser l’anus. Elle enfonce doucement son index. C’était si bon!!! J’ai gémi très fort, j’en étais même très gêné. Pendant qu’elle me pénètre légèrement, pas trop creux, pas encore à la prostate, je me masturbe en même temps. À ce stade, ma concentration passe de mon pénis à mon anus, à tour de rôle. Comme un combat de boxe entre mon anus et mon pénis, à savoir qui va déclencher l’orgasme. Je me suis donc concentré sur mon anus et quelques instants plus tard, j’ai eu un puissant orgasme, une quantité de sperme impressionnante. Elle stimulait mon anus, mais c’est tout mon rectum qui dansait, je sentais un grand plaisir aussi avec ma prostate, même si elle n’était pas directement stimulée. Nous avons discuté de cette nouvelle expérience, je lui ai dit que j’aimais beaucoup quand elle me stimulait à cet endroit. Je l’ai senti étonné de l’intensité du plaisir que j’ai eu. C’était un moment important, on accueillait un nouveau plaisir dans notre pratique sexuelle.

    La seconde fois, je lui ai demandé de me pénétrer plus creux avec son doigt, ce qu’elle fit. Encore une fois, j’étais gêné de l’intensité de mon plaisir. Mon plaisir montait comme des plateaux exponentiels, mes gémissements ne cessaient d’augmenter, avec des sons que je ne fais pas habituellement, de plus en plus fort. Tout mon corps était tendu de plaisir, accompagné de tremblement musculaire. J’ai tellement joui!!! Comme la fois précédente, je me masturbais pendant qu’elle me pénétrait avec ses doigts. C’était un orgasme différent, très anal, mais quand même classique. J’étais pratiquement dans un état second. J’avais presque honte de jouir si fort. Encore une fois, je l’ai senti impressionner par la puissance de mon orgasme, de mon plaisir. Je pense que me séances avec le masseur me permettent de savourer le plaisir de ma prostate, mais si la stimulation est pratiquement indirect. Je la sens, je me concentre sur la sensation de plaisir, je jouis.

    Un masque venait de tomber. Après notre rapport, nous avons parlé de la stimulation directe de la prostate, que je m’informais sur l’orgasme prostatique, jouir sans éjaculer, que je voulais explorer ce type plaisir. Je lui ai demandé de participer à cette exploration, qu’elle me touche un peu plus creux, directement la prostate. Elle m’a avoué qu’elle avait peur de me faire mal, dans cette zone très délicate. Elle avait remarqué que mes muscles de l’anus se contractent très fort pendant la stimulation. Je peux comprendre, j’ai aussi l’impression que mes muscles de l’anus sont très puissants. Je l’ai rassuré. Je lui ai dit que mon anus, bien excité et lubrifié, était capable de prendre une pénétration plus vigoureuse et profonde. Je lui aussi ai dit que j’avais acheté un masseur prostatique pour explorer ce plaisir en solitaire. Je lui ai parlé de mes premières explorations avec le masseur et du fait que je suis beaucoup plus sensible aux sensations de ma prostate, que je sentais même une différence dans nos ébats amoureux. Bref, nous avons aussi parlé de confiance et de complicité, je pense que c’est la clé de toute cette démarche.

    Depuis ce jour, je me sens libéré, moins en cachette. Lors de nos relations, elle me caresse la prostate et nous explorons cette sensation ensemble. Tout ce passe délicatement, sans trop placer d’attente. Je ne veux pas la brusquer, respecter son rythme, elle apprend aussi, son état d’esprit évolue. Je ne veux pas brusquer dans notre conception de notre sexualité. On se donne des repères, ajouter progressivement ce plaisir à notre vie sexuel, sans rien délaisser, pas tout prendre la place. La patience et le respect, selon moi, sont les clés. Après tout, je ne suis pas si pressé.

    Aujourd’hui j’explore les opportunités afin d’amener mon expérience de plaisir prostatique dans rapports sexuels avec ma conjointe. C’est un défi d’amener une séance avec l’Aneros, sans toucher le pénis, dans un rythme sexuel plus lent et délicat, que ça soit une belle expérience pour elle aussi. Peut-être explorer un peu le tantrisme… dans le fond, mes séances solo avec l’Anéros portent déjà fruit. Forcément, ça influence ma sexualité de couple.

    Nous avons un peu exploré l’anal de son côté, mais c’est moins son truc. Mais bon, ça m’excite beaucoup de lui caresser ou lécher l’anus. Elle l’accepte bien, mais elle ne demande pas d’aller plus loin. Mais, peut-être qu’avec le temps elle voudra, mais je ne brusque rien. Je dois avouer que j’aimerais vraiment lui faire l’amour anal et de jouir dans son rectum. J’aimerais aussi qu’elle me pénètre avec un God-ceinture, j’aime aussi le sentiment de remplissage, de sentir mon anus bien étiré, stimuler la prostate en même temps. Enfin, tant de possibilités.

    J’arrive un point dans ma vie que j’assume mieux le plaisir anal/prostatique, que ce n’est plus un plaisir honteux et secret. Je le partage avec ma conjointe et elle devient de plus en plus complice de ce volet de ma sexualité. C’est une exploration très enrichissante et je trouve que ça démontre que ça cadre très bien dans une relation hétérosexuelle.

    Je crois que ma conjointe vie bien avec les effets de mon exploration prostatique. Elle comprend qu’il y a une partie qui m’appartient, plus solitaire, et une autre partie qu’on exploite ensemble. C’est certain qu’il y a un peu de surprise, je crois qu’elle est encore surprise de la puissance des mes orgasmes anales, d’où la raison d’y aller lentement. Bref, ça évolue bien et je tente de garder le dialogue.

    Merci pour votre écoute, ça fait du bien de partager mon expérience.

    #40170

    En réponse à: Ma (brève) expérience

    bzobzo
    Participant

    Je dénote toutefois une certaine différence avec un certains nombre de témoignage, c’est que je ne ressens pas de « féminité ». Je ressens un certains « abandon », une certaine « passivité », mais je ne fais pas de lien avec la féminité. J’ai essayé, pour voir si cela m’aider à progresser mais à vrai dire, je ne savais même pas trop ce que cela voulait dire

    il ne faut surtout pas forcer, cela doit monter de l’intérieur,
    si tu te laisses bien aller, si tu apprends à bien dialoguer avec ton corps,
    ta pratique prendra la direction la plus adaptée à tes besoins

    Il faut être plus réceptif qu’attentif je crois… Ecouter sans tendre l’oreille ?

