20 réponses de 21 à 40 (sur un total de 45)
  • Auteur
    Résultats de la recherche
  • #16644

    En réponse à: Le Duke

    AndranerosAndraneros
    Modérateur/modératrice

    @hectot si je ne me trompe pas le module vibrant du Duke est amovible. Pourquoi ne pas chercher à vous en procurer 1 autre (ou 2 ou plus selon votre gourmandise orgasmique…) ce qui vous permettrait de prolonger vos sessions avec le minimum d’interruption pour un maximum de satisfaction ?

    Votre cheminement @hector vous a conduit à des années-lumière des premières sessions avec votre helix. L’accumulation de stimulations et de matériels utilisés pendant vos sessions me donnent l’impression que vous avez plus ou moins perdu la perception naturelle de vos sensations internes.

    Avez-vous ressenti une forme de perte de sensibilité par rapport à vos réactions ? L’Helix et vos autres masseurs vous apportent-ils encore du plaisir ? Ou bien votre sensibilité s’est-elle à ce point développée que cette accumulation vous permet d’accéder, au delà de la jouissance de vos premiers pas, à une intensité de jouissance très supérieure à tout ce que vous pouviez imaginer?

    Mon expérience m’apporte tant, de mon point de vue, que je ne ressens pas (encore ?) le besoin de multiplier les sources de stimulations d’autant plus que lorsque les conditions sont réunies je parviens maintenant à atteindre des états de jouissance orgasmique sans utiliser mes masseurs.

    En tout cas je suis très heureux de lire que vous continuez votre cheminement avec tant de désir et de plaisir.

    #16642

    En réponse à: Le Duke

    Avatarhector
    Participant

    Je reviens un peut sur le duke qui malgré de très bonnes sensation m’exaspère un peu, en effet, il a une autonomie trop courte à mon avis : Il me lâche au bout de 45min à 1h 🙁
    Par contre couplé au fairy exceed que je positionne contre la buté périnéale du duke, j’ai découvert de nouvelles sensations : Vibrations plus intenses (je ne met pas le fairy à fond) et surtout le duke se met à faire de langoureux vas et viens (je pense que c’est du aux variations de contractions du corps sous l’effet de toutes ces vibrations) qui sont extrêmement sensuels amha.
    Pour les curieux, je cale le fairy entre mes cuisses comme ça j’ai les mains libres, par contre, il faut faire des pauses car il chauffe beaucoup.

    #16504

    En réponse à: Le Duke

    Avatarhector
    Participant

    Juste pour un petit point, pour ma part je l’ai éjecte une fois le duke. Peut être avait je mis trop de lubrifiant (injection de 10ml environ).

    #16478

    En réponse à: Le Duke

    HyménéeHyménée
    Participant

    Bonjour Jeff,

    …Et donc,cher Hyménée : comment avoir accès aux vidéos de Veronica ? Les liens que vous proposez ne sont pas efficients…

    Il suffit d’aller sur le site Fucking Machines et de chercher Veronica. Je pourrais sinon vous partager la vidéo via message privé. Elle vous attend sur un Google Drive.

    …Et pour revenir sur le Duke : il faut avoir une expérience déjà très construite et un cheminement éprouvé pour bénéficier de ses attraits ?…

    Ben écoutez, oui, je crois. Je n’aurais pu commencer par lui. Ca va même plus loin : je ne peux commencer par lui lors de mes séances.

    …Ce n’est pas encore mon cas : pour l’instant, j’ai l’impression que les vibrations de son moteurs sont une hérésie. En général, je monte vers le plaisir grâce à des contractions très subtiles qui travaillent comme une plume et qui finissent par déclencher une vague…

    Je suis bien de votre avis : on est loin de la subtilité habituelle des jouets prostatiques. Regardez le corps de Veronica aussi : il est celui d’une femme ayant déjà tout vécu. Elle se connait très très bien. Intrigué par cette dame, je me suis demandé quel a été son parcours. Sur wikipedia, ils annoncent qu’elle a commencé le porno à 37 ans, sans préciser ce qui s’est passé avant.

    C’est un peu comme @lucky, qui nous explique qu’il lui a fallu attendre ses presques soixante printemps pour enfin s’installer en terre promise.

