20 réponses de 1 à 20 (sur un total de 941)
  • Auteur
    Résultats de la recherche
  • Coconut51
    Participant

    Bonjour à tous,

    Je créé un petit topic car j’ai quelques questions et j’aimerai vous partager mon expérience.

    Donc je commence par le début (logique :D) :

    Il y a quelques mois je tombe sur une vidéo info (sur Tiktok comme quoi ça peut être utile parfois 🙂 ) qui parle de l’orgasme prostatique. Ca m’intrigue (j’avais entendu parler de la prostate mais que sur l’aspect “cancer” et toucher rectal. Bref j’y connaissais queudalle. Donc le soir même j’essaie de l’atteindre par mes propres moyen (les doigts) et ça me fait rien (logique me direz vous). Mais je me commence à me renseigner sur des articles, des vidéos youtube. Jusqu’à tomber sur le Traité d’Aneros et donc je le lis bien et me commande un Aneros (c’était Novembre 2021). Je reçois le bouzin avec du lubrifiant et j’essaie (j’étais super excité mais bon je savais qu’il fallait être patient avant d’arriver à quelque chose de tangible).

    Plusieurs séances, et rien. Rien de rien (je dis ça pour ceux qui découvrent et comme moi se demandent s’ils ont bien une prostate). Plusieurs mois même sans rien, j’essaie tout, mais mal. Je force sur l’Anéros (comme quoi j’avais vraiment rien compris à l’époque, même une fois je me masturbe avec l’Anéros, sans effets bien sûr). Je vais même acheter un truc dans un sex shop un peu plus gros (et vibrant), et ça ne me fait toujours rien.

    Puis un soir je change de méthode, je me mets en mode RELAX à fond, dans les bonnes conditions, je respire consciemment, j’évite le porno mais j’utilise plutôt des pensées sympas. Puis je fait bouger l’Anéros subtilement, et, sans que ça soit explosif, je commençais à comprendre le mode de fonctionnement (subtilité des mouvements, rythme, respiration profondes et plus lentes pour voir ce qui marche).

    Bref au moment où je n’y croyais plus je voyais un petit résultat.

    Le passage ci-dessus pourra surement parler à ceux qui se décourageraient.

    Et donc, depuis plusieurs séances, je progresse vraiment sur le plaisir prostatique. Je vais tenter de le décrire ( pas facile car tout ce que je lis ne correspond pas tout à fait à ce que je ressent moi) :

    • Les 20 premières minutes je fais de la respiration abdominale, avec de la musique de détente / relaxation, yeux fermés, en chien de fusil (je trouve que c’est pas mal car la jambe du dessus appuie légèrement sur la prostate.
    • Ensuite je contracte légèrement pour “titiller” la prostate, et là (je sais pas si j’explique bien le phénomène), je sens la prostate gonfler, le masseur appuyer de plus en plus dessus (ou même le sentiment que le masseur passe au dessus de la prostate -quitte à avoir le sentiment qu’il se coince), et en même temps le pénis aussi réagir à la prostate, bref c’est cool. En même temps je ressens comme des fourmillements au  niveau du bassin.

    Voilà pour dire que je suis ravi du résultat. C’est tellement bien qu’en ce moment je fais ça tous les soirs (apparemment c’est un rythme trop élevé).

    Au niveau des questions, comment progresser un peu plus dans mon parcours, comment ralentir le grossissement de la prostate pour prolonger l’effet?

    Voilà, j’espère que ce petit texte vous aura plus, j’ai 36 ans et jamais de ma vie j’aurai pensé découvrir quelque chose d’aussi fort sexuellement à mon âge.

    Au plaisir de vous lire… 🙂

    Franck
    Participant

    Salut à tous,

    Acheté un Helix Trident le mois dernier sur les conseils du site, merci d’ailleurs pour tous ces conseils.

    50 ans, pas mal de temps que je recherche du plaisir de ce côté-là, je suis plutôt content des premières séances mais j’espère aller dans le bon sens, dites-moi.

    J’ai dû faire 6-8 séances, environ 1h chaque fois. En gros, beaucoup d’excitation, au début j’avais du mal à sentir les mouvements mais maintenant ça vient. Peut-être pas assez de lubrifiant, maintenant je mets 5cl d’huile de massage c’est mieux. Le top c’est debout, le poids du masseur donne plus de mouvement, mais du coup je me relaxe moins.

    Côté sensations, c’est très progressif. Au début rien, puis très légèrement à chaque contraction. Simplement je me demande si les sensations viennent vraiment du masseur ou si c’est juste les contractions de l’anus (il y a longtemps, je me souviens être arrivé à un orgasme éjaculatoire rien qu’en contractant l’anus à répétion)? En tout cas, clairement il y a quelque chose qui vient, mais qui repart très facilement. En chien de fusil c’est bien, j’arrive mieux à oublier le pénis. Plus de sensations aussi en faisant des mouvements du bassin qui accompagnent les contractions.

    Voilà, j’en suis en gros aux “étincelles de plaisir” dont parle Adam. La dernière fois j’ai aussi eu des petits gémissements, mais au bout d’un moment je fatigue et c’est frustrant. Peut-être que je contracte trop fort, mais au bout d’un moment je ne peux pas m’en empêcher.

    Ah oui, et j’ai remarqué qu’il y avait deux types de contractions de l’anus : une classique qui contracte toute la zone et monte vers le périnée et les testicules, et une autre (plus efficace) qui ne contracte presque que l’anus. Truc de débutant, sûrement, mais peut-être intéressant pour les nouveaux comme moi.

    Merci à ceux qui prendront le temps de me répondre, j’espère être dans la bonne direction.