    exactement, être à l’écoute, être attentif,
    c’est juste être réceptif, ouvert, juste savoir bien se laisser aller, sans rien chercher,
    c’est à ce moment qu’une autre forme d’écoute peut véritablement se mettre en place

    ce n’est pas une écoute, une attention, avec notre intellect,
    c’est en cela que cela nous est très inhabituel et qu’on y arrive très difficilement au début,
    mais une attention, une écoute, une concentration, avec tout notre corps,
    vers tout notre corps,
    pas de point précis, pas de point de focalisation en particulier

    cela donne l’impression parce que ce n’est pas avec notre intellect qu’on est attentif, qu’on est concentré,
    notre tête, au contraire, doit être le plus vide possible, aucune pensée, rien,
    pour reprendre une image que j’ai déjà utilisée assez régulièrement,
    l’intérieur de notre tête devrait être comme une éponge prête à s’imbiber
    et comme un relais par où juste transite toutes sortes d’informations, dans toutes les directions

    la concentration, une fois que tu es bien dans ta pratique,
    devra te donner l’impression qu’elle se fait toute seule, sans aucun effort,
    il y a focalisation mais pas par ton esprit,
    comme si elle se faisait avec ton corps uniquement,
    parce que tu te laisses complètement aller, tu le laisses complètement faire,
    comme s’il s’auto-observait à chaque instant,
    percevant l’ensemble et en même temps, le moindre détail , avec une acuité de plus en plus aiguisée

    #40150

    En réponse à: Ma (brève) expérience

    AndranerosAndraneros
    Modérateur/modératrice

    Suite 2/3

    J’ai donc commencé à les stimuler, choses que je ne faisais jamais. Et bien, déjà : SUPER, je suis devenu très sensible des tétons, et donc c’est un grand merci à tous.
    Ensuite, par rapport à la stimulation des tétons en même temps que la stimulation prostatique et bien j’ai un doute. Il est sûr que cela m’excite énormément, et je sens effectivement un lien entre les tétons et ma prostate, mais également cela déclenche, je crois, une certaine excitation pénienne. Et donc, il y a une certaine opposition entre l’excitation prostatique déclenchée et la distraction par rapport à cette zone justement… C’est très paradoxal. Est-ce que quelqu’un aurait un sentiment analogue à partager?

    La stimulation de tes pointes de sein augmente ton excitation et devient une nouvelle source de plaisir en elle-même. C’est très souvent le cas pour les hommes qui avaient des tétons insensibles « avant » (comme c’était aussi mon cas). C’est donc très bon signe. L’intensification du plaisir que tu ressens peut dépasser ce que tu es devenu capable d’accepter sans réaction de blocage et te faire perdre provisoirement le fil de ta session. Tu te détends et tu reprends, ça revient normalement toujours et peu à peu toujours mieux. L’intensification de ton plaisir peut aussi te faire dévier de la voie prostatique au profit de la voie pénienne. Même réaction. Tu te détends et tu reprends.

    A-less même si cela a déjà bien fonctionné avant, cela n’a plus le même effet aujourd’hui. On dirait que mon corps a un peu « oublié » l’effet que c’est supposé provoquer.

    C’est comme le vélo ou la natation, ça reviendra et vraisemblablement plus rapidement que tu ne e penses.

    Tu nous dis le 12 janvier :

    j’ai senti les choses s’amplifier. J’ai donné quelques contractions, mais vraiment très faibles. A vrai dire, je ne sais pas vraiment si je contractais vraiment quelque chose, ou juste que j’imaginais que je faisais bouger le masseur avec mes muscles… Toujours est il que j’ai eu la sensation qu’il se mettait en activité tout seul, et c’est là que les choses sont devenues vraiment agréables.

    Tu illustres très précisément 2 principes qui sont essentiels à la découverte du plaisir prostatique :
    1. la focalisation sur tes sensations, la concentration sur ce que tu ressens à l’intérieur,
    2. la légèreté des contractions volontaires qui ne sont pas prévues pour donner du plaisir mais seulement pour lancer la stimulation de la zone prostatique qui elle va déclencher les réactions instinctives des contractions involontaires et des vagues de plaisir prostatique.

    A suivre 3/3

    #39662
    bzobzo
    Participant

    que mon rectum se plaquait autour de l’anéros,Ca ne durera pas plus de 10 secondes mais quel regal de sentir le masseur se faire envelopper

    ah, tu découvres peu à peu toute la gamme des raffinements, oui je connais bien cela,
    personnelement c’est encore plus excitant car c’est avec mon doigt toujours que j’explore derrière
    et il vient aussi constamment se faire envelopper, engloutir avidement,
    avec comme un manchon autour,

    c’est l’effet obtenu chez moi, par le fait que mon ou mes doigt(s)
    alternent des moments où ils sont en mouvement, explorent, fouillent, astiquotent,
    et puis d’autres souvent où ils sont immobiles, statiques et alors c’est la contraction qui vient l’entourer,
    les muscles en action qui viennent comme l’engloutir, comme l’enserrer

    J ai pu aussi regarder l heure sans perdre le fil,
    J’envisage de mettre une grosse pendule pour voir l’heure et les secondes pour aider à la concentration ,Qu’en pensez vous

    pas bien compris cela,
    une pendule pour aider à la concentration?

    on a besoin de rien, rien que de notre corps, rien que de notre désir,
    c’est tellement bon quand c’est du 100% homegrown qui a poussé dans nos caves,
    vraiment besoin d’aucun artifice, d’aucun expédient