    #16475

    En réponse à: Le Duke

    AvatarJeff
    Participant

    Et donc,cher Hyménée : comment avoir accès aux vidéos de Veronica ? Les liens que vous proposez ne sont pas efficients.

    Et pour revenir sur le Duke : il faut avoir une expérience déjà très construite et un cheminement éprouvé pour bénéficier de ses attraits ?

    Ce n’est pas encore mon cas : pour l’instant, j’ai l’impression que les vibrations de son moteurs sont une hérésie. En général, je monte vers le plaisir grâce à des contractions très subtiles qui travaillent comme une plume et qui finissent par déclencher une vague.

    A bientôt. Cordialement. Jeff

    #16473

    En réponse à: Le Duke

    HyménéeHyménée
    Participant

    … 45min de jouissance intense jusqu’à, horreur, fin de la batterie …

    Ah ! Ah ! Ca m’est arrivé aussi ! J’ai cru qu’il était cassé tant la surprise est grande quand il s’arrête net !

    … j’ai essayé le Duke de Fun factory : une catastrophe absolue ; j’ai eu l’impression d’être attaqué par un marteau-piqueur …

    Je confirme : le vibreur du Duke est très intense et impossible à régler contrairement au Vice (trois puissances).

    Mais il n’est pas TROP intense : quand on prend le temps de s’approcher de la fournaise en commençant par le Vice (par exemple), l’intensité est juste parfaite. C’est TROP bon.

    … je n’arrive pas à voir de quelle vidéo tu parles …

    Celle du mois d’avril dernier. J’ai fini par comprendre ce qui se passait, car le Duke mène aux mêmes extrêmes avec un sérieux avantage en plus :

    Veronica cherche les orgasmes profonds et les vit pleinement : si vous observez bien son corps, vous remarquerez que des muscles profonds poussent tout son bassin lors de l’orgasme : Ce ne sont pas les muscles autour de la vessie ou de l’anus qui agissent. On dirait même qu’ils sont victimes de la poussée.

    Non : elle arrive ici par ses jouets à exciter des zones érogènes profondes (elle arrive au même résultat avec un ou plusieurs partenaires masculins ou une partenaire féminine équipée). Ces zones érogènes la font orgasmer d’une façon pas banale : tel un tsunami qui balaie tout sur son passage, son corps éjecter les formes extérieures qui l’ont amené à ce plaisir suprême.

    La poussée est tellement forte que rien ne lui résiste. Elle squirte au passage, mais ce n’est même pas cela l’important : les zones érogènes habituelles l’interessent peu. Il se passe quelque chose de bien plus intense au-dedans. Au fond.

    Ce qui est vraiment sublime à voir, c’est qu’un orgasme ne lui suffit pas. Ce n’est pas un aboutissement, juste un appel à aller chercher des orgasmes encore plus chavirants. Ma pratique du Duke est la même, hormis une petite différence :

    Le Duke reste en place et n’est pas éjecté ! 😀

    Ca donne un moment extraordinaire, sans aucune frustration : je pense que Veronica Avluv aimerait bien vivre de même, et ne pas éjecter son amant alors qu’il titille le point le plus intime et le meilleur. Elle aimerait le garder au chaud, et je la comprends.

    Avec le Duke, Il y a la poussée orgasmique des muscles profonds, et l’amant de silicone ne sort pas même si on ne le tient pas. Ca donne des orgasmes incontrôlés fous où le corps peut s’étendre, convulser à souhait, à l’image du corps de Veronica : les épaules partent en arrière, les abdos palpitent, les jambes tremblent, les seins pointent, la chaire de poule, le désir à fleur de peau.

    Et un peu comme la coquine, une fois qu’on a joui comme ça, on n’a qu’une envie, c’est jouir encore et plus profond. La folie est telle qu’on est pris par l’envie de participer activement l’incontrôle : tenir fermement le duke alors que tous les muscles du bassin tentent de l’éjecter … et tenter une poussée inverse.

    Je vous assure : le plaisir que procure le Duke quand il reprend sa place au fond APRES L’ORGASME … quand il est prêt à en provoquer un nouveau, qu’il continue son ouvrage … et que les entrailles sont prêtes à engendrer et accueillir un nouvel orgasme profond … Ce plaisir est au-delà de tout ce que j’ai pu vivre.