    #44136
    Anonymousse
    Participant

    Salut,

    Des choses à vous dire, déja j’ai ecouter un podcast avec adam, sympa de mettre une voie sur des mots.

    Aujourd’hui, nouvelle session aprés celle d’hier et j’ai bien aimé.

    Compris plein de chose derniéreme t.

    On apprend de ses erreurs.

    Depuis peu, je procède ainsi, enorment de lubrification deja, faut que ça bouge. J’ai rechargé 3 fois aujourd’hui.

    J’ai utilisé le progasm, mais j’ai aussi un helyx.

    Position en chien de fusil, et je fais rien que respiré profondement.

    Quand je sens que c’est le moment, je contracte à peine mon periné / sphinxter.

    Vraiement à peine, le plus doucement possible. Et le periné sphinxter tremblote tout seul et reprend la main.

    Je fais ça plusieurs fois, rien faire, respirer, contracter à peine.

    Et les micros vagues arrivent, vagounettes comme la sensation d’avoir un frisson dans le dos. 1 seconde. 2 secondes. Mais franchement sympa.

    Et on recommence à zero, rien faire, etc.

    Autre découverte, les tétons, je les frotte doucement avec les draps, c’est la meilleure façon de faire je pense. Quand je fais ça avec un doigt j’aime pas.

    Maintenant imagine micro vague en bas. Micro vague en haut. J’ai la.sensation que les 2 vont finir par se connecter.

    Je dois y aller. Je reviendrais un autre joir.

     

     

     

     

     

     

     

     

    #44134

    En réponse à: Journal du prostatomane

    bzo
    Participant

    me suis beaucoup réveillé, la nuit passée

    mais ce n’est pas grave, c’était chaque fois l’occasion

    de passer un moment ardent avec ma chair,

    mon corps se mettant chaque fois, automatiquement en route

     

    quand je repense à cette nuit, je suis ému et heureux,

    même si fatigué du manque sommeil

    mais le souvenir combiné de mes rêves et de mes moments de plaisir,

    est quelque chose d’intrinsèquement très satisfaisant

     

    beaucoup eu de doigt dans l’anus, cela je m’en souviens très précisément,

    c’était chaque fois le même procédé,

    le petit doigt, complètement de travers, latéralement, qui faisait le plongeon,

    l’endroit glissait à merveille car bien lubrifié

    de tout le beurre de karité dont je m’étais enduit avant d’aller dormir

     

    donc, le petit doigt, plongé, non pas verticalement

    mais vraiment complètement de travers,

    une fois ainsi, en place, il ne bougeait plus de lui-même,

    juste avec la danse lascive du bassin,

    il acquérait le rythme général, langoureux, nonchalant, de houle

    et bougeait, ainsi,  de-ci, de-là,

    générant les ondes puissantes si caractéristiques

    qui venaient se combiner dans le bassin,

    aux ondes génitales, occasionnées par les frottements de mes cuisses

    et celles de la prostate

    qui chez moi, est comme un perroquet bavard qui se mêle de tout,

    à tout bout de champ

     

    divine combinaison, le bassin à pleine puissance

    qui répand ses ondes, dans toutes les directions,

    venant se mêler aux autres types d’ondes , générées par le reste de mon corps,

    mes mains caressant, lentement, passionnément, mes seins, mes flancs, mes cuisses

    et puis les lentes ondulations générales de mon corps en mode liane lascive

     

    le tout, à chaque fois, ne durait qu’entre une dizaine de secondes, jusqu’à une minute

    mais c’était tellement intense, tellement débridé, à chaque fois

    puis je replongeais au royaume des rêves,

    emportant avec moi quelques gémissements

    comme bagages pour la route

    #43916
    RobertLelan
    Participant

    Ahhhh, cela fonctionne ici.

    Je n’arrive pas à répondre sur mes messages : Achat lubrifiant et stimulateur protastique     (bravo la faute, je devrais me relire!!!)

    #43734

    En réponse à: Journal du prostatomane

    bzo
    Participant

    l’urine fraîche, chaude, sortant de notre corps, moussant un peu,

    est vraiment le lubrifiant le plus extraordinaire qui soit

     

    bon, cela ne dure que quelques secondes

    mais durant ces secondes,

    on a l’impression de glisser sur du velours chaud,  moelleux,

    irrésistible sensation

    #43678

    En réponse à: Besoin de conseils

    Rodward
    Participant

    Bonjour à tous !

    Personnellement j’ai l’impression de stagner depuis ces derniers 8 mois. Comme toujours je me “chauffe” avant de pratiquer une session, les 30 premières minutes sont toujours les plus intenses une fois la session commencée et plaisantes, mais .. J’ai l’impression que le plaisir décroit après. Je sens toujours le masseur lancé et les contractions involontaires mais moins de plaisir, jusqu’à quasi plus aucun.

    Comme si la prostate se “dégonflait” ou que le masseur ratait sa cible. C’est actuellement ma problématique, j’ai beaucoup travaillé sur la relaxation, lâcher prise et autres, mais malgré les tentatives de tenter de changer de positions ou autres ces 8 derniers mois, avec parfois des semaines de pauses entres, je n’arrive pas à entretenir du plaisir ou à en ressentir .. A la fin de la dernière j’ai essayé de me mettre à 4 pattes, où j’ai ressenti le masseur de nouveau taper sur la prostate avec du plaisir, mais que brièvement … La lubrification est normalement OK, mais je ne sais pas ce qui se passe ou peut causer cela…

     

    Bonne journée à tous

    #43620
    Andraneros
    Modérateur

    Bonjour @RobertLelan,
    De mon côté j’utilise du beurre de karité en couche sur le masseur et du beurre de karité ou de l’huile de coco en suppositoire dans le rectum.
    Mon fournisseur est fr.naissance.com et je prends le Beurre de Karité Brut BIO. Il est vendu de 100 g à 5 kg, prix au kg pour 100 g 55 € et pour 1 kg 18 € plus les frais de port. Ils ont d’autres produits bien sûr.