    #39650
    AvatarPaul2072
    Participant

    il y a 2 jours j’ai fait ma 6eme sessions,Allongé sur le dos j’ai commencé ma respiration abdominale,mais vraiment doucement ,Simplement en respirant le masseur faisait mouche ,J’avais déjà les sensations,Sans vraiment contractés les vagues sont arrivées par 2 ou 3 comme d’habitude,
    Je ne suis pas pollué par cette envie d’ejaculer je me concentre sur mes sensations,ma zone anal chauffe et je sens de petites contractions anales involontaires ,Puis ca s’emballe un peu et je sens l’aneros qui frappe sur ma prostate comme un marteau ou un sonneur de cloche,Je le visualise tres bien ,Ca durera 10 seconde avec le plaisir qui va avec,Un peu plus tard le masseur recognera sur ma prostate avec le même plaisir,
    Au bout de 30 minute je passerais en chien de fusil,La aussi apres les petites vagues le masseur se mettra en route mais une sensation bien differente,plus délicieuse ,Je sens clairement qu’il fait des va et vient, ,Je ne sais d ou vient cette sensation de plaisir anal?prostate ? Les deux ?
    Je resentirais le masseur me sodomiser une seconde fois un peu plus tard toujours une dizaine de seconde et toujours avec un grand plaisir
    Je repasse sur le dos et au bout d un moment je vais avoir une sensation unique
    Je vais sentir l’aneros rentrer profondement les 2 bras bien touché mes fesses et mon perinée et surtout comme si on avait fait le vide et que mon rectum se plaquait autour de l’anéros,Ca ne durera pas plus de 10 secondes mais quel regal de sentir le masseur se faire envelopper
    Cette seance a vraiment été homogéne avec du plaisir tout le long pendant 1h30,
    J’étais détendu dés le départ ,pas le coeur qui cogne avant de commencer,J’ai vu aussi dès progres dans la respiration et j’ai eu à 5 reprise des groupes de contractions involontaires,Je n’ai pas non plus les pied qui ont chauffés ni les chevilles,L’anéros qui se met au galop aucun doute pour moi que la clé est la,mais chez moi elle n’ont pas dépassés les 10 secondes
    Par contre je n’ai pas fait de double lubrification et je pense que ca a peiné à ce niveau,
    Le reste de la journée a été calme juste de petites sensations le soir sur le canapé mais rien d’irrésistible
    Ce ne fut pas le cas hier matin où déjà en prenant mon petit déjeuner je sentais des chatouilles dans mon périnée,Petit déjeuner expédier je n’ai pas résister longtemps ,Toujours assis sur ma chaisse bien droit j’ai commencé à respirer pensant à tout et à rien,Les sensations étaient la j’ai commencé à contracter légerement,Ma zone anal a commencé à chauffer puis de petites vagues sont arrivées dans mon périnée,Les sensations sont montés dans mon pubis Puis des petites vagues me chauffant au maximun,Les plaisir a gagné le début de ma verge je suis au point de non retour je suis en route pour une belle éjaculation,Je suis au max de mon plaisir et tantpis si j’éjacule dans mon pyjama,
    Je ne modifie pas mon rythme je fais juste de grosses contraction du périnée et ca marche ,Je continue refait une contraction et partir de ce moment je sens que je ne vais plus éjaculer pourtant le plaisir est toujours la ca brule c’est bon,Ce plaisir qui descend encore plus loin dans mon pénis,Je sens également mon urétre qui se remplit comme si on chargeait un canon,j’aurais un plaisir continue pendant 30 minutes il descendra jusqu ‘a la moitie de ma verge avec la sensation d’avoir l’urêtre rempli jusqu’a la,Pourtant rien ne coulera,Je ne sais pas si c’est ca l’orgasme de la chaise ou un dry O mais qu est que c’est bon,
    La lumiere ne s ‘eteindra qu’après une petite séances à midi plaisante mais rien a voir avec celle du matin,Par contre pied cuisses chevilles vont enormement chauffés et même maintenat il me reste cette sensation de brulures assez désagréables.
    Je fais encore des contractions anarchiques ,J ai pu aussi regarder l heure sans perdre le fil,
    J’envisage de mettre une grosse pendule pour voir l’heure et les secondes pour aider à la concentration ,Qu’en pensez vous

    Bonne journée

    #39611
    AndranerosAndraneros
    Modérateur/modératrice

    Une question de vocabulaire (1)

    the neural feedback loop that generates larger and larger pleasure waves that ultimately becomes the total body orgasm. 

    La boucle de rétroaction neurale (contractions involontaires)… génère des vagues de plaisir de plus en plus fortes qui finissent par être l’orgasme de tout le corps.

    non-ejaculatory orgasm – A male orgasm in which there is no ejaculation and no impulse to ejaculate. This is specifically different than an ejaculatory orgasm in which ejaculation is disrupted to retain the ejaculate (such as by clamping the base of the penis, pulling the scrotum or putting sudden pressure on the perineum). Non-ejaculatory orgasm is analogous to female orgasm in that ejaculation plays no part. Some types of non-ejaculatory orgasms are prostate orgasms, anal orgasms and full body orgasms.

    Orgasme sans éjaculation : un orgasme masculin sans éjaculation ni réflexe contractile. Il est particulièrement différent d’un orgasme éjaculatoire dont l’éjaculation est interrompue pour retenir le sperme (par exemple en serrant la base du pénis, en tirant sur le scrotum ou en appliquant une pression soudaine sur le périnée). Un orgasme sans éjaculation est semblable à un orgasme féminin en ce sens que l’éjaculation n’y joue aucun rôle. Parmi les orgasmes sans éjaculation on peut trouver les orgasmes prostatiques, anaux et les orgasmes de tout le corps.

    hands-free orgasm (aka HFWO) An ejaculatory orgasm that does not involve any direct or indirect stimulation of the penis, either from purposeful stroking, or incidental rubbing of bedding etc. An ejaculation that is produced by anal, rectal, nipple, prostate stimulation (as in the Aneros) and mental focus alone. 

    Orgasmes sans les mains (en anglais HFWO) : un orgasme éjaculatoire obtenu sans aucune stimulation directe ou indirecte du pénis, ni volontaire ni involontaire. Cette expression désigne aussi un orgasme éjaculatoire déclenché par stimulation anale, rectale prostatique ou des tétons, et aussi par concentration mentale sans autres stimulation.

    mini-O A less intense non-ejaculatory orgasm, typically experienced in the early stages of developing non-ejaculatory orgasm skills. They are often focused in the pelvic area and involve a mild but distinct orgasmic contraction and sense of climax.

    Mini-O : un orgasme sans éjaculation de faible intensité, particulièrement vécu au début du développement de son potentiel à jouir sans éjaculation. Ils sont souvent centrés sur la zone pelvienne et impliquent une contraction orgasmique légère mais distincte et un sentiment de climax.

    dry-O A medium intensity non-ejaculatory orgasm, one that is neither a mini-O nor a Super-O.

    Orgasme sec : un orgasme sans éjaculation d’intensité moyenne, quelque part entre le Mini-O et le Super-O.

    calm seas of orgasm A metaphor to describe where one is in a state of ongoing non-ejaculatory orgasms yet very relaxed at the same time, avoiding the usual muscular tension typically involved in high intensity arousal. Rather than vocalizing, thrusting, contracting or convulsing towards the orgasms, one gently keeps all muscles relaxed, letting the pleasure freely flow as if breathing it in and allowing the orgasms to come to you.

    Orgasme des mers calmes : image pour décrire une situation dans laquelle on enchaîne des orgasmes sans éjaculation tout en restant en même temps parfaitement détendu, sans la tension musculaire usuelle typiquement associée à une excitation très élevée. Plutôt que de gémir, de pousser, de se contracter ou de convulser quand l’orgasme approche, on parvient à maintenir tous ses muscles détendus en laissant le plaisir couler librement comme une respiration et en laissant l’orgasme venir à soi.

    anal orgasm A non-ejaculatory orgasm centered on the muscles of the anus and rectum. This is analogous to a vaginal (as opposed to clitoral) orgasm in women.

    Orgasme anal : orgasme sans éjaculation centré sur les muscles de l’anus et du rectum. Il est semblable à l’orgasme vaginal chez les femmes.

    nipple orgasm – An orgasm localized to the nipple and surrounding muscles as a result of directed nipple stimulation. Nipple orgasms have a uniquely wonderful feeling. This is an advanced form of non-ejaculatory orgasm.

    Orgasme des tétons : un orgasme localisé dans les tétons et les muscles tout autour en réaction à une stimulation directe. Les orgasmes des tétons procurent une sensation particulièrement magnifique. C’est une forme avancée d’orgasme sas éjaculation.

    prostate orgasm – A non-ejaculatory orgasm focused on the prostate. These may be among the most intense orgasms.