    Il est probable qu’on me retrouve un jour mort d’un AVC, avec un Duke dans le cul ! Une fin glorieuse ! 😀

    Maintenant que j’ai repéré la zone érogène profonde, j’arrive à l’atteindre avec le Vice en le poussant au maximum Ca marche, mais le Vice n’est pas tenu par les sphincters comme peut l’être le Duke. On n’a pas la sensation d’être rempli, mais plutôt d’être appelé à chevaucher. C’est fabuleux aussi.

    Regardez les orgasmes de Veronica, imaginez-vous à sa place, et suivez le lapin blanc.

    #16396

    En réponse à: Le Duke

    AvatarJeff
    Participant

    Bonsoir à tous ; deux mots pour vous dire que j’ai essayé le Duke de Fun factory : une catastrophe absolue ; j’ai eu l’impression d’être attaqué par un marteau-piqueur et ma prostate a été anesthésiée pendant plusieurs jours. Je ne suis pas assez avancé dans mon cheminement.. Il m’a fallu plusieurs jours pour me retrouver là exactement où j’en étais (avec des mini-O qui se répondent délicatement)..Bref, chaque chose en son temps. Bon cheminement à tous.

    Jeff

    #16373

    En réponse à: Le Duke

    Avatarhector
    Participant

    Pour mon premier essai du duke, je veux dire que j’ai été catapulter dans sphère que je met longtemps à atteindre avec les autres jouets, voir au dessus encore.
    45min de jouissance intense jusqu’à, horreur, fin de la batterie (je l’ai pas charger assez à la réception avant l’essaie). J’ai quand même continuer car j’avais carrément pas envie d’arrêter et que même sans les vibrations il m’a procuré un très grand plaisir et plusieurs orgasmes jusqu’à aller m’arracher une éjaculation dans un orgasme très intense.
    Je valide pleinement ce jouet qui n’est pas si compliquer à insérer, l’excroissance étant très souple et pouvant se mettre dans l’axe du reste du jouet.

    @Hyménée, je n’arrive pas à voir de quelle vidéo tu parles car j’en ai trouvé plusieurs de la miss estampillées fucking machine, mais elles ont toutes l’air intéressante.

    #16370
    HyménéeHyménée
    Participant

    Bonjour,

    J’ouvre ce sujet sur le jouet dénommé Duke chez Fun Factory. Adam l’avait testé il y a maintenant cinq ans : http://www.nouveauxplaisirs.fr/test-du-vibromasseur-prostatique-fun-factory-duke/2186

    Des témoignages comme celui de Mikel m’ont décidé à acquérir l’engin en ce début d’année :

    Cela fait plus de trois mois que j´ai commencer mon experience avec le massage prostatique. J´ai tres bien developpé la technique avec ou sans Duke. Avec le Duke les orgasmes sont plus intenses. J´arrive sans aucun probleme a des orgasmes consecutifs dans tout le coprs avec perte de concience transitoire. .

    J’avais posté un commentaire suite à ma première expérience :

    Bonsoir,

    A mon tour d’avoir craqué pour le Duke. Je sors juste de ma première fois, et cela a été vraiment spectaculaire. Franchement, je trouve que les vibrations sont beaucoup beaucoup beaucoup trop fortes, pour commencer par lui.

    Alors, intuitivement, je me suis d’abord fait jouir avec l’aneros Vice, que je connais maintenant par coeur. En position lente, c’est absolument parfait pour se retrouver en soi, après une semaine mouvementée. Je ne sais si vous ressentez les choses ainsi, mais j’aime retrouver ce refuge : c’est un état où mon corps tout entier est révulsé, comme des yeux en plein orgasme. Il ne peut être atteint sans ce retournement (rewiring ?)

    Les contractions internes lors des orgasmes successifs « aspirent » le corps et l’esprit et les positionnent « retournés » sur eux-mêmes. Le premier orgasme apaise et atteste d’une ouverture totale du corps. L’attention porte alors sur les fluctuations sourdes et profondes, qui sont les origines mêmes des orgasmes à venir. Délicieux : cela commence avant même qu’on en ait conscience : « c’est pas vrai, je jouis … »

    Pour en revenir au Duke, la texture et la forme sont parfaites. Le Duke permet d’aller chercher le dernier sphincter interne, ce que l’aneros ne fait pas. C’est vraiment incroyable d’orgasmer en tenant le duke par ce sphincter, et en laissant ce dernier palpiter. Là, je trouve que les vibrations sont pile-poil adaptées 🙂 C’est vraiment bestial. Pour le coup, on est en contact direct avec l’animal qui est (en) nous. Belle rencontre.