    Pour mémoire je propose ce lien :

    Le BEURRE de KARITE, un lubrifiant bio et naturel


    Veepee ???

    RobertLelan
    Participant

    Bonsoir,
    Je lance un sujet sur le type de lubrifiant que vous utilisez, et l’endroit ou vous le procurez.
    Idem pour stimulateur, Anéros ou autre.

    De mon coté, j’utilise généralement du beurre de karité, acheté chez Carrefour de la marque CATTIER à 7€95 les 100g.
    J’utilise aussi du lubrifiant silicone PJUR Classic.
    Côté stimulateur, j’ai 3 Anéros achetés sur Amazon. Mais ils sont très souvent en rupture.

    Côté offre, j’ai vu Veepee, en ce moment, de la marque Anéros dans la vente 1969. Mais seul le Vice 2 parait intéressant.

    #43575

    En réponse à: Journal du prostatomane

    bzo
    Participant

    mon sexe se durcit progressivement,

    je le sens entre mes cuisses qui monte par paliers,

    il redresse la tête puis se recourbe dans la foulée,

    le gland semble trop lourd, pour l’instant encore,

    pour la hampe, encore mal assurée,

    plus molle que raide,

    épaissie un peu, au mieux, disons

    mais la consistance vient peu à peu

    et le voilà qui se dresse plus en plus à la verticale

     

    ma chère petite tour de Pise personnelle,

    point d’attraction de toutes les touristes du monde,

    hum, j’exagère un peu, là…

    il y en aurait quelques unes, déjà, béates d’admiration, devant,

    l’entrejambe tout humide de le contempler,

    si splendidement se dressant devant elles,

    majestueux, tentateur,

    avec une envie irrésistible de grimper dessus,

    ce serait déjà pas mal

     

    mon sexe se dresse donc,

    sous l’effet d’un flux intense d’ondes prostatiques

    qui le chatouillent de l’intérieur,

    c’est le pont d’Avignon , dedans, pour l’instant,

    on y danse, on y danse, joyeusement

     

    je suis le cul contre le bord de la table,

    dans une de mes positions favorites,

    aves les hanches comme basculées vers l’avant,

    les cuisses fort écartées,

    m’offrant des angles d’attaque pour les contractions, totalement inédits

    elles montent l’une après l’autre,

    semblant comme empoigner dans une main , ma prostate,

    la presser sans relâche comme un citron

    pour en extraire le jus,

     

    et elle aime cela, la coquine

    en retour, j’ai un flot abondant d’ondes

    que je parviens dans cette position si particulière

    à rediriger quasi exclusivement vers mon sexe

    qui lui aussi, aime tellement cela,

    tous ces titillements,

    comme une colonne de douces et frémissantes fourmis

    qui  fondent en cours de route

     

    rien à jeter là-dedans, dans cet afflux de sang

    que j’ai toujours dans cette position,

    de la  raideur à l’air libre, sans risque d’éjaculation,

    plaisir délicieusement ambigu, aussi

    je me sens terriblement mâle,

    d’avoir mon sexe qui se dresse de plus en plus,

    de le sentir, de plus en plus dur

    mais en même temps, je balance mes hanches,

    avec une telle langueur et une telle lascivité,

    pas très masculine comme houle,

    pas du tout même

     

    j’adore tellement ce genre de contraste,

    me sentir ainsi, en même temps,

    femelle en chaleur jusqu’aux bouts des ongles

    et puis  avec le braquemart dressé, comme vibrant,

    avec la très mâle envie de l’enfouir,

    dans le premier orifice qui se présente

     

     

    j’ai envie d’aller fouiller avec un doigt ou deux,

    derrière, dans ma petite crevasse

    mais je dois me retenir,

    une sensibilité dans l’orifice chéri,

    me fait craindre un début d’hémoiroide,

    je dois laisser tranquille tout cela pour quelques jours,

    je devrais lubrifier plus durant mes doigtages ,

    je crois que cela joue, à un effet néfaste

     

    #43386
    curieuxjj24
    Participant

    Bonjour à tous !

    Histoire d’oublier un instant une actualité plus que morose, je fais un nouveau point sur mon cheminement et j’en profite aussi pour vous demander conseil.
    Je continue un travail sur moi pour atteindre l’objectif malgré les difficultés que je peux rencontrer. Je m’engage à faire un résumé de ce qui aura marché pour moi le jour où j’arriverai à mes fins parce que je pense que chaque expérience est une aide pour ceux qui débutent et j’y crois encore. En tout cas moi j’ai carrément bu chacun de vos posts pour comprendre comment s’y prendre et ça m’aide bien. Je profite d’ailleurs de cette occasion de vous remercier pour votre soutien et votre patience : c’est un site extraordinaire pour avancer et il n’y a pas beaucoup d’occasion de pouvoir parler de ça avec d’autres personnes.
    Je pense aujourd’hui que l’aspect psychologique est primordial parce que plus j’y pense, plus je me dis que la technique est limitée quelque part. En résumé, une fois qu’on a bien lubrifié le rectum et le masseur, on fait de profondes inspirations/expirations et en théorie, au bout d’une vingtaines de minutes, on doit commencer à sentir des contractions involontaires que l’on doit accompagner soit avec des contractions volontaires de type exercices de Kegel pour amplifier le phénomène, soit laisser venir. Tout est dit.