    Orgasme prostatique : c’est un orgasme centré sur la prostate. Il fait partie des orgasmes les plus intenses.

    testicle orgasm – An orgasm focused on the testicles. This has been reported to result from exercising the cremaster muscles and applying to them the same light contractions that are used in the anal sphincter to drive the Aneros.

    Orgasme des testicules : un orgasme centré sur les testicules. Il apparaît comme le résultat d’un entraînement du mscle cremaster en y employant les contractions légères de l’anus utilisées pour lancer les mouvements de l’Aneros.

    full body orgasm (whole body orgasm) An orgasm that includes pleasure and muscular contraction throughout the body.

    Orgasme de tout le corps : un orgasme qui fait naître du plaisir et des contractions musculaires dans tout le corps.

    O-zone Slang for « orgasm zone », i.e., being in the state of continuous orgasms.
    O-zone – Slang for « orgasm zone », i.e., being in the state of having chain reaction orgasms.

    O-zone, abbréviation pour plateau orgasmique : moment de transe pendant lequel on vit des orgasmes continus, des réactions orgasmiques en chaînes.

    #39572
    bzobzo
    Participant

    .Pour l’instant j’ai l impression de plus communiquer avec lui quand j’ai le masseur que je commence à visialiser alors qu’en aless je n’ai pas besoin d être focus .Je peux regarder la tv ,répondre à ma compagne sans que je perde le fil.

    c’est intéressant ce que tu écris ici

    l’extraordinaire souple, versatilité, de l’aneroless qui permet de pratiquer un peu partout, n’importe quand,
    qui permet donc à notre désir, d’entrer dans une nouvelle dimension, prendre un essor inattendu,
    n’étant plus confiné à pouvoir se libérer, à s’emparer de notre chair, que dans des circonstances bien précises,
    quand une autre personne consent à passer un moment sexuellement avec nous
    ou alors au contraire, qu’on a du temps libre, personne dans les pattes,
    qu’on peut donc s’isoler et se mettre au lit avec son masseur,
    non, le désir s’installe à demeure, il peut s’exprimer librement,
    tiens, une petite envie et hop, c’est déjà parti

    le désir ainsi, prend de l’essor en nous, prend ses aises, terre hospitalière,
    pas besoin non plus ici, de mise en scène complexe, de toutes sortes d’accessoires,
    non juste son corps, sa chair prête à vibrer, désirante, pleine d’énergie sexuelle
    et nous, capable de plus en plus de l’invoquer,
    sorte de cérémonie vaudou à but sexuel, auto-pratiquée

    donc, je disais plus haut, que c’est intéressant ce que tu écris ici
    car cette extraordinaire souple, versatilité, de l’aneroless,
    te donne l’impression actuellement de moins percevoir la proximité de ton corps
    qu’avec le masseur où tu dois constamment faire attention à lui

    mais cette impression va changer, va évoluer, tu peux me faire confiance
    car c’est exactement le contraire,
    c’est maintenant seulement qu’une complicité totale et sans limite, avec ton corps
    peut commencer à se mettre en place,
    ta façon de te concentrer sur ce corps est différente,
    tu n’as plus besoin de te concentrer sur un endroit précis,
    la présence du masseur, ses mouvements, font qu’automatiquement, tu es concentré sur la zone
    mais en aneroless, il n’y a plus d’objet étranger dans ton corps,
    il n’y a plus rien, plus aucun intermédiaire, tu es en contact direct,
    comme on dit dans le commerce, directement du producteur au consommateur,
    plus aucun intermédiaire dans la chaîne de consommation

    la résultante de cela, c’est que cette complicité, cette intimité, peut atteindre de nouvelles dimensions,
    la présence d’un bout de plastique ou de silicone, en toi, aussi petit soit-il,
    fait qu’une partie de ta communication est avec celui-ci et plus avec ton corps,
    là, en aneroless, la piste est libre, plus aucun obstacle

    tu vas t’y habituer et bientôt percevoir ce que je veux dire, dans ta chair, au plus intime de toi,
    tu vas vraiment commencer à sentir sa présence,
    elle sera de moins en moins la grande muette, tu vas sentir sa chaleur de plus en plus autour de toi,
    tu vas te sentir comme au nid,
    une envie de plus en plus forte de te lâcher, de te relâcher, entièrement en confiance,
    on peut céder, se laisser emporter, le terrain nous est tellement familier,
    on est en nous, de plus en plus loin en nous, au chaud

    plus concrètement, il n’y a plus de concentration sur un point dans le bas-ventre
    du fait de la présence, plus ou moins en mouvement, du masseur
    mais la perception enveloppante donc de la présence du corps,
    on le perçoit autour de nous tout simplement
    parce que nous le visons de plus en plus, nous sommes unis de plus en plus à lui,
    plus besoin de se concentrer sur un point précis,
    juste laisser venir de partout, juste être de plus en plus ouvert,
    c’est une façon de se concentrer en étant de plus en plus déconcentré,
    le point de concentration s’agrandit et est de plus en plus partout,
    beaucoup plus de détails vont arriver, beaucoup plus de nuances,
    plus besoin de concentrer, juste être réceptif, ouvert, accueillant comme une éponge avide de s’imbiber

    #39531

    En réponse à: Réveil

    bzobzo
    Participant

    Je sais MAIS au fond de moi j’attends comme même quelques choses, une suite !

    OK, je sais, ce n’est pas évident,
    encore une fois il ne fait jamais forcer dans un sens ou l’autre,
    cela devient aussi contre-productif,
    il ne faut jamais essayer de rien étouffer de toutes ses forces,
    bien sûr que tu espères des tas de choses, tu as envie de tas de choses,
    juste cela ne doit pas flotter constamment devant tes yeux,
    cela ne doit pas occuper ton conscient

    dans la pratique selon le traité,
    la concentration sur la respiration permet d’occuper l’esprit, de ne pas pas penser,
    de ne pas avoir à l’esprit ce dont on a envie,
    c’est un bon truc et qui en plus participe à la relaxation

    cependant parvenir à bien se concentrer sur son intérieur, être à l’écoute,
    sur ce qu’on fait, fait le job aussi,
    si de temps à autre, une pensée passe
    qui te sussure qu’il serait bon que ceci se passe ou cela,
    ne sautes pas tout de suite dessus en te disant que c’est mal,
    pas se forcer,
    laisse-là juste passer et reste détendu, continue comme si de rien n’était

    n’oublie pas, rester souple comme le roseau,
    pas essayer d’être un bâton

    #39495
    bzobzo
    Participant

    J’avais prevu de faire ma 2eme sessions demain pour bien laisser 2 jours de repos

    c’est n’importe quoi cela, pratique autant que tu le désires,
    ces histoires de laisser passer quelques jours entre chaque séance,
    cela me fait toujours bondir,
    si l’envie est là, si l’enthousiasme est là, c’est une hérésie de se retenir