    Je n’ai pas joué avec les différentes positions vibratoires, la première était suffisamment vaste à explorer 🙂

    Cela m’ouvre un tout nouveau champs d’investigation, et me fait définitivement abandonner l’illusion que notre intime est accessible à un autre que nous. Nous sommes hors d’atteinte. Les caresses n’y suffiront pas.

    Bonne nuit

    Récemment, je suis tombé sur une scène Fucking Machines qui m’a fait comprendre comment utiliser pleinement le Duke. Je vous invite à voir la scène en question, afin de saisir au mieux ce que je vais maladroitement tenter d’écrire

    http://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/lenvie-de-se-sentir-pleine-lenvie-detre-remplie/page/2/#post-16350

    Bonsoir,

    Je ne suis pourtant pas fan de sa plastique car siliconée, mais traversons les apparences : la dernière scène de Veronica Avluv chez Fucking Machines montre l’exemple à suivre.

    Pas de sado masochisme, le spectateur se trouve face à la quête sans limite et sans contraintes de l’orgasme total du corps. Et on le voit de multiple fois : Veronica est multi-orgasmique. Je ne sais combien de fois elle jouit dans cette scène, mais je vous invite à admirer ses orgasmes autour de la 28ème minute.

    Notez que plus les orgasmes s’enchainent, plus ils sont foudroyants : c’est étincelant ! Qu’elle est belle bien baisée !

    Les orgasmes de la 28ème minute sont la manifestation de cette envie instinctive de se sentir totalement remplie, et de chercher à vivre l’orgasme terrassant encore et encore. Et d’oser aller le vivre.

    Observez le relachement des épaules, les bras qui partent on ne sait où, les abdos contractés, la poussée du bassin, la cambrure totale du Cobra, le tortillement du corps qui se propage comme des vagues, la tête qui ne dirige plus et se laisse emporter là où le reste du corps lui dicte d’aller, l’hystérie totale, l’électricité, l’envie d’y retourner, les doigts qui ne tiennent plus rien, les mains qui n’agrippent plus rien, les caresses qu’elle s’octroie épisodiquement, la pleine conscience de son corps à fleur de peau, les doigts qui effleurent les chairs en plein épanouissement, l’envie de se sentir remplie (et de l’être), les frissons qui parcourent tout le corps jusqu’aux pieds qui tremblent … et l’expression de soulagement incroyable quand Veronica réussit à s’embrocher à nouveau, et les contractions involontaires du corps tout de suite après … et puis le bassin qui recommence sa danse d’amour et désire à nouveau le va-et-vient.

    Ce corps/esprit est le mien quand mes jouets m’emportent. Il aspire, recherche, vibre et vit les mêmes extases.

    Quel cadeau ! 🙂

    J’invite @Hector à nous faire part de ses premières expériences 🙂

    #16358

    En réponse à: Suite de mon parcours

    HyménéeHyménée
    Participant

    Bonsoir à vous,

    J’ai de quoi écrire sur le Duke. Je viens de comprendre. Pouvez-vous attendre un peu que je me remette de mes émotions ? Merci 🙂

    Bonne nuit

    #16352

    En réponse à: Suite de mon parcours

    Avatarhector
    Participant

    Je suis bien d’accord, si j’ai tant tardé à acheter le duke c’est bien à cause de sa forme et aussi parce que je suis tombé sur les aneros entre temps. Mais il m’a tjs attiré.

    @Hyménée, je pense aussi au métal wand ainsi qu’à un plus de la même marque. 🙂

    #16351

    En réponse à: Suite de mon parcours

    AndranerosAndraneros
    Modérateur/modératrice

    Compte-tenu de sa forme particulière je veux bien vous croire @Hyménée. Ce forum est un lieu pour le partage d’expérience et je vous incite à nous proposer la vôtre sur le Duke. Votre idée est excellente et vous nous en avez trop dit pour nous laisser sur notre faim.
    A très bientôt sur ce nouveau sujet. Bon cheminement @Hyménée.