    Dis comme ça, c’est simple et finalement, les questions du type « comment je dois faire mes contractions volontaires ? Je tiens 15 secondes ou je fais plein de petites contractions pendant 15 secondes ? » etc. questions que j’ai d’ailleurs posées, me semble aujourd’hui anecdotiques. Je fais vieux routard en disant ça alors que je n’ai pas connu d’orgasme prostatique au bout de 72 séances (ou alors mon cerveau ne l’a peut-être pas encore interprété comme tel ? Cette idée me plait!) mais je gagne en conviction et je les partage avec vous histoire de lancer le débat pour ceux qui veulent répondre.

    Mais je crois aujourd’hui qu’il fait laisser son instinct guider la séance en partant de la base décrite dans le traité : on commence par 20 minutes de relaxation et de lâcher prise, puis on essaie de provoquer les contractions involontaires avec une hyperventilation. Aujourd’hui j’en suis là : j’enchaine les séances en essayant d’ouvrir mon esprit aux sensations et en essayant (je dis bien essayer) de ne pas attendre l’orgasme en me disant que chaque séance est une expérience pour bâtir l’édifice et non pas une masturbation de l’esprit pour jouir au final comme on peut l’aborder lors d’une masturbation classique. C’est un gros travail sur moi-même, moi qui suis accro à la branlette mais vous m’avez convaincu qu’il faut aborder les choses comme ça.

    Mon gros problème à mon sens est de deux ordres : Je ne pratique pas dans les bonnes conditions. En effet, pour lâcher prise, il faut être seul, avoir du temps et se laisser aller sans retenue et moi, de par ma vie familiale, je pratique en secret, soit qu’en mes enfants dorment, soit quand mon épouse est sortie mais avec le risque qu’elle ne revienne à tout moment donc mon cerveau reste sur le qui-vive et ça, ce n’est pas bon. Alors je n’ai pas le choix, si je veux emmagasiner de l’expérience, je dois en passer par là mais je sais que je fais mes séances avec un handicap qui me bloque certainement. J’ai toutefois tous les 15 jours l’occasion de faire des supers séances en toute tranquillité et j’attends ça comme le messie ! Un peu d’espoir donc….

    Le deuxième blocage est psychologique : comme je vous l’ai un peu évoqué, j’ai eu un problème de cancer à la vessie qui m’a fortement perturbé et le fait de prendre un risque d’inflammation de la prostate ou de devoir retourner voir le médecin pour un problème de ce côté là me bloque fortement. C’est dingue ce que cette pratique peut mettre en exergue chez certains ! (dont moi mais je pense que nous sommes tous différents, certains doivent penser que je suis taré). J’ai trouvé une solution pour cela : la méditation.

    Je me suis intéressé au lâcher prise, l’éveil de la kundalini, les chakras etc. Pour quelqu’un d’hyper cartésien comme moi, c’est une révolution. J’ai lu qu’Adam avait été aidé par des séances d’hypnose et j’ai donc travaillé là dessus. Je pense que ça m’aide à ne pas réfléchir de me laisser guider par une voix même si on perd peut-être en sensations. Le mieux que j’ai pu faire c’est arrivé à avoir des tremblements de partout au niveau du bassin et parfois de superbes érections et alors que je me disais que j’allais être emporté par la vague, les vibrations étant fortes, il ne se passe rien ! Grosse frustration mais j’ai noté les conseils d’ @Andraneros : pratiquer sans rien attendre. C’est là ma petite question : chez vous, avez-vous aussi ces tremblements avant le déclenchement de l’orgasme ou pas forcément ? Je suis incapable de dire si il s’agit de contractions involontaires ou simplement une réaction neurologique due aux muscles qui se tétanisent à force de sollicitation mais ça me paraît tellement logique qu’après ces tremblements le masseur rentre dans une boucle de rétroactions et que tout le corps s’emballe que je ne vois pas comment ça peut se passer autrement.

    J’en profite pour vous demander des conseils sur la pratique aneroless. Comment s’y prendre ? Y a-t-il une méthode comme le traité (en plus court je me doute bien) ? Faut-il avoir déjà eu un orgasme prostatique pour éveiller la prostate et pratiquer ainsi ?

    Merci pour vos conseils et bravo de prendre le temps de me lire !

    #43385
    Buck
    Participant

    Aujourd’hui etait le moment de retrouvaille avec ce bel objet de plaisir qu’est le Helix Aneros. J’avais remarqué ces dernières session un besoin de lubrification supplémentaire et l’injection de gel avec une poire est un bon truc pour préparer sa session. Une bonne lubrification de l’objet en plus, l’introduction est déjà un bon excitant mental..
    Bien callé sur le dos le depart ne s’est pas fait attendre. Tout le challenge est de moderer les convulsions, concentrer les énergies sur le ressenti precis de ma prostate. J’ai vecu au moins 45 mins de préludes extrêmement variés ou petit a petit je progressais, focalisait sur mon plaisir sans me faire déborder par de multiples mouvements. De legeres contractions de relance associées à des effleurements de tétons me permettait de grimper en intensité de plaisir. Par mon souffle et mes redescentes régulières, mes jambes et mes fesses tremblaient régulièrement mais sans engendrer des mouvements excessifs. Le plaisir montait d’autant plus en pointes
    Je sentais de manière inattendue mon Helix vibrer intensément, ce que je n’avais jamais autant ressenti dans le plaisir.. toute cette phase d’excitation continuait avec de bons moments montant en pointes mais restait sur une ligne de plaisir régulier.
    C’est à ce moment que, peut-être un peu lassé tout de même, j’étais en train de lacher le rythme et j’ai senti des mouvements de mon Helix s’intensifier et provoquant une montée en puissance régulière du plaisir sur ma prostate… il donnait l’impression de se mettre en mouvement doux, de tourner. J’etais focus sur ce plaisir nouveau car plus intense, mais surtout dans une incroyable fluidité en moi, recréant une serie d’ondes extrêmement agréables dans des aller retour incroyablement jouissibles. Jamais je n’avais imaginer cette impression de grande douceur et pourtant si efficace en terme de jouissance.
    Dans ce moment incroyable ou je ne faisais que profiter de l’intensité du desir, j’ai ressenti des tensions incroyablement agréables au delà de la prostate, le plaisir rayonnait avec de légères contractions de plaisir intense. Ce moment durait incroyablement longtemps.. s’atténuait légèrement, puis contractant doucement plusieurs fois avec douceur, je recréais ce plaisir incroyablement nouveau en moi. Mon penis se tendait parfois mais sans réaction de jouissance.
    J’ai prolongé longtemps ce moment avec une succession de plaisir de plus en plus intense.
    La session a duré plus d’une heure trente et je suis, depuis totalement apaisé comme une belle nuit de sexe intense.