    ,Elles se sont maintenue pour être de temps à autre remplacer par 2 ou 3 vague de plaisir,J’essayais de bien caler ma respiration mais quand la sensation de plaisir est devenue plus continue j’ai encore perdu le fils et les choses sont allées très viteJ’ai commencé à ressentir des contractions involontaires dans la zone anale d’abord légère puis j’ai clairement resenti mon masseur qui s’agitait tout seul dans mon rectum qui palpitait
    J’ai clairement réussi à le visualiser dans ma tête;la sensation était incroyable et j’ai pas de suite compris que j’avais un magnifique orgasme

    eh bien voilà un débutant déjà bien engagé,
    sérieusement pour quelqu’un qui a moins de dix séances derrière lui,
    tu as déjà réussi à obtenir que beaucoup t’envieraient

    bon, c’est encore désordonné, cela s’est terminé par une éjaculation,
    rien de bien grave, l’important, c’est que tu y as goûté,
    tu as encore automatiquement redirigé ton plaisir vers ton pénis, d’où l’éjaculation
    mais encore une fois, tu vas t’habituer à ces nouvelles sensations,
    à les déguster pour ce qu’elles sont,
    patience, patience, tout cela est très très positif

    n’essaie peut-être pas d’attacher autant d’importance à la respiration,
    la respiration contrôlée, la relaxation, tout cela a comme finalité
    de permettre aux débutant de se relâcher, de se concentrer sur eux-même,
    de les empêcher de penser en mettant en place une routine physique relaxante qui fixe leur concentration
    tout en laissant à côté suffisamment de place pour le dialogue entre le masseur et la prostate
    mais si c’est contre-productif plutôt, il ne faut pas forcer, enfin c’est mon avis

    est ce que les membres experts sont capables de choisir entre un orgasme ejaculatoire ou sec ?
    j’ai peur de prendre de mauvaise habitude

    choisir comme on appuie sur un bouton ou un autre, certainement pas,
    mauvaise habitude? je ne crois pas, y avait-il des frottements des organes sexuels
    sur le lit , les cuisses ou autres?
    *cela a peut-être contribué
    mais encore une fois, il ne faut pas formaliser, en être catastrophé à ce stade,
    il vaut mieux voir le positif,
    il y en a un sacré paquet de points positifs,
    tu es très très bien engagé

    #39494
    AvatarPaul2072
    Participant

    J’avais prevu de faire ma 2eme sessions demain pour bien laisser 2 jours de repos mais cet aprés midi l’envie était trop forte,Je me suis introduit l’ aneros après l’avoir coiffé d’un preservatif et copieusement lubrifié,Sans ressentir la moindre gène je me suis allongé sur le dos et j’ai commencé la respiration en essayant de respirer par le ventre,j’ai beaucoup de mal avec cette respiration ,elle me demande beaucoup de concentration ,pas le top pour le lacher prise,Ne resentant rien je me suis mis en chien de fusil en continuant de rester concentrer sur ma respiration,Après 10 minutes sentant que je n’arrivais pas vraiment à me détendre j’ai commencé à faire des contractions les plus légéres possibles,A certaine expirations en rentrant bien le ventre j’ai commencé à ressentir des sensations légères mais plaisantes,Elles se sont maintenue pour être de temps à autre remplacer par 2 ou 3 vague de plaisir,J’essayais de bien caler ma respiration mais quand la sensation de plaisir est devenue plus continue j’ai encore perdu le fils et les choses sont allées très viteJ’ai commencé à ressentir des contractions involontaires dans la zone anale d’abord légère puis j’ai clairement resenti mon masseur qui s’agitait tout seul dans mon rectum qui palpitait
    J’ai clairement réussi à le visualiser dans ma tête;la sensation était incroyable et j’ai pas de suite compris que j’avais un magnifique orgasme mais hélas j’ai éjaculer
    Sur le moment je pense que je l’ai pas resenti tellement c’était fort en fait je me suis focalisé sur mon masseur qui bougait tous seul Je n’ai même pas eu d’erection j’en avait plein les cuisses et j’ai verifie que c’etait bien du sperme J’ai vraiment resenti mon ejaculation avec un temps de retard tellement mon orgasme était fort,D’ailleur quand la machine s’est emballé je savais pas ce qui allait se passer,j’ai même pensé naivement que j’allais peut être avoir un orgasme prostatique,
    Neanmoins j’ai continué ma sessions et essayant de reprendre la respiration,J’ai resenti de temps à autres des sensations plaisantes dans mon periné mais sans plus,Au bout d’une heure j’ai stoppé la séance car je n’obtenais rien de plus,
    Je suis decu et content par cette séance,
    Décu pour avoir éjaculer,Certe j’ai eu un magnifique orgasme main libre mais ce n’es pas ce que je recherche,je me suis tromper de chemin et je sais pas comment j’ai fait,
    est ce que les membres experts sont capables de choisir entre un orgasme ejaculatoire ou sec ?
    j’ai peur de prendre de mauvaise habitude
    Mais il y a du positif avec ce resenti de sensations plaisantes mais egalement ces petites vague de plaisir,Positif aussi qu’apres avoir ejaculer j’ai eu encore l’envie de continuer,Dans un rapport classique c’est la clope ou la douche,
    Au niveau respiration pas le top je suis beaucoup trop tendu,J’ai pris un long chemin,

    #39477

    En réponse à: Réveil

    bzobzo
    Participant

    Avec ou sans les mains ?

    malheureux! sans les mains, bien sûr

    Car moi j’arrive pas à le faire bouger avec les contractions.

    vraiment? étonnant, c’est la première fois que je lis cela,
    quelques exercices pour muscler cela , seraient peut-être utiles, je sais que cela existe (Kegel , je crois)
    mais cela m’étonne beaucoup que tu n’arrives à aucun résultat,
    ces muscles sont tout de même développer un minimum chez toute personne,
    pour moi c’est plutôt une question de concentration et de patience
    mais je me trompe peut-être complètement

    avec la pratique, cela se muscle peu à peu très fort,
    moi je pourrais faire des tours de cirque avec mes muscles là en bas,
    tellement ils se sont développés au fur et à mesure,
    genre tirer un camion par une corde avec
    (hum, je ne jamais essayé, peut-être j’exagère tout de même…)

    #38882

    En réponse à: En route!

    Avatarhpb12
    Participant

    Bonjour,

    C’est à nouveau moi, je viens chercher vos précieux conseils !

    Petite séance ce matin, relaxation durant les 2p premières minutes, premières contractions légères puis je passe en chien de fusil avec une jambe tendue et assez rapidement je sens subtilement le frottement du masseur sur ma prostate, j’essaie de contracter doucement puis les sensations que j’avais ressenti lors des précédentes sessions reviennent: les allers du masseur en moi provoque un début de radiation qui commence à s’amplifier, puis mon cœur s’emballece qui a eu pour effet de mettre à mal m concentration durement acquise la première demi heure, des pensées parasites sur le pourquoi du comment m’ont envahi et ont réduit à néant mes efforts précédents. .