    #16347

    En réponse à: Suite de mon parcours

    HyménéeHyménée
    Participant

    Bonsoir à vous,

    je viens de craquer et de commander le stronic zwei ainsi que le duke 🙂

    Une très belle paire. Actuellement, je n’utilise pas du tout le Stronic mais je le fantasme. Sa masse, son épaisseur.

    Un autre fantasme aussi et je me laisse languir : un metal wand. A lire ce qu’on en dit, ça donne grave envie.

    Mais rien ne presse 🙂

    Il faudrait créer un sujet rien que pour le Duke tellement il est un amant puissant quand on sait l’introduire. Ca s’apprend par l’expérience, comme le vélo.

    #16334

    En réponse à: Suite de mon parcours

    Avatarhector
    Participant

    Bon, vue l’efficacité du stronic drei et les avis d’@Hyménée, je viens de craquer et de commander le stronic zwei ainsi que le duke 🙂

    Sinon, sur pas mal de mes séances, alors que je partais sans vraiment avoir d’excitations, je n’avais que des résultats moyens, mais j’ai continué car c’était quand même agréables. Donc séances avec le stronic drei, le vice, les b balls, le rosebuds ou nuit avec l’helix… selon les envies du moment. Tout cela était agréable mais fade comparer à ce que j’ai pu avoir.

    Jusqu’au moment ou j’ai refait des séances avec de l’excitation, principalement audio/vidéo (c’est plus le son d’une femme qui a un orgasme qui n’existe que le coté vidéo en fait) et la, je me suis rendu compte de l’apport des séances sans excitation mais longues (surtout tout ce qui est port de plugs et apparenté). Et bien, je suis monté dans les tours rapidement et j’y suis resté presque deux heures 😀
    J’ai vraiment l’impression que j’ai développer de la sensibilité et c’est très agréable 🙂

    #16312
    HyménéeHyménée
    Participant

    Bonsoir,

    La phase après décharge est souvent décrite comme mélancolique : post coïtum animal triste.

    Les éjac’ provoquées de l’intérieur par stimulation prostatique montrent qu’on peut les vivre autrement : il y a une vraie plénitude à tendre jusqu’à l’abandon après avoir tant et tant orgasmés. La phase plateau est plutôt euphorique.

    Pourtant ce soir, le pur plaisir de se suffire à soi-même ne m’habitait pas : une rencontre et des regards posés avec une belle inconnue ce week-end ravivent les désirs de chaleurs partagées.

    Alors, plutôt que de me satisfaire de cette belle décharge habituelle de fin de séance, un nouveau désir a germé soudainement :

    Et si je continuais ?

    La séance avait été bonne et dans les règles de l’art : pas d’attouchements, les entrailles en fournaise. Le Vice dans la position vibreur la plus basse avait sourdement oeuvré.

    Après une courte pause, le désir étant encore là, je me décide à enfourner le Duke, curieux et en même temps chargé d’une évidence : si des orgasmes sans éjaculation arrivent à se déclencher en début de séance, ils doivent pouvoir se déclencher après décharge. 🙂

    Surprises : même si les chairs commençaient logiquement à s’assoupir, la furie du Duke fait ses ravages et me revoilà reparti pour un tour, ce coup-ci en me branlant généreusemeent (geste sans préméditation).

    Joie ! quelques mini-orgasmes vont se chercher profonds et explosent, alors que je m’astique. Mes caresses n’empêchent pas la quiétude du déroulé, et mon corps est ravi de se voir à nouveau entrepris par la verge.

    Joie ! Je me mets à rêver d’un coît endiablé et réalise que je ne perdrai pas vigueur entre ses reins. Le temps psychologique s’est dissous dans la première, et il peut y avoir pure présence jusqu’à la deuxième.

    Joie ! Le sublime devient partageable ! Les corps peuvent se briquer à vif sans épanchement fatal ! 🙂

    Peut-être l’ai-je trouvé ce week-end la partenaire avec qui ?