    #43350
    bzo
    Participant

    la hampe du G-Rider a pourtant une courbure assez diabolique, bien prononcée comme il faut,
    faufilante, ondulée, comme un poignard sikh

    combinée avec ces deux ailettes (ce n’est pas le terme exact mais il ne me revient pas pour l’instant)
    qui permettent un contrôle total car elles sont , juste, parfaitement dessinées,
    permettant de bien prendre appui dessus
    basculer le masseur comme on veut
    et obtenir avec, sur la prostate,
    des angles très variés et très riches

    surtout, de ces contacts en dérapage où la tête du masseur entre en contact de biais
    et en même temps, lentement dérape,
    superbe, irrésistible comme effet, gémissements assurés

    il est unique,
    bien que je ne pratique plus avec masseur depuis quelques années
    mais je ne pratiquais plus qu’avec celui-là dans la dernière année,
    j’en avais acheté même une douzaine,
    pour être sûr d’en avoir jusqu’à la fin de ma vie
    (je suis comme cela avec un peu tout,
    quand je trouve un article qui me convient miraculeusement bien,
    des sandales, par exemple, une paire que j’adore, je m’en suis acheté 10,
    pour être tranquille pour un bon bout de temps,
    un ventilateur allemand sur pied, aussi, je m’en suis acheté 4
    car il est totalement silencieux mais en même temps il souffle bien fort)

    enfin, revenons à nos moutons en silicone, au G-Rider,
    il a cela d’unique, c’est qu’il est en même temps gros, long, massif
    mais il reste très maniable, très précis,
    étonnamment manœuvrable,
    grâce à ses ailettes, splendidement dessinées,
    je n’en ai jamais rencontré d’aussi efficaces, sur aucun autre masseur

    je précise que je n’ai aucun intérêt chez Nexus, je ne travaille pas pour eux,
    dès fois qu’on, se poserait la question,
    vu mon enthousiasme pour ce masseur

    cependant, il n’est pas fait pour un plaisir prostatique classique,
    façon Traité d’Aneros
    mais bien plutôt pour des gens
    qui veulent un masseur plus gros et qui l’utilise différemment

    enfin, je dis cela, je dis rien,
    si financièrement tu n’est pas serré, vu ce que tu as décris,
    il pourrait être intéressant de l’essayer,
    il ne doit plus être trop cher ,
    il a déjà pas mal roulé sa bosse lubrifiée

    #43322
    QCAnalBoy
    Participant

    Je me lance à mon tour,
    Je trouve ce sujet très inspirant et excitant.
    Juste de vous lire, l’excitation monte en moi… j’ai la goute au bout du gland.

    Mon critère premier, pour me lancer dans une session d’Aneros, est le sentiment d’excitation anal. C’est drôle à dire, mais dans mon cas, ça fait une bonne différence. Quand je sens se désire, ce sentiment que mon anus veut tout avaler, comme une grande bouche affamé, c’est gage de succès avec l’Aneros. Je m’installe sur le dos, les jambes un peu pliées légèrement, dans une ambiance feutrée, très peu de lumière. Je m’injecte un peu de lubrifiant dans le rectum et j’insère l’Aneros. Habituellement, mon anus contracte un peu involontairement, comme s’il était trop excité de la sensation de pénétration. Je débute alors une phase de relaxation, avec de grandes respirations. C’est rare que j’ai besoin de contracter volontairement les muscles du périnée. Je cherche surtout à trouver la bonne position, en jouant avec la position de mes fesses, les muscles de mon anus, pour que l’Aneros s’appuie sur ma prostate. À ce moment, je me concentre sur la douce sensation de ma prostate. À peines quelques minutes plus tard, je ressens des palpitations au niveau de la prostate. Ce sont des petits tremblement irrégulier. À ce stade, ces palpitations augmentent mon plaisir et m’amène à l’autre phase. Je me concentre très fort sur ces palpitations et ça déclanche des spasmes au niveau de mes fesses et de la prostate. Du coup, l’Aneros bouge de plus en plus et le mouvement augmente encore le plaisir. Habituellement mon pénis commence à durcir, c’est un signe clair que l’orgasme s’en vient. Le plaisir et les spasmes deviennent très forts et régulier, c’est exponentiel. C’est l’orgasme! C’est tout la zone anal qui contracte fort et qui projète le plaisir dans le reste de mon corps. À ce point, l’Aneros se promène vigoureusement dans mon rectum au rythme des vagues de plaisirs, il me pénètre et masse ma prostate avec vigueur. Je ne contrôle, ça se fait tout seul. Comme on le dit souvent, l’aneros me fait carrément l’amour. C’est un sentiment qui se rapproche des contractions lors de l’éjaculation. Mon pénis est pleinement en érection, me donnant un sentiment de dureté incroyable. J’ai l’impression que ma prostate est gonflée par le plaisir, mes jambes tremblent énormément. J’ai habituellement beaucoup d’écoulement de mon pénis. Bref, je jouis. Je gémis très fort, me laissant emporté par le plaisir. Verbaliser le plaisir est très important pour moi. Pour ma part l’orgasme est très intense au niveau de mes muscles, mon corps se contracte beaucoup, ça me vide de mon énergie. Après 3-4 orgasmes, je suis épuisé, j’arrête.