    Cet événement à pour effet de me deconcentrer, j’ai passé le reste de la séance à essayer diverses positions, mais cela n’a rien donné !

    Au bout d’une heure vingt j’ai en enfin réussi à retrouver une état de relaxation qui m’a permis de ressentir à nouveau ces petites étincelles sauf que mon cœur s’est de nouveau emballé et tout c’est arrêté encore plus vite que la première fois.

    J’ai arrêté terriblement frustré, je pense que mon cerveau bloque face à l’inconnu, je ne sais pas comment faire pour franchir ce palier.

    Comme je l’ai lu ailleurs sur le forum, j’ai vraiment l’impression de tenir une bombe à retardement dans entre mes sphincter, et c’est d’autant plus frustrant!

    bzobzo
    Participant

    mon corps est devenu tellement électrique, tellement prêt à vibrer de toutes parts,
    j’ai l’impression d’avoir un tambour à la peau tendue dans ma chair,
    le moindre effleurement, la moindre caresse, le moindre geste même
    à condition, tout de même, que j’y mette une intention sexuelle,
    qu’il y ait un peu de langueur, de lascivité qui accompagne
    et c’est parti, je suis en roue libre,
    je frémis de tous les côtés jusqu’au plus profond de mon être

    je me jette sur le lit, je me caresse lentement le sein,
    j’écarte les jambes langoureusement,
    comme j’aime faire cela, écarter les cuisses,
    je sens entre elles comme une ouverture frémissante, vivante, délicieusement chaude,
    l’entrée d’un tunnel magique,
    au plus je les écarte, au plus il semble s’agrandir,
    au plus il semble prêt à vibrer, prêt à s’enflammer

    le moindre mouvement désormais, est dangereux,
    je me sens en danger délicieusement, mon corps totalement réceptif, totalement ouvert,
    tellement prêt à vibrer, à exploser chaleureusement,
    je fais monter une petite contraction, là au centre de l’ouverture entre mes cuisses
    qui semble avoir sa vie propre,
    qui semble comme la gueule d’un volcan relié jusqu’au plus profond de la terre

    la contraction remonte le tube chaud,
    je me rends compte que ce n’est pas un volcan
    mais l’une des deux ouvertures du corps d’un canon,
    je viens d’y introduire un boulet, j’ai armé le mécanisme,
    ça y est, le boulet se met à à frémir, il commence à remonter en tournant

    il se met à rouler lentement, à frotter, à frotter, au passage,
    oh comme cela frotte, comme cela tourne, dans mes entrailles
    et pour l’instant je le sens toujours dans le tube,
    le boulet n’est pas encore sorti, n’a pas encore expulsé quelque part en moi,
    il accélère, il monte, il remonte toujours en tournoyant
    et toujours en se frottant à tout sur son passage

    il a quitté mon bassin, est quelque part plus haut, comme il a grandi,
    ça y est, je sens qu’il est expulsé, il est en roue libre
    il accéléré terriblement, il éclate, il éclate,
    comme cela devient de plus en plus doux aussi au fur et à mesure que cela devient de plus en plus violent,
    comme de la mitraille délicieuse, irrésistible, partout en moi
    comme une charge de cavalerie,
    cela rentre dans ma tête,
    il n’y a aucun engorgement, aucun ralentissement,
    juste comme l’espace semble plus exigu, cela provoque encore plus de concentration, encore plus de densité,
    cela tournoie aussi encore plus

    tout mon être en feu, en soie, en chaleur liquide, tout mon être dispersé,
    tout mon être unifié, unifié dans le dispersement,
    immense et en même temps, nulle part,
    seuls mes râles, mes cris et mes gémissements, semblent encore réels,
    tout le reste n’existe plus que comme un envers de décor sublime, un envers en feu, en joie,
    je suis derrière, à l’état gazeux, à l’état liquide, à l’état vaporeux
    autour de moi tout est en fusion, l’anarchie est totale, l’harmonie est totale,
    tout n’est plus que danse et chant,
    oui le feu danse, le feu chante et la nuit est dense dans mes veines,
    la nuit est d’encre et illuminée partout par des feux de joie

    #38524
    AvatarChaines
    Participant

    Plusieurs mois après mes derniers messages, je reviens donner quelques nouvelles, même si elles ne sont pas très positives…

    Changement de rythme de travail, je ne peut plus faire qu’une séance de temps en temps (peut-être juste une par mois) par manque de temps… et je dois aussi dire de motivation. Un cercle vicieux je pense : les séances ne sont pas très satisfaisantes (quelques rares montées de plaisir très fragiles et assez faibles), donc je suis moins motivé à en faire, donc je ne peux pas progresser dans les séances suivantes par manque d’entrainement.

    J’ai aussi arrêté de dormir avec le masseur, celui-ci me réveillant systématiquement au milieu de la nuit. Ayant déjà des problèmes d’insomnies et des grosses journées de travail, je ne peux pas me le permettre…

    J’ai quand même testé une séance en présence de ma compagne, avec consigne de faire monter l’excitation sans stimulation du pénis, mais je me rends compte qu’il faut que je reste très concentré sur le masseur : avec ma compagne, il y avait trop de stimulations autres (tactiles, visuelles, etc.), impossible de me concentrer sur le masseur.
    Par contre, nous avons découvert le pegging : vraiment sympa, mais pour l’instant une excitation plus intellectuelle que physique j’ai l’impression. Je ne sais pas si cette pratique, en stimulant la prostate de manière beaucoup plus forte, peut limiter les progrès lors de mes séances ?

    Enfin, LE gros point positif : mon parcours jusqu’ici, même s’il na pas été très fructueux niveau plaisir prostatique, m’a je pense permis d’être plus à l’écoute de mon corps et de commencer à sentir que lors d’un orgasme classique, l’éjaculation et l’orgasme en lui-même était deux choses bien distinctes. Même si je n’arrive pas à séparer totalement les deux, j’arrive maintenant à « entretenir » l’orgasme après l’éjaculation. Alors qu’avant mon orgasme pénien durait, comme tout le monde je pense, moins de 10 secondes, j’arrive maintenant avec pas mal de concentration à le faire durer 20, voire même 30 secondes après l’éjaculation. Je me trouve comme sur un plateau de plaisir qui descend très doucement, avec la sensation parfois que je pourrais même avoir un regain de plaisir, attraper un orgasme plus haut, après l’orgasme lié à l’éjaculation.
    Rien que pour ça, même si mon chemin sur la quête de l’orgasme prostatique s’arrête là, je trouve que ça aura valu le coup pour découvrir ça !

    Bon courage à tout ceux qui doutent sur ce chemin…

    #38401

    En réponse à: Etape sur le chemin

    AvatarWhynot
    Participant

    Deux sessions depuis la dernière fois avec un changement pour chacune.