    Bonne nuit

    #16099
    HyménéeHyménée
    Participant

    Sinon Nomade, avez-vous essayé le Duke ? C’est une tuerie ! 😀

    http://www.nouveauxplaisirs.fr/test-du-vibromasseur-prostatique-fun-factory-duke/2186

    Bonne nuit

    #15930

    En réponse à: Stronic Drei

    HyménéeHyménée
    Participant

    Bonjour Hector,

    Je ne vois aucun problème à ce que vous méditiez sur moi. C’est à cela que servent nos interventions sur ce forum, échanger et réfléchir sur nous pratiques 🙂

    C’est vrai. Le forum est fait pas pour ça. C’est de cela dont j’aimerais qu’on s’entretienne :

    D’ailleurs, à force de me donner plus de plaisir en solo que je n’en ai jamais eu en duo, je commence à me demander si cela ne va pas finir par poser problème

    A quel type de problème pensez-vous ? L’accoutumance au pur plaisir de se suffire à soi-même ?

    Sinon, ça faisait deux semaines que je n’avais pas pratiqué, et cette nuit, ça a été incroyable. J’ai passé le cap dont j’avais l’intuition. Et alors curieusement, alors que j’imaginai que ce serait le Zwei qui allait me permettre de faire le saut dans l’inconnu, c’est le Duke qui m’a baisé comme jamais j’aurais cru. Il m’a fallu pas mal de séances étalées sur plusieurs mois, pour comprendre comment tirer profit du Duke. Et ce coquin m’a ravagé de long en large. Tiens d’ailleurs, c’est la première fois que j’ai vraiment senti ma prostate désirer, se languir, gonfler, exploser. Ce n’était pas le cas avant. Ma conscience lui est désormais connectée. Cela va faciliter ma progression. Je crois qu’auparavant, mon désir d’éjac’ explosive brouillait ma perception.

    Alors, ce matin, je me demande comment cet objet si insolite et si efficace a pu sortir de l’esprit d’un Homme. Vous avez une idée ? Je serai curieux de lire une interview des concepteurs chez Fun Factory (ou Aneros d’ailleurs). Si vous avez des liens à partager, je vous en remercie par avance. 🙂

    #15868

    En réponse à: Stronic Drei

    Avatarhector
    Participant

    Actuellement, je fais face à des intuitions, que je n’arrive pas à concrétiser. Ce sont des pistes qui se dessinent quand j’investigue là où les plaisirs me poussent. Je ne sais pas comment vous dire : une voie à explorer entre l’épuisement des chairs et la tonicité des muscles : la capacité à « tenir » son corps sans crispation, à laisser les muscles se tendre comme pour accrocher une masse sphérique en face de soi et la porter : une unité dans la contraction de tous les muscles (fessiers, cuisses, abdos, puis totalité de la jambe, buste, épaules), le plaisir de laisser tous ces muscles se darder puis se relacher comme ils le souhaitent, et se surprendre à s’évanouir de plaisir dans la détente. Sans crispation ni tension provenant du mental, et pour moi, c’était hors de portée.

    J’ai l’intuition qu’il y a un au-delà à la phase de contraction : que si le corps se contracte ainsi, c’est parce qu’il tente d’agripper un état de félicité. Ou quelque chose comme ça. Je ne sais pas 🙂

    Cela me fait terriblement penser à certains orgasmes de mon ex compagne lors de cunnilingus. Tout son corps se contractait, je devait lutter pour continuer à accéder à son sexe et le stimuler puis elle explosait de plaisir et se relâchait dans une certaine béatitude.
    C’est le type d’orgasme que j’aimerais atteindre en tout cas, mais cela ne me prend pas encore tout le corps.

    Je ne peux commencer par le Zwei. Il me faut auparavant pratiquer le Vice et le Duke. Une bonne une heure de préparatifs, qui en fait n’en sont pas. Disons que les préparatifs se suffisent à eux-mêmes. Actuellement, il y a deux issues : soit une sortie bienheureuse, active et **très** intense avec le Zwei, soit la quête également bienheureuse du super o’ dans l’immobilité et le souffle

    Dans ce genre de situation, le Zwei pourrai me convenir, d’ailleurs je pense qu’un enchainement drei zwei pourrait être sympa… Je sens que c’est mon portefeuille qui va encore pleurer… Enfin je vais essayer d’attendre un peu quand même et de découvrir plus le drei d’abord.
    En tout cas vos sessions ont l’air fort agréable et il est assez agréable de se faire dépasser par ses envies par moment 🙂