    Comme j’ai déjà dit sur ce forum, j’ai un sentiment de plaisir féminin. C’est un orgasme intérieur, qui touche mes émotions, je deviens super sensible. Suite à mes séances, je me sens serein et rassasié. Je ne sens pas le besoin de me masturber jusqu’à l’éjaculation. J’ai appris à séparer ces deux plaisirs, prostate et éjaculation. Ce sont deux trucs différents.

    Pour les 2-3 heures suivants mes séances, je ressens encore des vagues de plaisir au niveau de la prostate et de l’anus, c’est vraiment très agréable.

    Je me trouve chanceux de pouvoir vivre ce plaisir. C’est une dimension magnifique de ma sexualité. Dommage que beaucoup d’hommes passent à côté… par peur, préjugés, etc.

    Merci à ce forum de m’aider à cheminer!

    #43276
    LilBadPrincess
    Participant

    Voilà, lorsque je prends du plaisir, je ne sécrète pratiquement pas de mouille. Si j’ai une petite goutte au bout du gland : c’est un miracle.
    J’aimerais savoir si vous avez des techniques pour augmenter la production de mouille, car je suis fasciné lorsque ça coule en continu. Je sais même que des hommes sont capable de squirter, ce que je trouve sublime !
    J’espère que ce n’est pas qu’une question de génétique et qu’il est possible d’augmenter la source de ce lubrifiant naturelle.
    Sinon, vous : ça mouille ?

    #43121
    curieuxjj24
    Participant

    Bonjour les amis !
    Besoin de m’épancher ce matin… Je suis désolé d’être d’humeur tristounette qui contraste avec l’enthousiasme du site mais je suis un peu découragé et j’ai besoin de vous en parler pour retrouver l’espoir. En effet, j’en suis aujourd’hui à 64 séances depuis septembre 2020 et malgré un protocole quasiment militaire pour respecter les consignes (ambiance détendue, ne rien attendre de la séance, sens en éveil, etc.) je n’ai pas de résultats significatifs. Vous allez certainement me dire que d’être dans cette méthodologie est déjà contraire à l’esprit léger nécessaire mais je suis cartésien de nature et donc forcément, ça se ressent dans mon approche. Je n’ai cependant pas l’impression que le problème vienne de là, j’ai plaisir à tenter chaque fois une expérience et j’espère toujours qu’il se passe quelque chose mais au bout d’autant de séances, ne pas ressentir ne serait-ce qu’un petit tressaillement de plaisir est quelque peu décourageant. Si je fais le bilan de ma pratique avec pourtant 3 anéros différents pour varier les sensations (hélix, progasm jr et vice 2) et une lubrification importante (injection de 15 ml de lubrifiant et karité sur le masseur et en suppositoire), je peux dire aujourd’hui que je suis relativement à l’aise pour introduire mes masseurs, que j’ai fait un gros travail sur moi-même en travaillant sur la respiration et la détente et que j’ai ressenti parfois de forts tremblements (ça arrive hélas très peu ces derniers temps) et au mieux, une sensation de chatouillis agréable du centre du bas ventre qui me fait dire que ce doit être ça le départ du plaisir qui doit grandir. Après je me pose la question si je ne souhaite pas trop cet orgasme et que du coup, je m’invente cette sensation histoire de dire « mais oui, tu vois que ça marche ». Je suis un peu désorienté. Je récapitule mes séances : J’arrive parfois, mais pas tout le temps, à avoir une bonne heure et demi où je suis seul. Parfois cependant, je suis seul mais je garde le téléphone pas trop loin au cas où ma famille aurait besoin de me joindre : difficile de couper complétement les ponts et de se déconnecter totalement, surtout lorsqu’on pratique en secret…Mais parfois, j’arrive à vraiment m’isoler et je sais que c’est l’idéal. Je commence par environ 15 mn de détente et de respiration profonde mais comme j’ai du mal à me rendre compte de la durée, j’ai tendance à mettre une minuterie pour ne pas trop en faire ou pas assez. En même temps, je ne suis pas tendu avant de commencer alors cette phase pour me détendre n’a pas à mes yeux nécessairement besoin d’être longue mais je m’y plie volontiers pour me mettre dans l’ambiance, en « transe » quelque part. Après j’accentue les respirations en retenant mon souffle soit avec le ventre gonflé pendant environ 15 secondes et idem avec le ventre creusé. J’accompagne avec des caresses et des pincements des tétons. J’ai alors l’impression que c’est à ce moment là que mon corps réagit : c’est là que les chatouillis se manifestent, comme si j’avais une bulle d’air qui crée une onde de choc. Ça me fait penser à une pierre qu’on jette dans l’eau qui déclenche des ondes. Tout ça ressemble à ce que vous décrivez mais chez moi, c’est à peine perceptible et encore, il faut que je trouve le bon « gonflage » du ventre pour arriver à ressentir cette sensation 1 ou 2 fois pendant ma séance puis au bout d’une heure environ, je commence à me mettre en tête que ça ne va pas marcher et là, c’est fini, il vaut mieux abandonner. J’ai remarqué que ce sont les contacts les plus légers qui me font de l’effet, par exemple les points P et K des anéros. Mais comme je reste ouvert à tout, j’ai tenté les vibrations du vice 2 même si je ne suis pas fan. Sais-t’on jamais, je me suis dit que ça pouvait éveiller ma prostate et le fait est qu’il y a des vibrations intéressantes cependant, trop fortes à mon goût pour déclencher un orgasme. En fait, je m’accroche à l’espoir qu’à force de pratiquer, pratiquer, pratiquer comme me l’a conseillé Andraneros, mon corps finira par passer outre les blocages éventuels que je me suis mis et que le plaisir ira crescendo pour finalement m’emporter voire contre ma volonté tellement il sera fort. Le pire c’est que j’ignore ce qui ne fonctionne pas : en vous lisant, j’ai l’impression de tout bien faire mais j’ai peur aujourd’hui d’être moins sensible peut-être que les autres et que du coup ça ne marche pas chez moi. J’analyse tout de même ce qui pourrait faire barrage à ce lâcher prise et je vois de multiples raisons. J’ai vécu un traumatisme avec un problème à la vessie heureusement sans gravité au final il y a une douzaine d’année et comme ça se situe dans la même région, peut-être que ça me bloque. La vie ne m’a pas épargné non plus avec la perte de mes parents coup sur coup et là aussi, je culpabilise peut-être à jouir sans complexe alors que je suis encore en résilience. Si on veut rentrer dans la psychanalyse, on peut aller très loin mais je suis d’un naturel optimiste et donc, je ne lâche rien. D’ailleurs, ce soir j’ai 2h30 en solitaire et cette fois sans téléphone. Je vais pouvoir faire une bonne séance avec le Vice 2 qui me remplit davantage que l’hélix et je me dis qu’il doit fonctionner aussi bien que l’hélix qui reste probablement le best of. J’ai tenté de faire les 15 minutes de relaxation en écoutant au casque une séance de relaxation que l’on trouve sur le net. J’ai même essayé d’écouter des binaural beats, forme d’ondes qui stimulent soi-disant le cerveau en me disant que comme ça je ferais le vide dans ma tête.
    Voilà, désolé encore d’avoir un peu plombé l’ambiance mais je pense que faire partager les difficultés que l’on rencontre peu aider certains et personnellement, je me sers de vos expériences pour mon cheminement. Prenez soin de vous et bonne pratique !