    Tout d’abord, j’ai acheté l’hypnAerosession et l’ai essayé pour la première de ces deux sessions. Ça a complètement changée les choses. C’est pour moi une très grande aide pour la relaxation et la concentration sur la respiration mais aussi, une aide sur quoi faire, quand le faire et les sensations attendues avec la voix envoûtante d’Alena qui vous guide au fur et à mesure de la session. Ça me permet de me concentrer sur ce que je suis en train de ressentir et limiter les pensées sur tout ce que j’ai lu, sur la « technique » et le « ce que je dois ressentir ». Du coup je suis beaucoup plus détendu et je ressens beaucoup mieux les sensations qui sont moins « brutales » et plus subtiles. En ce qui me concerne, un énorme progrès.

    Pour la deuxième séance, en plus de l’hypnAerosession, j’ai utilisé le Helix classic au lieu de l’Helix Syn. J’ai utilisé un lubrifiant silicone pour cette deuxième séance et effectivement j’ai l’impression de mouvements plus prononcés qu’avec le Syn, que le Classic est plus libre de se déplacer. Ce n’est peut-être qu’une impression.

    Ces deux séances ont été beaucoup plus intenses que les précédentes, et la seconde encore plus que la première. Une sensation de bien-être, de plaisirs même si pas encore orgasmiques. A ce stade j’ai l’impression que c’est là, sous la surface, comme une bulle qui gonfle et est prête à exploser mais qui se dégonfle avant que cela n’arrive. Puis elle regonfle mais sans éclater.

    La première partie de l’hypnAerosession est dédiée à la relaxation. Durant cette phase, je ressens déjà des vagues de chaleur, les premiers mouvements de l’Aneros sans que je ne fasse de contractions, les muscles abdominaux qui se contractent et des tremblements au niveau des fesses comme pour me préparer au plaisir que je sens monter de plus en plus fort. Des bouffées de plaisir qui accompagnent le rythme de ma respiration. L’impression que c’est ma respiration qui fait bouger l’Aneros. Par conséquent, je me demande si je n’ai pas intérêt à NE PAS faire de contractions volontaires et laisser mon corps se laisser guider par ma respiration plutôt que de le « forcer » avec des contractions. La raison de ma question est liée au fait que j’ai l’impression que les contractions volontaires, même très légères, m’emmènent trop loin, génèrent des spasmes qui bloquent la suite. Avec elles le plaisir augmente encore plus fort mais je perds en relaxation, en « laisser aller ». Je ne sais pas si ce que j’écris a beaucoup de sens mais écrire me permet de mettre des mots en face de ces sensations diffuses.

    #38391

    En réponse à: Enfin une piste ! MERCI

    AndranerosAndraneros
    Modérateur/modératrice

    Tu nous dis @alix37 :

    Je reposet ici pour le débat sur l’utilisation du cannabis, et cela peu effectivement être un problème.
    J’ai arrêté d’en consommer, ou bien uniquement de manière thérapeutique, et je n’ai jamais pu réexperimenter de plaisir tel que j’en parle dans mes précédents posts. Alors cela m’a permis d’y accéder oui, néanmoins je trouve aujourd’hui une certaine frustration.J’ai l’impression que tout l’apprentissage est à refaire.

    C’est un sujet qui pose la même question que celle du rôle que joue le masseur pour accéder à l’orgasme dit prostatique. Le Wiki Aneros le présente comme une aide à la découverte de ce type d’orgasme. L’expérience des orgasmes « Aneros-less » dont parlent de nombreux témoignages sur les forums spécialisés confirme cette présentation.

    A quoi tient l’efficacité du masseur ? Sa présence a deux effets :
    1. Il sert de support à l’attention et permet de se concentrer sur une partie de notre anatomie qui échappe à notre attention pour des raisons naturelles et culturelles. Cette attention renforcée permet de prendre conscience de sensations cachées et de prendre peu à peu le contrôle de muscles ignorés, comme un musicien prends le contrôle de ses doigts en passant des heures et des heures à faire des gammes.
    2. Les stimulations qu’il apporte à l’anus, au rectum et à la prostate développent la sensibilité des nerfs concernés qui envoient au cerveau des signaux nouveaux de plus en plus forts. Ce dernier apprend à les reconnaître puis à les traduire en réactions de plaisir.
    Quand la réceptivité du pratiquant à ces stimulations est suffisante il devient capable d’obtenir les mêmes sensations orgasmiques sans masseur, par la seule force de sa concentration et de la mémoire de son système neuromusculaire.

    Selon mes lectures, il semble que le cannabis, parmi ses effets sur notre organisme,
    • contribue à faciliter une relaxation plus profonde,
    • contribue à faciliter la concentration,
    • accentue la perception d’un état d’excitation sexuelle,
    • accroît la réceptivité aux stimulations sexuelles, anales et prostatiques en ce qui nous concerne.
    Il apporte donc ce qu’apporte le masseur. En court-circuitant notre volonté consciente il apporte ce soutien immédiatement, ou presque, quand le dosage est idéal et bien supporté par le consommateur. Il semble donc jouer un rôle de même nature que le masseur avec l’avantage de le faire beaucoup plus rapidement. Certains utilisateurs témoignent aussi que cette expérience sous influence leur a permis de poursuivre leur cheminement prostatique sans avoir nul besoin de continuer à en consommer, la porte ouverte sous influence le restant définitivement.

    Si le cannabis joue un rôle parallèle à celui du masseur, à la différence de ce dernier c’est une substance psycho-active qui selon sa consommation peut avoir des effets potentiellement négatifs à court, moyen ou long terme sur notre organisme, sans parler des risques associés à l’illégalité de son achat ou de sa consommation dans de nombreux pays.

    Il y a bien d’autres substances qui offrent des effets récréatifs associés à des risques sérieux pour notre sécurité et notre santé. En France certaines sont autorisées comme par exemple la nicotine ou l’alcool, certaines sont interdites comme le cannabis.

    Je n’ai aucune expérience directe de l’utilisation du cannabis. Je n’en connais donc personnellement ni les avantages, ni les inconvénients. Mon message ne fait que résumer ce que j’ai retenu de mes lectures sur les forums étrangers. En revanche mon expérience, confirmée par de nombreux autres témoignages, montre que la consommation de cannabis n’est pas nécessaire pour vivre des orgasmes prostatiques si on y met suffisamment d’application.

    Bon cheminement @alix37.