    #15867

    En réponse à: Stronic Drei

    HyménéeHyménée
    Participant

    Bonjour Hector,

    Je conçois, mais personnellement quand j’ai envie de sentir un jouet en moi, c’est maintenant et pas plus tard après moult préparatifs. Déjà que souvent il a fallu que j’attende de rentrer chez moi, d’avoir du temps tranquille devant moi, il me faut alors de l’action. Mais commencer par le zwei, c’est obligatoirement passer pas une étape de dilatation préalable pour moi, et donc attendre encore 🙁

    Il me serait possible d’utiliser un zwei après avoir jouer avec un drei, le drei servant alors de préparatifs, le corps en demandant plus…

    C’est tout à fait ça ! 🙂

    Je ne peux commencer par le Zwei. Il me faut auparavant pratiquer le Vice et le Duke. Une bonne une heure de préparatifs, qui en fait n’en sont pas. Disons que les préparatifs se suffisent à eux-mêmes. Actuellement, il y a deux issues : soit une sortie bienheureuse, active et **très** intense avec le Zwei, soit la quête également bienheureuse du super o’ dans l’immobilité et le souffle.

    J’aimerais bien intégrer l’intensité du Zwei dans la quiétude passive.

    Actuellement, je fais face à des intuitions, que je n’arrive pas à concrétiser. Ce sont des pistes qui se dessinent quand j’investigue là où les plaisirs me poussent. Je ne sais pas comment vous dire : une voie à explorer entre l’épuisement des chairs et la tonicité des muscles : la capacité à « tenir » son corps sans crispation, à laisser les muscles se tendre comme pour accrocher une masse sphérique en face de soi et la porter : une unité dans la contraction de tous les muscles (fessiers, cuisses, abdos, puis totalité de la jambe, buste, épaules), le plaisir de laisser tous ces muscles se darder puis se relacher comme ils le souhaitent, et se surprendre à s’évanouir de plaisir dans la détente. Sans crispation ni tension provenant du mental, et pour moi, c’était hors de portée.

    J’ai l’intuition qu’il y a un au-delà à la phase de contraction : que si le corps se contracte ainsi, c’est parce qu’il tente d’agripper un état de félicité. Ou quelque chose comme ça. Je ne sais pas 🙂

    C’est le Zwei et sa capacité à me faire passer à l’acte, qui m’a ouvert à cela : en clair, je prends un grand plaisir assumé à me baiser et à le faire bien. Je ne l’assume que dans mon for intérieur, et c’est bien suffisant.

    #15018
    luckylucky
    Participant

    Hyménée,

    Vous présenter Julie ? Alors là, c’est trop chaud bouillant. La seule idée vient de me mettre à moitié en transe. C’est impossible pour l’instant en tout cas. Mais purée, j’aimerais…..
    J’aurais bien envie un jour ou l’autre de participer à une soirée demonia et si cela se fait un jour, ce n’est pas moi qui y serai mais bien Julie.
    Julie est porteuse et surgissante de l’aneros. Pas seulement ! J’ai eu une envie subite à vous lire aussi, il faut dire, hein… M’enfin ! J’ai eu une envie de plénitude, de sensations. Et me suis promené un peu avec un rosebud S. C’était trop bon, trop bien.
    Je sais vers où je me dirige désormais.
    Je ne veux pas de dilatation ++, je veux des caresses ++. Alors, l’eupho et le tempo. Je garde malgré tout le billy et le rosebud L, mais c’est pour le cas où…. Au-delà de 3, j’ai beaucoup de mal.
    J’ai regardé les caractéristiques du duke et du pulsateur, pour moi c’est beaucoup trop.
    Je raconterai dans mon post, mais hier ma session n’était pas tellement réussie. J’étai trop énervé. Mais aujourd’hui par contre j’ai l’impression que je suis en phase. D’où les délicieuses choses ressenties avec le rosebud. Et ce soir, je crois que ça va être…. waouh !
    On verra !
    Je raconterai.
    A plus
    Lucky

20 réponses de 21 à 40 (sur un total de 45)