    #43038
    Gerardisson
    Participant

    Bonsoir
    Tout d’abord merci @Andraneros pour tes encouragements !
    Comme prévu, j’ai décidé de refaire une session hier soir.
    Ce fut agréable, bien qu’un ton en dessous de ma session de mardi.
    J’étais fatigué et je me suis endormi à plusieurs reprises.
    Ceci dit il y a eu de bons moments bien que non extatiques.
    C’était déjà ça !
    J’ai essayé de dormir avec le Helix pour voir si surprise il y aurait eu durant la nuit. Que nenni…
    Le calme plat.
    Au reveil, j’en ai profité pour lubrifier à nouveau et me refaire une séance d’1 heure.
    Des sensations agréables mais rien d’exceptionnel.
    Je n’ai donc pas insisté.

    Ce soir, j’ai refait une session mais avec le Progasm cette fois-ci.
    Toujours avec de l’huile de coco.
    Il y a eu de bons moments, les contractions paraissaient plus fortes mais les sensations agréables étaient moins présentes qu’avec le Helix.
    (c’est à chaque fois le cas mais comme je suis curieux je relaisse toujours une chance au Progasm de temps en temps)
    Un moment, les contractions se sont accélérée et j’ai eu l’impression (comme certains l’ont raconté ici), que c’était très certainement un orgasme mais mon corps bloque la sensation pour le moment.
    Les sensations agréables se faisaient de plus en plus rares et espacées dans le temps, j’ai décidé de changer de jouet.
    J’ai pris le Gilde en verre (avec une tete assez large 4,5), le fait qu’il soit plus lourd a fait qu’il a mis un moment avant de générer des contractions involontaires.
    Je ne sais pas si c’est parce que mes jambes étaient repliée/pieds posés à plat pendant un certain mais à un moment mes jambes se sont mises à tremblé comme jamais ça ne me l’avait fait. Assez impressionnant.
    Le plaisir n’était pas fou mais ça a eu le mérite de me questionner.

    Bref, j’ai du passer entre hier et aujourd’hui, 5 ou 6 heures.
    C’est peut etre un peu beaucoup. Toujours est-il qu’il y a bien qu’espacées quelques fulgurences très agréables.
    Cela ne s’inscrit pas dans la durée mais au moins il y a à chaque fois un mini moment à garder qui justifie à lui tout seul la session du jour.
    Je crois que je dois réussir à plus me détendre ou du moins, déconnecté mon cerveau qui cogite des fois un peu trop.
    Comme j’ai à chaque fois l’envie de bien faire, je me retrouve des fois inconsciemment à analyser ce qu’il se passe et ne pas l’oublier pour éventuellement le retranscrire ici et forcément cela me déconnecte de mon lacher prise…
    Voilà, la chemin est long mais la patience est là.
    Bonne soirée

    #43023
    Andraneros
    Modérateur

    @kas tu nous dis :

    Avec masseur, j’ai l’impression de prendre plus de plaisir qu’avant, mais les côtés contraignants de la préparation (lubrifiant etc etc) gâche mon excitation d’autant plus que je dois très souvent remettre du lubrifiant.
    Je me sens encore une fois plus à l’aise et plus excité plus libre en aless, et c’est d’ailleurs comme ça que je pratique le plus.