    #38230
    AndranerosAndraneros
    Modérateur/modératrice

    Bonjour @Le-Dam,
    Je ne suis pas étonné de la déception que fait naître votre expérience. J’ai l’impression que vous avez cumulé toutes les causes susceptibles de ruiner votre première session.
    1. Prendre en considération « les avis positifs du site de vente »,
    2. Attendre un déroulement orgasmique d’une première session,
    3. Attendre l’efficacité automatique d’un masseur,
    4. Associer érection et massage prostatique,

    Vous avez choisi un masseur qui semble offrir toutes les fonctions proposées séparément par la concurrence (sauf le va-et-vient). En lisant les messages de notre forum et ceux d’autres forums sérieux en matière de plaisir prostatique, vous avez pu comprendre que l’accès au plaisir prostatique ne se fait pas comme l’accès à l’orgasme pénien avec éjaculation. Sauf exception un homme qui n’a pas une expérience confirmée de l’orgasme prostatique ne peut pas « déclencher » un orgasme prostatique de façon mécanique comme il le fait pour avoir un orgasme classique avec éjaculation. Il est donc normal de ne rien avoir ressenti, même en supposant que votre masseur soit vraiment efficace.

    A votre question

    Que n’ai-je pas fait ?

    Je réponds que vous ne vous êtes pas préparé mentalement pour être dans le bon état d’esprit d’une session de découverte du massage prostatique. Je pense que vous avez abordé cette session comme vous auriez abordé une séance de masturbation habituelle sans prendre en considération qu’en réalité tout est différent.

    Nous ne savons rien de votre expérience en matière de stimulation anale. Ce seul point peut demander plusieurs sessions d’apprentissage pour que l’insertion d’un objet relativement volumineux dans le rectum à travers l’anus devienne naturelle dans un premier temps puis source d’excitation et enfin source de plaisir. Notre développement naturel renforcé par le poids des interdits encore très présents dans notre société fait de notre pénis notre principale voire seule source de plaisir sexuel. Même un homme qui se sent « libéré » peut avoir besoin d’apprendre à son corps et à son cerveau qu’il existe d’autres voies de plaisir, d’autres voies d’accès à l’orgasme, d’autres formes d’orgasmes sans éjaculation.

    C’est pourquoi il est important pour des débutants de préparer leur développement orgasmique en accordant l’importance nécessaire à la relaxation, à la concentration sur ce qui se passe à l’intérieur du corps plutôt qu’à l’extérieur, à la perception de sensations nouvelles, dérangeantes, très faibles. Nous sommes très loin de la notion de masseur perfectionné supposé faire jaillir mécaniquement l’orgasme.

    Que dois-je espérer ?

    Repartir du début pour accepter l’idée que cette nouvelle forme d’orgasme vous sera accessible quand vous serez prêt à la recevoir après un travail sur vous-même et non chaque fois que vous le voudrez en enfonçant simplement votre masseur dans le rectum.

    Repartir du début en utilisant un masseur non-vibrant qui vous aidera à prendre conscience de vos nouveaux organes sexuels, de votre nouvelle voie de plaisir et à devenir sensible à la stimulation de cette nouvelle zone érogène interne.

    Bon cheminement @Le-Dam.

    #38016

    En réponse à: Etape sur le chemin

    AndranerosAndraneros
    Modérateur/modératrice

    Vous nous dites @Whynot :

    Je dois avouer que je ne suis pas dans une recherche spirituelle comme j’ai parfois l’impression que c’est le cas pour certains.

    A ma connaissance, personne ne se lance dans la découverte du massage prostatique exclusivement pour « une recherche spirituelle ». Nous faisons tous comme vous :

    Je recherche une jouissance certainement différente d’un orgasme normal mais tournée vers un plaisir physique.

    Votre état d’esprit sur ce point n’est donc pas un frein.

    La découverte du plaisir prostatique demande la mise en action d’une attitude et de savoir faire dont l’apprentissage, quand il est nécessaire, passe par des techniques très proches voire identiques à celles de la méditation. Mais utiliser ces techniques ne signifie en rien adopter les finalités spirituelles ou religieuses éventuellement associées à la méditation. Nous restons ce que nous sommes.

    C’est l’expérience parfois extrême que génèrent les orgasmes vécus par les pratiquants les plus avancés qui les conduit soit à exprimer leur ressenti à l’aide d’un vocabulaire qui sort complètement de l’ordinaire au risque de devenir ésotérique, soit à transmettre leur découverte d’un lien nouveau avec l’univers. Cette dernière expérience n’est ni obligatoire ni fréquente.

    Ces deux aspects expliquent l’impression que vous avez au sujet d’« une recherche spirituelle » mais ne doivent en aucun cas vous inquiéter. Votre cheminement vers le plaisir prostatique ne sera pas freiné par un manque de spiritualité ni par une recherche de plaisir physique.

    je sens également l’aneros qui bouge en moi mais je ne saurai dire si je sens un massage de la prostate.

    C’est tout à fait normal au début de ne pas avoir une perception précise de ce qui se passe dans l’anus, le rectum et la zone prostatique. Ce sont des régions de notre anatomie qui, en raison de notre culture échappaient à notre conscience. Nous apprenons donc leur existence en commençant la stimulation prostatique. Il suffit d’une bonne concentration et d’une pratique régulière pour que nous prenions peu à peu le contrôle de cette partie de notre anatomie et que nous découvrions des muscles « nouveaux », des organes « nouveaux », des sensibilités « nouvelles ».

    Vous êtes très bien parti. Bon cheminement @Whynot.

    #37967

    En réponse à: Etape sur le chemin

    AndranerosAndraneros
    Modérateur/modératrice

    Bonjour @Whynot. Bienvenue sur notre forum !
    Comme vous l’écrivez :

    Pas simple pour moi qui suis quelqu’un d’impatient et en attente de résultats rapides

    Je pense que nous sommes nombreux à passer par cette étape avant de comprendre que l’accès au plaisir prostatique est, sauf exception, le fruit d’un travail de développement pour combiner le bon état d’esprit et quelques savoir faire. Vous avez franchi cette étape et votre cheminement peut se faire dans de bonnes conditions.

    Vous semblez donner une grande importance aux tremblements et convulsions, un peu trop à mon avis. Vous ne mentionnez pas de phase de relaxation, de contrôle de la respiration, de concentration sur ce que vous ressentez à l’intérieur de votre corps. J’ai l’impression que vous êtes plus attentifs aux manifestations extérieures des orgasmes présentés par des vidéos spectaculaires que par la source réelle de votre propre plaisir.

    Vous demandez :

    Je ne sais pas vraiment comment passer cette étape et obtenir un orgasme prostatique.

    Cette interrogation est très orientée sur un résultat direct. Les témoignages des aneronautes tendent à montrer que, sauf exception, vous ne passerez pas directement de cette étape initiale à l’orgasme prostatique. Il faudrait vous préparer à vivre un éveil progressif de vos sensations anales, rectales et prostatiques selon votre expérience en matière de stimulation anale. Il faudrait vous préparer à considérer chaque évolution de vos sensations comme une avancée vers l’orgasme prostatique. Vos sensations sont plus importantes que toutes les contractions et convulsions qui sont montrées sur Internet.

    Bon cheminement @Whynot.

20 réponses de 1 à 20 (sur un total de 320)