    Tu n’as pas à t’excuser pour vivre des orgasmes sans avoir besoin de béquilles. Ce que tu fais est formidable. Continue de pratiquer pour ton plaisir et non pour faire comme la majorité des prostatonautes.

    Je ressens des choses mais je n’arrive pas à dire si c’est du plaisir ou pas.

    En un mot c’est une sensation nouvelle que fort logiquement ton cerveau a du mal à classer. Ça me paraît normal. Continue à pratiquer avec assiduité et tes sensations évolueront peu à peu vers la perception d’un plaisir profond, irradiant qui va gagner en intensité.

    Mais le plaisir fini toujours par s’estomper

    Certes mais quand je lis tes messages je constate qu’il revient de plus en plus fort.

    Est ce que regarder du porno (deux femmes ensemble, fétichisme pieds..) est mal et peut nuire au séance ? J’en regarde parfois mais j’ai entendu dire que c’était contre-productif.

    C’est contre-productif de façon générale quand :
    • tu débutes dans le massage prostatique et que le porno te maintient dans un schéma de sexualité que tu dois oublier pour progresser,
    • quand le porno ne fait que mettre en scène l’orgasme pénien avec éjaculation et maintient ton attention sur ton pénis au moment où tu essaies d’apprendre à l’oublier pour jouir beaucoup mieux.,
    • quand le porno te distrait et t’empêche de te concentrer sur des sensations aussi nouvelles et subtiles que différentes de celles qu’il met en avant,

    me caresser les tétons aide beaucoup, mais au bout d’un moment je ne ressens plus rien

    Je te propose de ne plus les caresser quand tu sens leur sensibilité s’évanouir, ou de les caresser de plus en plus légèrement et de recommencer plus tard pour voir s’il sont redevenus sensibles. En général leur sensibilité augmente peu à peu avec de la pratique et du temps.

    Bon cheminement @Kas.

    #43005
    Kas
    Participant

    Bonjour à tous,

    Quelques nouvelles depuis tout ce temps. J’ai continuer à beaucoup pratiquer.

    Avec masseur, j’ai l’impression de prendre plus de plaisir qu’avant, mais les côtés contraignants de la préparation (lubrifiant etc etc) gâche mon excitation d’autant plus que je dois très souvent remettre du lubrifiant.

    Je me sens encore une fois plus à l’aise et plus excité plus libre en aless, et c’est d’ailleurs comme ça que je pratique le plus.

    Je ressens des choses mais je n’arrive pas à dire si c’est du plaisir ou pas. C’est vraiment étrange, parfois j’ai l’impression de ressentir du plaisir mais qui s’estompe et laisse place parfois à une sorte de crampe ou quelque chose que je n’arrive pas à identifier. Je sens bien qu’il se passe des choses à l’intérieur mais ce n’est majoritairement pas du plaisir.

    Quand je fais les contractions que tout le monde fait, c’est à dire comme pour retenir son urine, je ne sens presque rien, je ne sais pas si mes contractions sont assez forte ou trop peut être ? Je ressens parfois le muscle qui fatigue et se met à trembler mais sans plus.

    Par contre quand je contracte la paroie du bas anale ( je pratique couché), je ressens parfois un plaisir venir et des petit fourmillements. Et parfois j’ai l’impression que ça bouge tout seul. Mais le plaisir fini toujours par s’estomper.

    J’essaye d’avoir une approche je m’en foutisme. Pour ne pas avoir trop d’attente mais rien n’y fait.

    Est ce que regarder du porno (deux femmes ensemble, fétichisme pieds..) est mal et peu nuire au sceance ? J’en regarde parfois mais j’ai entendu dire que c’était contre productif.

    Aussi, me caresser les tétons aide beaucoup, mais au bout d’un moment je ne ressens plus rien malgré que j’y vais très doucement. C’est souvent le premier contact sur les tétons qui font effet et après ça s’estompe

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 5 mois et 3 semaines par Kas.
    #42977
    Gerardisson
    Participant

    Bonjour tout le monde et bonne année !
    Depuis mes 2 dernières sessions vers mi-décembre, je n’ai pu prendre un moment pour moi pour réitérer mes experiences.
    J’ai donc repris aujourd’hui. (j’ai 2 semaines de vacances seul, je vais pouvoir experimenter…)
    Un peu comme d’habitude, malgré mon envie très haute, les sessions après une pause de 2 3 semaines sont toujours un peu quelconque voire nulles.
    Pourtant, j’étais tout excité et je me forçais à canaliser mon énergie pour ne pas avoir trop d’attente, tout en ne me persuadant pas que ça allait etre pas top.
    J’ai fait mes préparatifs habituels, je me suis détendu, j’ai bien lubrifié avec de l’huile de coco et beurre de karité.
    Mais dès l’insertion de l’Helix il n’y a pas eu la magie comme d’habitude.
    J’ai du attendre un moment avant que les contraction surgissent.
    Au final, c’était assez quelconque, je pense que mon esprit à capituler au bout d’une heure.
    J’ai malgré tout continué 1 heure de plus mais il y avait pour la première fois depuis peut etre un an de l’ennui.
    Je me suis donc laissé aller à quelque fantaisies, j’ai tenté d’accroché un anneau vibrant à l’Helix voulant tester des vibrations sur ma prostate.
    C’était pas concluant, puis j’ai essayé avec Progasm puis avec le Gilde en verre, tout aussi insignifiant.
    Au bout de 2h et demi de tentative en tous genre, j’ai su stopper pour mieux retenter demain ou après-demain.
    Je suis bien déterminé (sans trop attendre non plus) à répéter mes séances plus régulièrement pendant ces 2 prochains mois. J’ai du temps qui s’est dégagé.
    Bonne journée

20 réponses de 1 à 20 (sur un total de 941)